Héberger une amie bi pour la nuit

Cette histoire de cul vécue par frtt, a été racontée par l'une de nos coquines au tel
Pour l'écouter, compose le
Télephone rose récits érotiques
et fais-toi plaisir ;)
Code histoire 0124 - Durée : 06 minutes
Ecoute cette histoire de cul au
Télephone rose récits érotiques

Code histoire 0124 - Durée : 06 minutes
  • 281 39

    Héberger une amie bi pour la nuit

    Corrigé et résumé par frtt le

    Publié le

    Histoire sexe lesbienne

    Bonjour, je m'appelle Camille, j'ai 19 ans et je suis étudiante.

    Je suis grande et fine, j'ai les cheveux bruns et courts, de jolis yeux chocolat, et même si je n'ai pas les plus jolies formes imaginables, on me complimente souvent sur mes seins (je fais un joli 95B, ils ont une forme agréable à l’œil et sont doux et fermes au toucher) et j'ai senti plus d'une fois des regards sur mes fesses quand je me promène en mini short.
    Je suis également bisexuelle.

    Quand je suis chez moi j'ai pris l'habitude de me balader nue, je trouve les vêtements tellement inconfortable, et j'avoue que ça ne me déplaît pas de sentir le regard du voisin quand je cuisine en tenue d'Ève devant la fenêtre, je dois avoir un petit coté exhibitionniste.

    Il y a quelques temps j'ai hébergé une amie qui me plaisait beaucoup chez moi pour la dépanner une nuit. Même si je la savais bi, je ne lui avais jamais fait d'avances puisque elle était en couple.

    Dans mon petit appartement d'étudiante, je n'avais pas autre chose a proposer que mon lit une place, mais bon on est grandes, même si on dort cote a cote on est capable de rester sage.. ou pas ;)

    On avait d'abord passé la soirée un peu plus loin, alors sur le chemin du retour on a pas mal papoté. Elle m'a appris être célibataire depuis peu, ce qui m'a bien entendu intéressée. Pourtant, j'ai assez peu confiance en moi, et je ne pensais pas lui plaire, la suite m'a prouvé que non.

    Quand on est arrivée chez moi il était tard, donc je lui ai proposé de se coucher tout de suite. Je voulais être confortablement installée pour dormir alors je lui ai demandé si ça la dérangeait que je dorme nue, comme a mon habitude. Elle m'a répondu que non, pas du tout, et m'a avoué après s'être retenue d'ajouter «au contraire».

    D'ailleurs, je ne vous l'ai pas présentée, Eva, 21 ans, cheveux bruns longs et ondulés, petite et fine.

    Elle dormait avec un shorty et un vieux t-shirt, mais je l'ai trouvée terriblement sexy.

    On s'est toutes les deux calées dans le lit, et on s'est fait des câlins en discutant. Je ne vous l'avais pas dit mais je suis très tactile et j'adore les câlins. Elle avait sa tête posée sur mon sein. Sa proximité me troublait, et je sentais mon corps réagir malgré moi. Mes tétons commençaient a pointer, mon minou s’humidifiait, et j'avais un peu de mal a me concentrer sur le dialogue.

    Je me souviens avoir pensé que j'étais bien contente de ne pas être un homme, mes signes d'excitation étaient bien plus facilement dissimulables que l’érection que j'aurais sûrement arboré a ce moment la.

    A ce moment la, tout en continuant a bavarder, elle a commencé à me chatouiller les côtes, ce qui m'a fait râler un peu. Ses doigts sont devenus plus doux, les chatouilles se sont transformées en caresses, et ses mains sont remontées vers mes seins, qu'elle a tendrement effleuré. Je l'ai senti sourire au moment ou ses mains sont passés sur mes tétons durcis, me faisant frissonner.

    Elle a descendu ses mains sur mon ventre, puis mon bas ventre, et a caressé l’intérieur de mes cuisses sans toucher mon sexe. Je frémissais et protestais faiblement, mais elle n’arrêtait pas, bien au contraire.

