Ma première double pénétration

Dialogue chaud :
Télephone rose
Sans attente
  • 47 5

    Ma première double pénétration

    Corrigé et résumé par Dialogue69 le

    Publié le

    Ma première double pénétration

    Bonjour !
    Je m’excite depuis longtemps sur votre site, et je me dis qu’il faut absolument que je vous raconte par première double pénétration. Comme ici la coutume est de se présenter, voilà : je suis blonde aux yeux bleus, je mesure 1m70 pour 62 kg, assez sportive, je suis plutôt bien musclée, j’ai une belle poitrine qui plait assez aux hommes, mais ma spécialité, c’est la pipe. Beaucoup de garçon que j’ai connus m’ont complimenté à ce sujet.
    Voici mon histoire : nous étions vendredi soir, je sortais d’une semaine de travail épuisante, à cette époque, je venais d’avoir un job, j’avais 25 ans et j’étais célibataire, je voulais me concentrer sur ma carrière plutôt que sur les hommes.
    Alors que je fumais ma cigarette sur le trottoir devant chez moi, deux jeunes arrivaient en discutant, ils me demandaient si je n’avais pas une cigarette pour eux, tout en leur donnant, nous commençâmes la discussion, c’était deux étudiants, ils étaient dans la même université ou j’avais fait mes études, nous avons alors parlé des profs que nous avions eu en commun. Au fur et à mesure de la discussion, nous commencions à blaguer, et je leur proposai de monter chez moi boire un verre. Comme ils allaient rentrer, ils ont accepté avec plaisir. L’un deux avait une petite vingtaine d’année, il était grand et blond, les yeux bleu, l’autre, du même âge, était brun ténébreux, bien moins loquasse que son copain. L’ambiance était détendue, mais je sentais une petite tension sexuelle arriver, plus nous discutions, plus nous nous découvrions de points en commun, je leur demandais pourquoi ils n’étaient pas avec leurs copines un vendredi soir. A ma grande surprise, le blond qui s’appelait Dimitri, était célibataire, son copain, Oliver, avait lui une copine qui faisait ses études dans une autre ville. Je souriais en pensant à mes années étudiantes, en leurs indiquant qu’une fois les études terminées, l’un et l’autre se rendrais compte que leur vie n’allait que commencer, et qu’ils n’avaient encore rien vu de l’amour et du sexe !
    Dimitri, curieux, me demanda si mon copain à moi allait rentrer, hélas, à cette période, j’étais sans amant. Il posa alors sa main sur ma cuisse en de disant que vraiment, il aimerait beaucoup sortir avec une fille plus jeune ! Vexée, je lui répondis qu’il ne savait pas que j’avais plus d’expérience que ces minettes qu’il fréquentait ! J’aime le challenge, et c’est à ce moment-là que je me suis mise en tête de lui faire comprendre comment les filles de 25 ans étaient chaude et assumaient leurs pulsions. Je lui fis un long regard qui en disait long, et qui voulait dire aussi à Oliver : laisse-nous. Nous en étions déjà à quelques verres, et je n’avais plus les idées claires, eux non plus. Oliver s’absentât pour appeler sa copine, je décidai alors de mettre à mon tour la main sur la cuisse de Dimitri, qui ne se fit pas attendre pour m’embrasser. C’était un baisé très tendre mais à la fois, bien équivoque. Sa main se glissa sur mes fesses. Je lui mis alors une main sur l’entrejambe de son jean, l’effet ne se fit pas attendre et je sentais son sexe se durcir en dessous. Je me dis qu’Oliver allait comprendre et nous laisser un peu tranquille, c’était a priori le cas car cela faisait bien 5 min qu’il s’était absenté, je l’entendais ce resservir une bière dans la cuisine. J’étais tellement en manque de sexe que je ne me souciais pas qu’il puisse nous voir, au contraire, je crois que cela m’excitait encore plus. Dimitri glissa une main dans sous mon pull, et commença à caresser ma poitrine. Comme c’était le soir, je ne portais pas de soutien-gorge, et il atteint très vite mes tétons avec lesquels il jouait.
    N’y tenant plus, je commençais à lui retirer son tee shirt, c’est alors que je découvris un torse bien musclé comme je les aime. J’arrêtais un instant de l’embrasser, pour aller dégrafer son pantalon. En enlevant son boxer, je découvris un magnifique sexe en érection, d’une taille qui me donnait tout de suite envie de le lécher. Je ne me fi pas attendre et commençais à le prendre goulument dans ma bouche. Il ne put s’empêcher de pousser un râle à ce moment. Tout en le suçant, je sentais ses mains me caresser dans le dos et sur les fesses, nous étions assis dans le canapé. Soudain, je senti sur ma joue quelque chose de chaud. C’était la bite d’Oliver, qui frappait sur ma joue comme pour dire, moi aussi je veux rentrer. Il s’était déshabiller pendant que je suçais Dimitri, et était rentré dans le salon sans que je l’entende. Je n’avais jamais eu de relation avec deux hommes, mais j’étais tellement chaude et je mouillais tellement que je pris son énorme queue dans ma bouche.
