Cliquez ici pour du tel rose Suisse

Histoire erotique : Notre étudiante devient accro à son meilleur pote

Toutes nos histoires :
Télephone rose récits érotiques
  • 517 22

    Histoire erotique : Notre étudiante devient accro à son meilleur pote

    Corrigé et résumé par Dialogue69 le

    Publié le

    Coucou à tous. Je reviens vers vous pour vous raconter la suite de mon histoire avec mon meilleur ami que je vous ai raconté il n'y a pas longtemps. Je ne pensais pas revenir vers vous (du moins pas aussi vite) mais ce qu'il s'est passé hier m'y oblige un peu. J'écris tout ça à chaud donc pardonnez si c'est moins maîtrisé que la première histoire et parfois un peu long. En tout cas je suis ravie que beaucoup d'entre vous aient aimé la première partie et j'espère que vous aimerez la deuxième.


    Après avoir couché avec mon meilleur ami j'étais assez mitigée. J'avais réalisé un fantasme et passé une des meilleure nuit de ma vie, mais d'un autre coté j'étais très mal d'avoir trompé mon copain. De plus je ne savais pas comment allaient se passer les choses avec mon meilleur ami.
    Dès le lundi matin, quand nous nous sommes retrouvés à la fac, nous étions un peu plus distants l'un avec l'autre, il y avait moins cette complicité fusionnelle que nous avions d'habitude. Nous nous sommes d'ailleurs peu vus et peu parlés en dehors des cours car il était engagé sur certains projets et moi sur d'autres. Mais d'habitude dans ces cas-là on s'envoyait des sms toute la journée. Pendant deux semaines donc, nous étions redevenus de simples potes de fac, et pour parler clairement, ça me faisait chier !

    Le samedi il y avait une soirée chez une amie en commun de notre classe. J'espérais qu'il y serait pour que nous puissions parler tout les deux et que je puisse mettre les choses au clair que ce n'était qu'une aventure entre nous. Je lui envoyait un sms :

    -Tu viens chez cam ce soir ?

    -Oui, j'espère que tu seras la aussi ;)

    -Bien sur ! Répondis-je en souriant bêtement à son dernier sms.

    Le soir arrivé je me fit belle. Maquillée, coiffée, je mis un mini-short noir tout simple par dessus un petit string en dentelle et un t-shirt noir qui épousait bien mes seins. Et des bottines, à talons évidemment, pour compenser un peu ma petite taille ^^.

    Arrivée là-bas je vis que la plupart des gens étaient déjà là. Il y avait du monde mais beaucoup de couple, ce qui signifiait que la soirée n'allait probablement pas finir à l'aube. Je dis bonjour aux gens que je croisais en cherchant Romain du regard. Quand je le vis il était en grande conversation avec une fille de notre classe que je ne connaissais pas. Je n'avais pas envie de le déranger et une copine m'appela à ce moment-là.
    M'ennuyant rapidement, je bu un peu trop vite, d'autant que je n'avais pas mangé. Ma tête commença vite à tourner. Je passa à la salle de bain pour me rafraîchir un peu. Il était déjà 23h, tout était passé très vite. En sortant je tanguais un peu dans le couloir sombre et m'appuyait contre l'entrée du salon pour « analyser » avec qui j'avais envie d'aller parler.

    Je sentis alors un souffle sur ma nuque et une main sur mon épaule.

    « Alors tu me dis même pas bonjour ? »

    Je me retourna pour faire la bise à Romain.

    « Je t'ai pas dit bonjour tout à l'heure vu que t'étais avec quelqu'un d'autre. Et puis je voulais qu'on soit un peu tranquille tout les deux pour... »

    « … Qu'on parle de ce qu'il s'est passé il y a deux semaines ? » finit-il en voyant que j'hésitais.

    « Voila. C'est ça. »

    On se mit un peu plus dans l'ombre dans le couloir pour avoir plus d'intimité.

    « Alors, qu'est-ce que tu voulais me dire ? »

    « Je pense que tu le sais. Moi je suis avec Nico, c'est mon copain. Toi et moi on est juste des amis rien de plus. Avec toi c'était une erreur. » Je ne sais pas ce qu'il se passait, j'essayais d'être méchante pour le rejeter, je ne voulais pas qu'il insiste ou qu'il cherche à creuser.

    « Mouais si tu le dis. »

    Dans le noir, je n'arrivais pas à voir son expression sur son visage. Il avait ce ton froid et distant qui ne le quittait jamais. J'espérais quand même un peu plus. Merde c'est tout ce que ça lui avait fait !? Après tout ce qu'il m'avait dit au creux de l'oreille cette nuit là ?
    Il partit rejoindre la fête. Je restais dans le couloir, avec une énorme de frapper le mur. Il m'avait foutue en colère et je ne savais même pas pourquoi.

