Une élève et son prof

Dialogue chaud :
Télephone rose chaud
Sans attente
  • 241 25

    Une élève et son prof

    Corrigé et résumé par Dialogue69 le

    Publié le

    Quand j'étais élève au lycée, j'étais totalement subjuguée par mon prof de maths et figurez vous que j'ai eu la chance, à mon initiative bien sûr, mais il était largement consentant, de passer avec lui un moment torride que je ne suis pas prête d'oublier.
    C'était par un beau vendredi il y a quelques années déjà. et comme d'habitude j'étais ravie d'aller rejoindre la salle202 (je m'en souviens encore) ou avait lieu le cours de maths des Terminale S.
    Le timbre strident de la sonnerie avait retenti et nous attendions devant la porte, en file indienne, silencieux et dociles, l'arrivée du professeur réputé pour sa sévérité.
    C'est un silence religieux qui accueillit son arrivée, et nous rentrâmes nous installer à sa demande.
    Nous attendions la note du dernier contrôle du trimestre et autant vous dire que l'ambiance était tendue parmi nous.
    J'attendais, sereine, qu'il annonce les résultats et nous rende nos copies. Je n'avais aucune inquiétude à avoir, les maths étaient devenues ma passion depuis que nous avions ce prof que tout le monde craignait mais qui était en revanche un excellent pédagogue. Ma note tomba: 19. Il me la remit avec un demi sourire qui pour lui était à interpréter comme une offrande magique et la récompense de tous mes efforts. je rayonnais en saisissant ma copie dont je pris soin de m'emparer en effleurant ses doigts au passage. Je le sentis se troubler et détourner son regard. j'avançais peu à peu dans ma conquête et j'étais sûre que je finirais par atteindre mon objectif: passer un moment intime avec lui.
    Ma voisine de table quii connaissait mon penchant amoureux pour notre prof de maths ricanait en douce et me glissa à l'oreille:
    -Chope lui le cul quand il passe dans la rangée!
    Je réfrénai un éclat de rire. je n'avais pas le droit à l'erreur et tout écart de discipline me vaudrait un rejet de sa part ce qui était impossible à admettre pour moi. Je le voulais et je l'aurais!
    J'avais mis une mini jupe en jean blanc qui faisait ressortir mes longues jamabes bronzées et croisées sous mon pupitre. Comme j'étais devant, il avait pleine vue sur mes cuisses et je remarquai qu'il lorgnait parfois discrètement dessus.
    Monchemisier, blanc également était bien choisi : j'avais défait le premier bouton pour lui offrir un décolleté apte à lui faire deviner la naissance de mes seins qui étaient déjà très opulents malgré mon âge. Je n'avais aps mis de soutien gorge et mon chemisier blanc le laissait bien deviner.
    J'avais décidé de mettre la première partie de mon plan A en marche dès la fin du cours, aussi je m'efforçai tout au long de l'heure de préparer le terrain avec force regards et mouvements de jambes.
    Dès que je le pouvais, je l'appelais pour qu'il m'aide à comprendre un problème, un exercice et ma copine n'était pas en reste non plus.
    -Il est chaud là, tu vas l'avoir c'est sûr. T'as vu comme il mate tes nichons? me chuchota t-elle
    -Mmm t'es sûre?
    -Mais oui c'est flagrant! tout à l'heure il t'a touchée quand il regardait ton exo. sérieux je le sens bien!
    La fin de l'heure arriva et j'eus soin de prendre tout mon temps pour ranger mes affaires de sorte que je restai la dernière dans la salle avec lui qui finissait de ranger son cartable.
    Il fallait que je le retienne à touit prix sinon il allait quitter la salle.
    Je jouai le tout pour le tout.
    Je m'avançai vers lui, sensuelle, souriante, ondulant des hanches, et lui demandai l'explication d'un exercice que je feignis ne pas avoir compris.
    -je ne vous ai pas déjà expliqué celà tout à l'heure Mademoiselle?
    -Oui je sais bien mais je suis désolée je continue à bloquer. Il me manque un déclic
    iI ressortit son manuel de mauvaise grâce, je le sentais pressé de sortir ce qui n'arrangeait pas mes affaires.
    -Je suis désolée de vous déranger Monsieur, vous avez l'air pressé. tant pis pour moi je vais vous laisser je demanderai à un copain qu'il m'aide
    -Mais non, allez, on va reprendre la démonstration ensemble.
