Brutalisée par le copain de mon frère

Cette histoire de cul vécue par Lisbeth, a été racontée par l'une de nos coquines au tel
Pour l'écouter, compose le
Télephone rose récits érotiques
et fais-toi plaisir ;)
Code histoire 0122 - Durée : 08 minutes
Ecoute cette histoire de cul au
Télephone rose récits érotiques

Code histoire 0122 - Durée : 08 minutes
  • 198 34

    Brutalisée par le copain de mon frère

    Corrigé et résumé par Messaline le

    Publié le

    Fellation extrême

    J’ai toujours raffolé de la sodomie. C'est grâce à un initiateur vraiment très doué, que ma toute première expérience a été merveilleuse. J'ai d'ailleurs été également dépucelé par ce même homme : un grand black, le meilleur copain de mon frère. A ce propos la scène s'est déroulée pas très loin du frangin puisqu'on vit sous le même toit ...

    Le black m’avait promis de me la mettre dans le cul dès la prochaine fois et cela m'a beaucoup impressionné. Pendant quelques jours, j’ai réussi à l’éviter du mieux que j'ai pu lorsqu'il passait récupérer mon frère pour sortir. J'étais rouge de honte de m'être laissée prendre sans rien dire et surtout en y prenant goût ; par un garçon qui n'était même pas mon petit ami en plus !.

    Plusieurs fois il a demandé après moi, allant jusque dans ma chambre pour vérifier que je ne m'y trouvais pas. Je m’arrange toujours pour m’enfermer dans la salle de bain, sans pouvoir m’empêcher de mouiller comme une folle.

    Après chacun de ses passages, je prends le temps de me doigter pour calmer mon excitation. Je me caresse debout la plupart du temps, une main appuyée contre le mur et un pied posé en hauteur sur le bidet. Je laisse glisser la paume de ma main le long de mon corps fin et doré, depuis le nombril jusqu'à hauteur de ma chatte lisse et douce, je poursuis avec deux doigts posés sur mon clitoris, massant doucement d'avant en arrière au début puis plus vite en pressant de plus en plus fort.

    Ensuite, je descends ma main vers la moiteur de mon trou en maintenant mon pouce contre mon clito ; j'aime balancer mon bassin d’avant en arrière très lentement en me masturbant ; mes doigts finissent par forcer l’entrée de mon vagin me pénétrant dans un râle de plaisir incontrôlable.

    J’accentue le mouvement en gémissant, accélérant progressivement pour finalement laisser ma mouille gicler sur la faïence. Chaque fois je regrette de ne pas avoir un gode sous la main pour me finir. Quand je serais prête, je m'en offrirais un.

    Ce jour-là, alors que mes doigts descendent sous ma robe légère à la recherche de mon intimité, la main de Mathias recouvre la mienne pendant que son corps se plaque brutalement contre mon dos et mes fesses. Il se penche alors pour me mordre l'oreille gauche suffisamment fort pour m’empêcher de bouger. Je lâche un cri de surprise et je commence à haleter très fort. (Occupée à me masturber j’ai oublié de fermer le verrou de la porte).

    Rapidement et sans m'adresser le moindre mot, il ouvre son pantalon sans l'enlever pour me prendre violemment par derrière en écartant juste ma petite culotte. Je suis tellement trempée que je sens sa large bite rentrer sans difficulté et me remplir. Je crie de douleur mais aussi d'extase en mouillant plus que jamais.

    Il reste quelques secondes sans bouger, sa queue palpitante enfoncée au fond de ma chatte. Mon corps tremble de plaisir. Par petits coups de reins, il se retire à peine pour prendre un peu d'élan et me fourrer plus profondément. Sa grosse bite est dure comme du marbre noir. Il me lèche le lobe de l’oreille, colle sa langue dans l’orifice, me mordille et me susurre des mots crus.

    -"Prends ça ma petite chienne du désert, tu aimes te faire prendre par derrière comme une salope hein! Réponds!"

