Coincée dans l'ascenseur

Toutes nos histoires :
Télephone rose récits érotiques
  • 179 47

    Coincée dans l'ascenseur

    Corrigé et résumé par Dialogue69 le

    Publié le

    planQ dans l'ascenseur

    Il est 15h00, je viens d'arriver en bas de l'immeuble du kinésithérapeute avec lequel j'ai rendez-vous aujourd'hui et je suis en retard d'une bonne poignée de minutes. A la hâte, je me dirige vers l'ascenseur et, la porte refermée , je sors de mon sac mon nécessaire de maquillage afin de souligner mes yeux de khôl et de remettre du gloss. j'ai à peine le temps de me parfumer et de me brosser les cheveux avant que la porte ne s'ouvre au 2e étage sur un homme qui s'engouffre dans l'ascenseur, lui aussi visiblement pressé, tendu, attaché case à la main.Malgré son air sévère, en plus d'être très élégant dans son costume noir et sa chemise gris perle, il dégage un grand charme et il a des yeux magnifiques. Il doit avoir une cinquantaine d'années et porte sa maturité à merveille. Pour le moment, angoissé, il suit des yeux l'indicateur d'étage qui n'en finit plus d'afficher 0 alors que nous ne cessons de monter depuis quelques minutes.

    -Mais enfin c'est quoi cet ascenseur! Cela fait une éternité que l'on grimpe les étages et il bloque sur le rez de chaussée! Ce n'est pas possible ça!
    -Une éternité peut-être pas, mais en effet, il semble avoir un problème dis-je, pince sans rire
    J'arbore mon plus beau sourire que je veux espiègle et apaisant à la fois.
    J'ai oublié que j'étais en retard, et tout d'un coup, enfermée dans cet ascenseur avec ce beau brun ténébreux, cela n'a plus la moindre importance, tout à coup je me mets à désirer que la technique défaille et que l'ascenseur reste fermé au moins une journée entière, nous laissant, lui et moi à quelques millimètres l'un de l'autre, avec nos peaux qui se frôlent, nos regards qui se noient l'un dans l'autre.
    J'aimerais juste que mon Apollon soit dans les mêmes dispositions que moi mais quelque chose me dit que je vais devoir rivaliser d'esprit et de charme pour le détendre.
    A cet instant, un craquement suspect et l'extinction de l'indicateur d'étage vient miraculeusement exaucer ma prière: l'ascenseur vient de rendre son dernier souffle en nous plongeant du même coup dans une semi pénombre prometteuse.
    Je sens la panique s'emparer de mon compagnon d'infortune qui, désemparé, donne un coup de point impuissant dans la porte.

    -Ne nous affolons pas Monsieur, on ne va pas mourir dans cet ascenseur, tôt ou tard quelqu'un viendra le dépanner. J'accompagne ces paroles rassurantes d'une pression légère sur son épaule et j'en profite au passage pour réduite la distance entre nous, ce qui ne lui fait aucun effet, au contraire, il semble que son dépit lui fasse totalement occulter la situation,. Je vais devoir mettre les bouchées doubles si je veux que nous profitions de cette panne qui pour moi est une aubaine.

    -Madame, je suis représentant médical vocifère t-il et j'avais rendez vous avec un kiné il y a facilement quinze minutes! Je m'apprêtais à lui vendre un appareil qui aurait sauvé financièrement mon mois! Et là je vais perdre un client! Vous faites quoi dans la vie pour être aussi désinvolte?
    -Monsieur je suis très sensible à votre situation mais je ne pense pas que la personne à qui vous deviez vendre votre appareil soit demeurée au point de ne pas comprendre que l'on ne peut pas sortir d'un ascenseur dont les portes sont bloquées! De surcroit dans son immeuble! Quand à mon travail, je viens de perdre le mien suite à un licenciement de masse, donc croyez bien que je sais, et d'ailleurs surement plus que vous, ce que c'est d'avoir du mal à boucler les fins de mois!

    Tout en lui parlant j'avais encore aboli un centimètre entre lui et moi et nous étions pratiquement collés l'un à l'autre

    Je repris:
    -Moi aussi j'avais rendez-vous avec un kiné, c'est peut-être le même. Si c'est le cas rassurez vous, c'est la bonté même, il vous recevra après, quand on sortira de là.

    J'avais touché juste, il semblait un peu calmé, presque confus de sa façon hostile de réagir envers moi.

    -Oui vous avez raison, vous faites tout pour me rassurer avec tant de gentillesse et moi je me comporte comme un mufle, je suis désolé vraiment.

    -Je vous en prie rien de grave, vous êtes stressé, et vous l'exprimez ainsi. Profitez de cette panne pour lâcher prise et vous détendre.

    Et là, envahie d'une audace comme jamais, je plaquai mes mains sur son torse et les fis remonter jusqu'à ses épaules que je me mis à ,masser.
    Il me dévisagea avec stupeur, interdit, sans pouvoir proférer une seule parole, surement peu habituée à ce qu'une femme lui réserve ce genre de surprise.
    Sa timidité et sa gaucherie m'excitaient. Je continuai sur ma lancée en dénouant ses doigts serrés sur son attaché-case que je posai par terre, et lui pris les mains pour les poser sur mes hanches recouvertes du tissu léger et soyeux de ma robe.

    -Cela vous arrive souvent de vous jeter au coup des hommes dans les ascenseurs? Finit-il par demander, au comble de l'embarras. Il ne savait que faire avec ses mains sur mes hanches mais ne les avait pas retirées non plus ce qui me laissait espoir que la température monte.