    Audacieuse je me rapprochai de lui jusqu'à le toucher, ce qu'il sentit car il recula imperceptiblement pour échapper à mon contact. pas gênée je me rapprochai à nouveau. Cette fois ci il ne tenta pas de s'éloigner et se mit à reprendre l'exercice pour moi qui pendant ce temps défaisais un puis deux boutons de mon chemisier. Ma poitrine était presque nue, seul mes tétons étaient encore cachés par le chemisier.
    Il demeurait cependant imperturbable et professionnel, sans même me regarder.
    je sentais mon entreprise plus que vouée à l'échec quand j'eus tout à coup une idée lumineuse.
    Je sortis ma bouteille d'eau de mon sac me mis à boire et l'échappai sur mon chemisier. Trempé, il était totalement transparent et c'était comme si j'étais torse nu devant lui.
    -Oh non! je me mis à sangloter
    Il leva envin les yeux de ses maths pour decouvrir que j'étais trempée, mon chemisier transparent collé à mes seins nus que l'on voyait parfaitement, les bouts dressés et durs tellement j'étais excitée.
    -mais enfin que se passe t-il!
    -J'ai échappé ma bouteille!je suis toute mouillée!
    Il était rouge d'embarras et ne savait plus où poser les yeux, je profitai de la situation.
    Je me mis à pleurer de plus belle
    -Je suis tellement désolée! et en plus je suis mal à l'aise , je n'ai pas de soutien gorge et...
    -Oui ça j'avais remarqué, mais arrêtez de pleurer ce n'est pas la fin du monde!
    -Ah? vous avez regardé mes seins alors? repondis je en reniflant
    -pas besoin d'avoir à les regarder, on ne voit que ça!!
    -Je me sens si gênée...
    -Mais non, ce n'est rien, par contre vous ne pouvez pas rester comme ca
    -Non répondis je en reniflant, je vais remettre mon tee-shirt de sport mais il n'est pas très beau. Pouvez vous fermer la salle à clé, si quelqu'un rentre...
    -Oui, il vaut mieux répondit-il
    Le temps qu'il se retourne pour aller fermer la salle, j'avais oté mon chemisier et restai ainsi en jupette, seins nus devant lui qui eut un sursaut en me voyant ainsi, les seins dressés, le visage encore rougi de larmes.
    -Euh...il est ou votre tee-shirt de sport?
    -Je ne sais pas je le cherche
    -Il est à votre place!
    -Ah oui c'est vrai! Mais je ne bougeai pas et au contraire m'avançai vers lui
    -Ecoutez vous pouvez vous habiller là? cette situation est gênante.
    -Pourquoi êtes vous gêné?
    -Enfin! arrêtez de faire la sainte Nitouche et habillez vous!
    -Oui d'accord mais une dernière question: Comment trouvez vous mes seins?
    -Ce n'est pas en rapport avec les mathématiques. Je n'ai pas à répondre
    -Moi je pense que vous les aimez bien, vous n'arretiez pas de les regarder tout à l'heure pendant le cours
    Là je touchai juste car il baissa la tête et devint écarlate.
    -Allez dites moi comment vous les trouvez. Sinon je ne me rhabille pas
    -Mais vous voulez vraiment me faire virer! vous savez ce que je risque pour detournement de mineure?
    -Déjà je ne suis pas mineure, je viens d'avoir 18 ans, en plus je ne vous demande pas de me baiser, juste de me dire comment vous les trouvez
    -Ils sont....euh ...très gros...et euh...très beaux
    -Merci. Juste une dernière chose avant que je m'habille. Vous voulez bien les toucher?
    Voyant que je ne lâchais pas le morceau, et peut-être aussi parce qu'il commencait à craquer il toussota, avança sa main et la posa sur un sein, sans bouger ce que moi je fis par contre en me frottant à sa main et puis, comme par magie cela fonctionna, je le vis le caresser ce à quoi je réagis en me retournant en prenant son autre main libre et en la posant sur l'autre sein. J'étais dos à lui, contre lui et ses deux mains serraient fort ma poitrine à présent et la malaxaient

    -Lachez vous, murmurai-je, vous en mourrez d'envie
    -Petite sotte tu vas m'attirer des ennuis...
    -Vous voulez qu'on arrête?
    -Non, j'aime trop tes seins, j'ai envie de les caresser et de te faire jouir rien qu'en te titillant les tétons

    j'avaia gagé la partie!
    Et en effet, il me caressait en expert, effleurant ma poitrine, mes bouts de seins tendus à l'extrême, puis les pressait entre deux doigts et les tirait jusqu'à me faire mal mais en même temps cela me donnait un plaisir fou.