    Ce petit jeu a duré quelques minutes, augmentant ma frustration, et d'un coup elle a enlevé ses mains, a pris appui de part et d'autre de ma tête, est montée a califourchon sur moi et, me regardant dans les yeux, m'a embrassé. Je l'ai entourée de mes bras et l'ai serrée contre moi en lui rendant son baiser, c'était doux, c'était bon, mais je voulais plus, beaucoup plus. Je lui ai enlevé son t-shirt et ai commencé a lui caresser les seins. J'adore ses seins. Je jouais a faire rouler un des tétons entre mes doigts tandis que je léchais l'autre, le faisant très vite pointer sous ma langue. Je le pris alors en bouche et le mordillais légèrement, faisant pousser à Eva de légers gémissements.

    Elle me repoussa soudainement sur le dos, et vient prendre un de mes tétons en bouche, tandis que sa main descendait sur mon entrejambe.

    « Hm, tu es bien excitée il semblerait, me dit elle
    - C'est parce que tu me fais beaucoup trop d'effet.. »

    J'étais en effet trempée, et je frémissais de plaisir. Sans tarder, elle rentra brutalement deux doigts en moi, et commença de lents va-et-vient. Ma respiration s’accéléra. La frustration et le manque m'avaient rendus bien trop sensible, et tandis que ses mouvements se faisaient plus rapides, sa seconde main et sa langue toujours occupés sur mes seins, elle ajouta un troisième doigt. Une vague de chaleur envahit mon corps, je me cambrais et jouis dans un gémissement.

    Elle se mit alors a quatre pattes au dessus de moi et se retourna pour me présenter sa jolie petite chatte. Je pris ses fesses en main pour l’asseoir sur mon visage et m'occuper de son minou avec ma langue. Je rentrai un doigt dans son vagin déjà tout humide et me mis a la lécher avec ardeur. Je faisais jouer son clito sous ma langue tout en remuant légèrement mon doigt. Je l'entendais gémir, ce qui m'encouragea a continuer. Soudain je sentis sa langue sur mon sexe, j'étouffais un cri de surprise mais continuai a la lécher passionnément.

    Je voulais lui rendre le plaisir qu'elle m'avait donné, et ce qu'elle me faisait m’empêchait de me concentrer correctement. Je l'ai alors poussée sur le dos, et me suis installée entre ses jambes. J'avais mis deux doigts dans son antre, et le majeur de mon autre main caressait son petit trou tandis que j'embrassais et léchais son minou ruisselant de cyprine. Elle gémissait et se cambrait, s'accrochant d'une main aux draps et jouant avec son sein de l'autre. Elle n'a pas tardé a jouir également.

    Je remontais alors a son niveau et léchai sous ses yeux mes doigts couverts de mouille, avec un regard coquin.
    Fatiguées, couvertes de sueur, nous nous sommes alors rallongées l'une a coté de l'autre, et je l'ai embrassée avant de sombrer dans le sommeil.

    Voilà les coquins, j'espère que mon histoire vous aura plu.
    Quant a moi, vous raconter cette aventure m'a bien excitée, je pense que je vais me caresser en y repensant.

    Bisous ou vous voulez, a la prochaine ;-)

Cette histoire de cul vécue par frtt, a été racontée par l'une de nos coquines au tel
Pour l'écouter, compose le
Télephone rose récits érotiques
et fais-toi plaisir ;)
Code histoire 0124 - Durée : 06 minutes
Ecoute cette histoire de cul au
Télephone rose récits érotiques

Code histoire 0124 - Durée : 06 minutes

Les commentaires pour cette histoire érotique

Commentaires

Envoie un commentaire à , cela lui fera très plaisir !

Pour commenter une histoire, il faut être membre.
S'inscrire gratuitement / Se connecter
Inscription auteurs certifiés | Contactez-nous | Contact