    -"Oui"

    -"Plus fort je veux entendre ta réponse sale chienne..."

    -"Oui, oui, oui…"

    Il pose ses deux mains sur ma chatte et me colle contre le mur, écartant largement mes cuisses pour me bourrer comme une chienne très vite. Mathias me maintient les cuisses pour me soulever et m'empaler sur son membre puissant, tout en me donnant des coups de reins profonds .

    Je crie encore plus fort à chaque nouvel assaut, renversant ma tête en arrière contre son épaule. On gueule si fort que mon frère vient taper à la porte pour nous dire de nous calmer.
    C'est sûr qu'il entend tout!. Je suis persuadée que ça l'excite à mort. Je crois que mon frangin se planque pour se branler en cachette.

    Je dois être exhibitionniste ou sacrément salope mais cela me plairait qu’il se branle en nous matant. Peut-être l'a t'il déjà fait ?? C'est fort probable vu que sa chambre se trouve juste à côté de la salle de bains. Jamais je n'oserais lui demander de participer!. J'ai honte de mon comportement et de celui de Mathias qui ne me laisse aucun répit et qui ne semble même pas gêné de devoir me baiser sous le même toit que mon frère.

    Je me relève et Mathias me donne l'ordre de me foutre à quatre pattes devant lui.
    De ses mains puissantes il me saisit le cou en maintenant mon visage pour poser sa bite au bord de mes lèvres. Son sexe fait des vas et vient contre ma bouche. J’adore ça... Je n'ose pas lui dire de me baiser la bouche pourtant j'en ai très envie. Il sourit anticipant tous mes désirs. Son gland effleure ma langue.

    Je mouille à mort et je m’enfonce des doigts dans la chatte au fur et à mesure qu’il entre dans ma bouche.
    Sa queue est énorme, dure et longue. Il se branle sur ma langue, je serre mes lèvres contre son gland que je suce et aspire de plus en plus fort. Entendre ses cris de plaisir augmente encore plus mon désir pour lui. Je suce, je lèche, j’aime cette bite que je me prépare à accueillir le plus loin possible quand elle viendra cogner contre ma gorge.

    En sentant sa bite si profondément enfilée, le souvenir des vidéos cochonnes vues en cachette me revient en mémoire. Je réussis à l'aspirer presque totalement, je suis si émoustillée que j'en ai le souffle coupé. Mathias continue à me malmener, il me force en violant ma gorge intensément.

    Je saisis ses fesses à pleines mains et les attire à moi, son membre pénètre de plus en plus loin, ressort et m'envahit encore. Il halète tandis que je suis prête à exploser. Quand sa bite sort enfin de ma bouche, je reprends ma fellation comme la petite chienne que je suis devenue entre ses mains.

    Il va et vient sans ménagement. Je suis tellement chaude et excitée que je me met à jouir bruyamment. Surpris devant mes spasmes de plaisir, Mathias décharge aussitôt dans ma bouche en fermant les yeux, avec un grognement de pure jouissance. Son sperme chaud envahi ma gorge, bloquée, j'avale tout en frémissant d’extase.
    Je l’ai fait mentir : la sodomie ne sera pas pour cette fois-ci....

Cette histoire de cul vécue par Lisbeth, a été racontée par l'une de nos coquines au tel
Pour l'écouter, compose le
Télephone rose récits érotiques
et fais-toi plaisir ;)
Code histoire 0122 - Durée : 08 minutes
Ecoute cette histoire de cul au
Télephone rose récits érotiques

Code histoire 0122 - Durée : 08 minutes

Les commentaires pour cette histoire érotique

Commentaires

Envoie un commentaire à , cela lui fera très plaisir !

Pour commenter une histoire, il faut être membre.
S'inscrire gratuitement / Se connecter

Les autres aventures coquines de Lisbeth

Lisbeth

Inscription auteurs certifiés | Contactez-nous | Contact