    -Non, c'est la première fois. Mais vous êtes charmant et nous sommes coincés dans 2 metres carrés pour une durée indéterminée. Cela appelle l'esprit d'initiative


    J'avais cessé de le masser et mes mains couraient le long de son torse que j'avais découvert en défaisant les boutons de sa chemise. Téméraire, je m'aventurai vers son pantalon qui laissait deviner, o victoire une excroissance remarquable. Je me mis à caresser la verge prisonnière du tissu, ce qui en augmenta instantanément le volume... J'allais donc arriver à dérider cet homme...

    -Remarquez madame que nous n'avons rien fait pour être dépannés, peut-être pourrions nous...

    Je posai mes lèvres sur les siennes.

    -Chut! Nous ne sommes plus à 10 minutes près...goutez l'instant, détendez vous....Je ne vous plais pas?

    -Si...si...beaucoup mais....

    Je lui coupai la parole d'un nouveau baiser qu'il me rendit cette fois en immisçant sa langue entre mes lèvres.
    Ses mains étaient toujours posées sur mes hanches et je décidai de l'aider à s'enhardir, en les guidant vers mon décolleté sous lequel je ne portais pas de soutien gorge. Mes petits seins ronds n'en avaient pas besoin tant ils étaient fermes et droits.
    Je voulais qu'il me les caresse et me les suce, j'étais totalement folle de désir.

    -Caresse moi, le suppliai-je, prends mes seins!

    Timidement, il se mit à faire le tour de mes mamelons à travers ma robe, c'était une sensation délicieuse de me faire caresser par ses belles mains pendant qu'il me regardait avec intensité. Mais j'en voulais plus encore...
    Mes tétons étaient érigés sous ses caresses à un point tel qu'ils saillirent de ma robe sous le regard troublé de mon Beau gosse qui, se prenant au jeu, se mit à les embrasser avec douceur d'abord, puis avec gourmandise, en caressant avec sensualité le sein qui n'était pas sous ses lèvres. Il alternait pour que chaque sein soit comblé et moi je gémissais de plaisir. Rien que son savoir faire avec mes seins était prompt à me donner un plaisir immense à un point tel que je me mis à mouiller comme une fontaine.
    Comme s'il l'avait deviné, l'homme de l'ascenseur tout en continuant à titiller mes mamelons de sa langue douce, glissa sa main sous ma robe, atteignant mes cuisses, puis mes fesses qu'il malaxa généreusement pendant que moi, excitée je me frottais à lui, ce qui le fit bander de plus belle. Nous étions en transe l'un pour l'autre. Même lui s'était libéré de sa timidité et avait enfin oublié son rendez-vous et son appareil à vendre. Ses lèvres étaient délicieuses, et ses mains qui pressaient et caressaient mes fesses tout en me pressant contre le sexe que je devinais me faisaient mouiller de plus belle.

    -Tourne toi chuchota t-il

    Je me fis un plaisir de lui obéir, et ne le regrettai pas tant il se mit à diriger notre duo avec brio.
    Effleurant ma nuque de doux baisers Il fit coulisser la fermeture éclair de ma robe qui glissa à terre, prit mes deux seins dans ses mains, puis un seul, tandis que sa main libre s'aventurait sur mon ventre puis lentement très lentement, le long de mes reins, jusqu'à atteindre l'orée de ma culotte. Légèrement la main se mit à errer sur le tissu, frôlant ma chatte trempée et frissonnante, puis il glissa doucement un doigts à l'intérieur du slip, et je le sentis avec extase se poser sur mon clitoris, et faire de petits mouvements circulaires, ce qui me fait gémir de bonheur. Son doigt poursuivant son voyage longea ma vulve et la caressa doucement en longueur, tandis qu'il défaisait son pantalon et libérait son sexe qu'il introduisit lentement en moi, son doigt toujours caressant mon sexe. Ce fut alors un moment magique. Nous fîmes l'amour comme je ne l'avais pas fait depuis longtemps, mon corps soumis à ses caresses, ses mains sur mon sein et sur ma chatte qu'il branlait comme un dieu, et son sexe qui allait et venait en moi jusqu'à mon point G me firent atteindre un orgasme foudroyant dans lequel il me rejoignit bientôt, conquis, vaincu et comblé.

    Personne n'avait encore remarqué que l'ascenseur était cassé mais cette fois ci, nous en étions tous les deux très heureux et ne fîmes rien pour alerter la sécurité.

Cette histoire de cul t'a excité ?

Alors écoute maintenant toutes nos histoires racontées d'une manière très sensuelle !

Pour cela, compose le
Télephone rose récits érotiques
et fais-toi plaisir ;)
Cette histoire de cul t'a excité ?
Alors écoute maintenant toutes nos histoires racontées d'une manière très sensuelle !
Pour cela, compose le
Télephone rose récits érotiques
et fais-toi plaisir ;)

Les commentaires pour cette histoire érotique

Commentaires

Envoie un commentaire à , cela lui fera très plaisir !

Posté le par Gabriel :
Bonjour Angelica,

Belle histoire de cul rapidement et rondement bien menée.
Bisous, sexuellement vôtre...
Gabriel.
Posté le par Matonservice :
Bonsoir, té une sacré coquine, ça m'a bien remué, j'ai ma queue qui frétille!!!belle histoire sexe.
Posté le par Phil :
Superbe histoire érotique ou prend l’ascenseur ensemble quand tu veux
bisous phil
Pour commenter une histoire, il faut être membre.
S'inscrire gratuitement / Se connecter

Les autres aventures coquines de angelica

angelica

Inscription auteurs certifiés | Contactez-nous | Contact