Mature se fait un petit jeune

Cette histoire de cul vécue par Anonyme, a été racontée par l'une de nos coquines au tel
Pour l'écouter, compose le
Télephone rose récits érotiques
et fais-toi plaisir ;)
Code histoire 0087 - Durée : 07 minutes
Ecoute cette histoire de cul au
Télephone rose récits érotiques

Code histoire 0087 - Durée : 07 minutes
  • 689 104

    Mature se fait un petit jeune

    Corrigé et résumé par Dialogue69 le

    Publié le

    Je m’appelle Julie. J’ai 44 ans mais on dit souvent que je parais dix ans de moins. On dit aussi que je suis provocatrice car j’aime me promener nue chez moi, même sans volet et sans rideau, ce qui affole régulièrement l’étudiant d’en face, qui éteint précipitamment sa lumière pour mieux voir sans être vu dès que je viens dans mon salon pour regarder la télé bien à l’aise...

    Je vous écris car ce matin, j’ai eu la visite d’un plombier. Jusque là c’est classique mais attendez la suite...

    Il devait venir à 9 heures. C’est du moins ce que j’avais compris car il a débarqué dès 8 heures... J’étais encore sous la douche quand il a sonné et j’ai juste eu le temps d’enfiler une nuisette pour lui ouvrir. A la tête qu’il faisait, j’ai deviné que ma tenue était un peu limite. Il a carrément avalé sa salive avant de dire bonjour, sans trop savoir où regarder. Il est vrai que j’étais encore un peu mouillée et que la nuisette blanche collait à mes seins de façon assez gênante. Il jetait des coups d’oeils furtifs et n’osait même pas entrer tellement il était surpris de me trouver comme ça. J’ai oublié de dire que j’ai de très gros seins et que le garçon était très jeune, ce qui explique encore mieux sa gêne. Jeune mais très sexy d’ailleurs, avec son petit regard timide, fuyant mais curieux.

    Il est donc rentré quand même et je l’ai amené jusqu’au pommeau de douche qui fuyait, à cause d’une fente qui m’obligeait à baisser la pression. Sans faire attention (ou encore troublé ?), il a voulu essayer et a ouvert l’eau d’un coup en soulevant la manette. Le résultat a été terrible : l’eau a giclé au plafond et nous avons été aspergés tous les deux.

    Là, il s’est répandu en excuses pendant que j’essuyais tant bien que mal ma nuisette cette fois trempée, collante et intégralement transparente. Il était tétanisé et très drôle, tout mouillé lui aussi, avec des gouttes qui lui coulaient sur le visage.

    Après m’être essuyée, je lui ai prêté ma serviette pour s’éponger au moins la tête et je n’ai pas pu m’empêcher de jeter un oeil vers sa braguette pendant qu’il avait les yeux sous la serviette. Son sexe était visiblement en érection, bien calé horizontalement sur le côté gauche. Soit le petit gourdin du matin, soit l’effet de ma nuisette mouillée... Un peu gênée j’ai décidé d’aller me changer après lui avoir montré le robinet général qu’il voulait couper.

    Quand je suis revenue, il était à genoux dans la salle de bain, en train de démonter le flexible. Comme il ne m’avait pas entendue arriver, il a sursauté et il m’a fait rire de nouveau. Il faut dire qu’il était tellement troublé qu’il faisait visiblement gaffe sur gaffe, même dans ses paroles car il a dit quelque chose du genre : « Ah... Vous vous êtes habillée », tout en se rendant compte en le disant que c’était plus que maladroit car cela soulignait que j’étais peu présentable avant. Je le lui ai fait remarquer pour le taquiner et il est devenu rouge comme un coq.

    Cela dit, ma nouvelle tenue n’était pas des plus strictes : une petite robe plutôt décolletée... D’ailleurs, quand il s'est relevé pour me montrer ce qui était abîmé dans le pommeau de douche, j’ai dû me pencher en avant sous ses yeux et il a rougi de plus belle en constatant sans doute que je n’avais pas de soutien-gorge... Ses doigts tremblaient en désignant la fente sur le pommeau de douche. Et moi je commençais à avoir envie de ce garçon, surtout en voyant qu’il était toujours en érection, se tournant de l’autre côté dès qu’il voyait mon regard glisser vers son pantalon. J’ai donc décidé de passer à l’attaque...

    Il se tenait de profil dans l’embrasure de la porte et j’ai fait mine de vouloir sortir en passant par l’espace qui restait, comme si j’avais mal apprécié la largeur... Pour l’empêcher de se dérober, je lui ai mis la main sur les épaules en passant, le prévenant d’un « ne bougez pas, je ne fais que passer » et me frottant très fort contre lui, les seins en avant... Mais il était toujours aussi tétanisé...

