Il se tape son voisin marocain

Toutes nos histoires :
Télephone rose récits érotiques
  • 84 16

    Il se tape son voisin marocain

    Corrigé et résumé par Dialogue69 le

    Publié le

    Le p’tit rebeu

    Bonjour à tout le monde et aux gays en particulier de dialogue 69 !!

    Ce que je vais vous raconter s’est passé il y a seulement quelques semaines. Cela concerne mon voisin… J’en viens droit au but : aussitôt que j'ai posé les yeux sur les fesses du jeune marocain, j'ai eu la teub en érection. Il venait de s'installer juste en face de chez moi et, pendant tout le temps qu'il a emménagé, j'ai eu l'œil collé au judas pour l’épier. Il portait des jeans délavés et je n'en pouvais plus d'être excité par son petit cul serré.

    J'en rêvais tellement que derrière ma porte je me suis branlé deux fois de suite dans l'après-midi. À chaque fois que je me mettais à penser à lui, je me voyais en train de lui baisser le froc et doucement passer les mains sur son beau petit derrière musclé.

    Moi qui pourtant depuis toujours n'en ai pincé que pour des monsieur-muscles à grosse tige, je ne comprenais pas ce qui m'arrivait. Je triquais pour son cul comme j'aime voir un mec triquer pour le mien ! J'avais l'impression que ce petit con de mec, d'entre 19 et 20 ans, était en train de changer ma condition naturellement passive et, quelque part, ça me foutait quand même un peu les boules parce que c'est si bon de se faire enculer...

    Il avait les cheveux bouclés, il n'était pas très grand, il transpirait de jeunesse, il était bien foutu, et en plus il avait un charme à couper le souffle ! Je me disais que ça tenait du miracle que ce jeune s'établisse sur le même palier, et dans ma tête j'étais déjà en train de me vautrer sur son dos... Avec ma queue insérée dans le fond de sa rondelle…

    Dès le lendemain matin, vers les 9 heures, je n'ai pas résisté à toquer à sa porte. Lorsqu'il m'a ouvert il ne portait sur lui que son caleçon et, en voyant son corps dénudé, j'ai crevé d'envie de le toucher ! Je lui ai dit que je venais me présenter en tant que voisin et que j'espérais ne pas le déranger... Ça se voyait qu'il sortait du lit mais il m'a répondu : "Non, non...". Et il m'a même invité à prendre le café avec lui.

    Assis devant la table de la cuisine, je le voyais de dos pendant qu'il préparait le café. J'avais son cul à portée de main et je louchais sur son caleçon comme un malade... Avec une envie folle de le tirer vers le bas. Puis, à un moment, comme beaucoup de mecs le font sans même faire gaffe, le salaud s'est gratté la raie du cul devant moi et son caleçon est resté coiné dedans. Ça m'a aussitôt fait réagir la bite et j'ai été obligé de croiser les jambes ! C'est fou ce que j'étais excité et je devais me forcer pour ne pas me toucher la bite. Son cul me tentait de plus en plus et j'étais presque près à faire n'importe quoi quand, tout à coup, il s'est retourné vers moi avec une trique d'enfer qui lui déformait le caleçon.

    Quand il a vu que je lui matais l'ouverture, ça l'a fait marrer jusqu'aux oreilles et il m'a dit: "Oh, moi, les matins, c'est toujours comme ça!". Sa braguette n'était fermée que par un bouton au milieu et, d'un côté et de l'autre, je voyais une partie de la peau de sa queue en train de bander. De le voir dans cet état-là, j'ai commencé aussi à me voir en train de la lui sucer jusqu'aux couilles. Ce mec était en train de me rendre complètement dingue de lui, de tous les côtés, et maintenant je ne pouvais plus m'empêcher de regarder sans arrêt sa queue raide sous son caleçon.