    -Je saisis une de ses mains que je fis glisser le long de mon ventre jusqu'à la fermeture eclair de ma jupe qu'il ne se fit pas prier pour faire glisser.
    Je portais un string en dentelle rose dans lequel sa main se glissa en douceur.
    Je le sentais excité dans mon dos, sa respiration s'accélèrait et il bandaitdur juste contre mes fesses derrière son pantalon noir strict.
    -Petite salope, tu es toute mouillée.
    En effet, ma chatte était déjà trempée par les caresses qu'il avait faites à mes seins.
    Il fit courir ses dogts le long de ma fente, les enfonca légèrement, puis plus profondément mais très vite se heurta à un obstacle et s'orienta vers mon clitoris enflé et trempé. C'etait comme un sexe d'homme devenu saillant tant j'étais excitée
    -Mmm il est dur ce clito ! tu te caresses desfois toute seule dans ta chambre dis moi?
    -Oui tout le temps je je préfère quand c'est vous qui me touchez
    -Mmm petite cochonne, tu as l'air d'aimer ça oui...regarde moi cette petite chatte toute trempée, ce clito tout dur, cette belle fente qui devient toute humide quand je glisse mes doigts dedans....Mmmmm Laisese moi la gouter.
    -On ne me l'a jamais fait
    -Tu vas voir comme tu vas aimer ça.
    Alors je m'assis face à lui sur son bureau et le voici écartant mes cuisse quicommença à lapper ma chatte. En effet, c'etait divin.
    Il me lècha longuement de bas en haut, suçant mes lèvres puis gobant mon clitoris pour le suçoter puis repartit sur ma fente tout en me masturbant, je commencais à perdre la tête et à avoir très chaud. Je vibrais de partout pendant qu'il prenait toute ma vulve dans sa bouche et la dévorait en astiquant mon clito de plus en plus vite. Il se remit à me malaxer les seins en même temps ce qui f it que toutes mes zones érogènes etaient excitées en même temps. J'étais tellement folle de ses caresses que je lui appuyai la tête dans mon entrejambe pour qu'il me bouffe la chatte encore plus fort. j'adore les cunnilingus et lui est un dieu en la matière.
    Quand il sentit que j'étais prête à jouir, il sortit sa bite de son pantalon et se mit à se branler doucement avant de l'approcher de ma chatte
    -Tu es vierge n'est-ce pas? demande t-il
    -Oui, je me suis gardée pour toi
    A ces mots, il approcha son sexe de mon vagin, titilla doucement l'entrée puis très délicatement il l'enfonca en douceur et quand il perca mon hymen, je ne ressentis pas la douleur annoncée par toute mes copines dépucelées avant moi mais un plaisir intense qui décupla quand il se mit à me baiser doucement sur le bureau.
    Je finis par jouir pour la première fois d'une queue en moi. Et lui me rejoignit en répétant mon prénom plusieurs fois.

    Mmm j'aime encore plus les maths depuis que mon prof m'a dépucelée

Tu veux parler avec une coquine ?

Alors viens découvrir le profil de nos coquines par téléphone.

Ou, compose directement le
Télephone rose chaud
et fais-toi plaisir ;)
Tu veux parler avec une coquine ?
Alors viens découvrir le profil de nos coquines par téléphone.
Ou, compose directement le
Télephone rose chaud
et fais-toi plaisir ;)

Les commentaires pour cette histoire érotique

Commentaires

Envoie un commentaire à , cela lui fera très plaisir !

Posté le par Kevin :
Hum je veux bien être ton prof de maths
Tu ne regretteras pas ma langue et queue divines
alexandre8819@yahoo.fr
Bidous
Pour commenter une histoire, il faut être membre.
S'inscrire gratuitement / Se connecter

Les autres aventures coquines de angelica

angelica

Inscription auteurs certifiés | Contactez-nous | Contact