    Quand je suis revenue, il était assis sur le rebord de la baignoire, pour revisser le pommeau au flexible, qui s’égouttait sur son pantalon... Profitant de l’occasion et prête à tout pour l’attraper avant qu’il ne reparte, j’ai eu l’audace de vouloir prendre la serviette pour éponger l’eau sur son pantalon et, bien sûr, j’ai épongé en priorité le côté gauche. J’ai même joué l’idiote en lui disant avec une fausse naïveté : « vous avec un outil dans votre poche on dirait... Qu’est-ce que c’est ? Laissez-moi deviner... » Il avait le souffle coupé, il ne pouvait pas répondre... J’ai enchaîné : « je suis curieuse je vais me permettre de mettre la main dans votre poche pour voir ce que c’est... »

    Bien sûr la poche était vide mais je me suis mise à caresser son pénis depuis l’intérieur de la poche. Je le sentais se raidir par à coups, coincé qu’il était sous le tissu. Là j’ai fait semblant de m’inquiéter : « mais ça doit vous faire mal d’avoir le zizi coincé comme ça. Attendez, je vais me permettre de le décoincer... ». Là j’ai ouvert sa braguette, écarté le coin du pantalon puis de son caleçon et son pénis a surgi comme si l’on avait lâché un élastique tendu à bloc.

    Le garçon était toujours immobile, sans savoir quoi faire. Je crois qu'il se croyait dans un rêve. Moi je me sentais pousser des ailes, j'étais vraiment très à l'aise dans ce rôle de femme cougar qui a envie de se faire sauter par un petit jeune... Je me suis mise à genoux et j’ai commencé à lui poser quelques bisous sur le gland, avant de l’engloutir. Pendant ce temps, je lui ai pris les mains pour les poser sur mes seins, qu’il s’est mis à malaxer fébrilement.

    Alors j’ai achevé de nous déshabiller tous les deux et je l’ai tiré dans ma chambre, je l’ai poussé sur le lit et je l’ai chevauché. Je me suis pénétrée avec son sexe pendant qu’il me caressait les fesses. Très vite j’ai senti en moi des jets de sperme d’une incroyable puissance. C’est là que j’ai vu à quel point je l’avais excité.

    Ensuite, je lui ai demandé de me faire un cunnilingus et de me faire jouir. Il m'a fait vraiment du bien. Il m'a aussi léché mon petit trou et qu'est-ce que c'était bon...

    En partant, il m'a remercié, c'était trop chouette d'être dans cette position de femme cochonne qui se fait un petit jeune. Cela fait quelque mois que je suis vraiment porté sur la chose et j'ai l'impression de commencer une nouvelle vie. C'est vraiment super.

    La prochaine fois que j’appelle l’entreprise de plomberie, j’exigerai le même employé car s’il est un peu emprunté, il a malgré tout un outil fantastique...

Cette histoire de cul vécue par Anonyme, a été racontée par l'une de nos coquines au tel
Pour l'écouter, compose le
Télephone rose récits érotiques
et fais-toi plaisir ;)
Code histoire 0087 - Durée : 07 minutes
Ecoute cette histoire de cul au
Télephone rose récits érotiques

Code histoire 0087 - Durée : 07 minutes

Les commentaires pour cette histoire érotique

Commentaires

Envoie un commentaire à , cela lui fera très plaisir !

Posté le par MrKargal :
humm tu m'a fait bandé petite cochonne j'aurais voulu être à sa place! !
Posté le par chris42300 :
Hum très belle histoire tu as l'air vraiment d'une bonne cochonne ?
Posté le par marquis :
j'ai vécu la même aventure avec la femme de mon patron d’apprentissage elle avait 38 ans et venait d'accoucher. je souhaite à tous les petits jeunes de vivre la même chose et de ne rien dire dans son entourage c'est un premier jardin secret
Posté le par asnate :
Excellente histyoire vraie!!
Vous avez eu raison d'en profiter et d' aimer le sexe.
Je vous embrasse partout
Posté le par loubeja :
c'est une belle histoire porno c'est possible avec photos du couple ?
Posté le par julien :
J'aimerai beaucoup être à la place de ce jeune homme.
Pour commenter une histoire, il faut être membre.
S'inscrire gratuitement / Se connecter

Les autres aventures coquines de Anonyme

Anonyme

Inscription auteurs certifiés | Contactez-nous | Contact