    En même temps, j'admirais aussi ses cuisses, son ventre, son dos, et sa belle petite gueule souriante et pleine de charme. Faute de place, j'ai été obligé de reculer et de décroiser les jambes quand il m'a servi le café. Là, les yeux sur ma braguette, il m'a tout a coup dit : "Mais toi aussi, tu bandes !". Gêné, je n'ai pas su quoi répondre et il n'a pas insisté.

    Il s'est lui aussi servi un café et, traînant une chaise jusqu'à la table, il s'est ensuite installé juste en face de moi... En écartant bien les jambes. Par-dessous son caleçon je voyais presque la totalité des couilles pendre dans une jambière et ma queue n'en finissait pas de bander. Devant moi, comme ça, il a commencé à se frotter la queue au travers du tissu et, défaisant le bouton il m'a dit: "On se branle en même temps pour voir... Tu sais, chez nous c'est courant, ça, entre jeunes garçons...".

    Sa belle bite était déjà dehors jusqu'aux poils et il avait fait suivre ses couilles. C'était comme si tout m'avait sauté à la gueule d'un seul coup et je me suis dépêché de faire pareil !

    L'un devant l'autre, on a commencé à s'astiquer la tige en regardant celle de l'autre. Moi, j'ai très vite eu envie de lui sucer la sienne... Mais, n'osant l'avouer, je ne faisais que me passer la langue sur les lèvres. C'est là qu'il a étendu une jambe et que d'un pied il est venu me cogner le bout du mien comme pour me dire vas-y !

    D'abord je n'ai toujours pas osé mais, à force de ses petits coups de pieds, je suis descendu de la chaise pour me mettre à genoux entre ses cuisses et j'ai commencé à lui bouffer le gland ! Il s'est tout de suite beaucoup plus allongé et tout ce qu'il avait entre les jambes a été pour moi. Je le suçais en même temps que je lui pelotais les couilles et qu'il râlait de plaisir.

    Doucement, mes doigts allaient toujours plus loin entre ses jambes vers sa raie du cul et il avait l'air d'aimer ! Le bout de mon doigt a frôlé sa rondelle du cul et, à ce moment-là, il a levé les cuisses et m'a poussé la tête dans son cul.

    - Bouffe-moi! qu'il m'a fait.

    Mes lèvres étaient déjà dans sa raie et j'ai commencé à mettre des coups de langue entre ses bonnes miches tièdes malgré le caleçon. Putain, ce que c'était bon de lui lécher le cul, à lui !!!

    Je l'ai fait comme des mecs me le font à moi, jusqu'à me rentrer leur langue dedans. Son fion se dilatait, il devenait de plus en plus large au point de lui demander de me laisser l'enculer !

    Mais d'un seul coup, il s'est mis debout et, me retournant, c'est lui qui m'a niqué sur la table! Sa queue était brûlante dans mon cul et j'ai joui pendant plus d'un quart d'heure avant de véritablement éjaculer sur son par terre.

    Dans cette histoire, du début a la fin, rien ne s'était passé comme je le prévoyais mais ça a été trop bon! Il m’a reniqué deux fois depuis. Mais encore aujourd'hui, j'espère qu'un de ces jours je me ferai son petit cul !

Cette histoire de cul t'a excité ?

Alors écoute maintenant toutes nos histoires racontées d'une manière très sensuelle !

Pour cela, compose le
Télephone rose récits érotiques
et fais-toi plaisir ;)
Cette histoire de cul t'a excité ?
Alors écoute maintenant toutes nos histoires racontées d'une manière très sensuelle !
Pour cela, compose le
Télephone rose récits érotiques
et fais-toi plaisir ;)

Les commentaires pour cette histoire érotique

Commentaires

Envoie un commentaire à , cela lui fera très plaisir !

Posté le par Loud :
Super j'aime ton histoire bien que je sois une fille mais j'aime les histoire de gay sa excité grave
Posté le par thierry pierre :
superbe ton histoire j'aimerais être a ta place je suis bi.
Pour commenter une histoire, il faut être membre.
S'inscrire gratuitement / Se connecter
Inscription auteurs certifiés | Contactez-nous | Contact