    Dimitri m’allongea sur le canapé et commença à descendre document mon string, je suçais toujours Oliver, qui avait une énorme bite en érection, quand Dimitri commença par me donner quelques coup de langue sur ma chatte en feu. Oliver me caressait les seins pendant que je le pompais, et Dimitri me donnait de langoureux coups de langue et commença à insérer un doigt dans ma chatte. Il s’exclama : « qu’est-ce que tu mouille, je n’ai jamais eu de copine qui moulaient autant ». il continuait a me lécher et me doigter comme un expert, Oliver caressait ma poitrine et titillait mes tétons. Le plaisir montait en moi, j’étais en feu, je trouvai une seconde pour retirer de ma bouche le sexe d’Oliver que j’avais toujours en boche pour lui dire : « baise-moi maintenant ». Dimitri ne se fit pas prier et enfonça sa queue en moi, je laissais échapper un cri de bonheur quand sa queue rentra en moi. Je continuais de sucer Oliver, qui allait bientôt jouir. Il se retira et s’allongea par terre sur le tapis. Il dit à son pote : « à mon tour de la sauter ». D’habitude, je n’aime pas que l’on parle de moi comme d’un objet, mais là, entre l’alcool et l’excitation, je me laissai faire. Dimitri retira sa queue de ma chatte, m’embrassa a pleine bouche, et me laissa monter sur Oliver. Je fis rentrer sa queue cm par cm. Elle était plus grosse que celle de Dimitri, et ma chatte adorait ça. Dimitri continua de me caresser, j’étais en transe et ne sentit pas tout de suite que ses mains se rapprochaient tout doucement de mon autre trou. Je sentit alors qu’il commençais a mettre un doigts dans mon anus. Je n’avais jamais été pénétré a cet endroit. J’avais un peu peur, mais j’avais tellement envie d’eux que je me laissais faire. Son doigt entrait et sortait. Il en inséra un deuxième. Je mouillais tellement que je ne ressentais pas de douleur. Oliver, qui continuait à me baiser comme il faut m’attira contre lui pour m’embrasser, il m’enlaça et c’est à ce moment-là que je senti le sexe de Dimitri à l’entrée de mon petit trou. Oliver s’arrêta, tout en gardant sa queue en moi, et Dimitri pu s’insérer. Il commençait des va et vient lent dans mon petit trou, c’était un subtil mélange de douleur et de plaisir. Quand le passage fut fait, il reprit ses va et vient plus rapidement, et Oliver repris lui aussi. Je n’en pouvais plus, c’était tellement bon que j’hurlais. Tout l’immeuble devait m’entendre. Très vite la douleur disparue pour faire place à un plaisir que je ne connaissais pas, j’étais au bord de la jouissance. Eux aussi ! Oliver, qui n’avait que peu parler dit à son pote : « à mon tour de la sauter par derrière, je veux voir ce que ça fait de prendre une salope par le cul ». Je ne les écoutais plus que de loin, tellement excité et envieuse d’arriver enfin à jouir. Ils echangère leurs places, non sans me mettre chaqu’un d’eux une fessée, ce qui eux pour effet de m’excité un peu plus, je poussai un cri lorsque la pénétration anale eu lieu, car comme pour ma petite chatte, la queue d’Oliver du faire une place dans mon petit trou. La synchronisation repris et il ne me fallut pas longtemps pour jouir dans un hurlement de bonheur. Dimitri éjacula quasiment en même temps que mon orgasme. Oliver lui, mis un peu plus de temps, il continua a me pilonner, puis lorsqu’il allait éjaculer, sorti sa queue de mon petit trou, me fit fasse et joui sur mon visage. J’avais du sperme partout dans les cheveux. Je tombai d’épuisement par terre.
    Lorsque je repris mes esprits, les garçons avaient pris une douches et allaient partir, mais m’ont dit avant qu’ils ne s’attendait pas à passer une soirée comme ça, et qu’ils reviendraient bientôt pour me faire la fête.

Tu veux parler avec une coquine ?

Alors viens découvrir le profil de nos coquines par téléphone.

Ou, compose directement le
Télephone rose chaud
et fais-toi plaisir ;)
Tu veux parler avec une coquine ?
Alors viens découvrir le profil de nos coquines par téléphone.
Ou, compose directement le
Télephone rose chaud
et fais-toi plaisir ;)

Les commentaires pour cette histoire érotique

Commentaires

Envoie un commentaire à , cela lui fera très plaisir !

Pour commenter une histoire, il faut être membre.
S'inscrire gratuitement / Se connecter
Inscription auteurs | Contactez-nous | Contact | Devenir hôtesse