    Je ne sais pas combien de temps je suis restée là dans le froid du couloir, à moitié ivre, à ruminer bêtement. Toujours est-il que je décidais d'aller le trouver. La fête était quasiment finie. Il ne restait que 6 ou 7 personnes qui avaient décidés de finir en regardant un film. Tout le monde était assis sur deux grands canapés pour cuver ou comater sous des plaid et des couvertures devant une niaiserie. Je vis Romain tout au bout du canapé du fond et je décidais de le rejoindre. Il ne devait plus rester de plaid donc il était sous une grosse couette de lit que quelqu'un avait dû allé chercher dans une chambre.

    « Tu me fais un peu de place ? » dis-je d'une petite voie en soulevant la couette.

    Je m'installais contre lui, posant ma tête contre son épaule et profitant de sa chaleur pour me réchauffer un peu.

    « Franchement tu fais chier. »

    « Pourquoi ? »

    « Ba je t'annonce un truc comme ça et c'est tout ce que ça te fais. Tu réagis même pas. Tu t'en fou. Du coup ce que tu m'as dit cette nuit là je suis sensée en penser quoi ? C'était juste pour me faire plaisir ? »

    « Je pensais tout ce que j'ai dit. Mais... Je sais pas. Tu sais que j'ai toujours un peu de mal avec ses choses là... Tu m'en veux ? »

    « Tu sais bien que je peux jamais t'en vouloir très longtemps de toute façon. »

    J'étais aux anges de l'avoir retrouvé. Je fis une sorte de câlin à son bras gauche et remis ma tête sur son épaule. Comme j’enserrais son bras dans les miens, il arrivais entre mes jambes, qui étaient repliées sur le canapé, genoux en l'air. Au bout d'un moment je crus qu'il se dégageait mais au lieu de ça, sa main se posa sur mon genou. On regardait le film tranquillement. Mais petit à petit, très lentement, sa main descendit, caressant l'intérieur de ma cuisse nue. J’eus un petit coup de chaud et ne fis rien pour l'en empêcher, au contraire je caressais moi même son bras. Nos yeux étaient rivés sur le film et personne ne pouvait voir ce qui était en train de se passer sous l'épaisse couette qui nous couvrait. Sa main était arrivée en bas de ma cuisse. Le bout de ses doigts était à l'entrée de mon mini-short et effleuraient ma peau de plus en plus près de mon petit minou. Je pris la couverture pour la remonter juste sous mon cou car mes tétons pointaient sévèrement. A mon grand regret, sa main se dégagea mais fondit immédiatement entre mes jambes. Elle était posée sur ma chatte, seulement protégée par mon string en dentelle et le fin tissu de mon short. Deux doigts se mirent à faire de petits cercles sur mon clito. Je mouillait abondamment. Mes yeux étaient clos et ma respiration s'accélérait. Je mordis le haut de la couette pour ne pas faire de bruit.
    J'étais pas loin de venir. C'est dingue l'effet qu'il me faisait. Il fallait que je pense à autre chose. Ma main droite cessa de caresser son bras et se mit à la recherche de son entrejambe. Elle se referma sur sa bosse et trouva une bite déjà bien dure et compressée dans son jean. Je me mis à le branler à travers le tissu. Nous sommes resté de longues minutes comme ça à nous toucher mutuellement. C'était délicieux et frustrant car aucun de nous ne pouvais accélérer ses mouvements de peur d'alerter les gens autour de nous. Le générique du film mis fin à notre petite séance intime. Les invités restant se mirent à discuter et décidèrent de mettre un nouveau film. Romain se pencha à mon oreille :

    « On rentre ? »

    Je fis oui de la tête. Prétextant un coup de fatigue, nous avons dit rapidement au revoir à tout le monde. La maîtresse de maison nous raccompagna à la porte. Une fois fermée, Romain se jeta sur moi et me plaqua au mur pour me donner un baiser passionné. Avec notre petit cirque de tout à l'heure nous ne rêvions que de pouvoir enfin nous embrasser. Je n'en pouvais plus d'excitation et de pulsion, je le voulais contre moi. Je l'attirais avec force pour sentir son corps contre le miens. Il se recula ensuite pour bien me frustrer et m'emmena par la main. On prit ensuite un taxi pour aller chez moi.

    Une fois arrivés dans l'immeuble on se dirigea rapidement vers l'ascenseur. J'eus tout juste le temps d'appuyer sur le bouton du dernier étage qu'il me plaqua à nouveau contre le mur. Il m'embrassa et se retira à nouveau. Il prit mes deux mains et les mis au dessus de ma tête. Il les maintenait avec sa main gauche tandis que sa droite prenait mon sein qui pointait vers lui. Dans le même temps il me dévora le cou. Je ne pouvais plus bouger, j'étais totalement offerte à lui. Sa main droite glissa sous mon t-shirt, d'abord pour me caresser le dos, puis pour aller dégrafer mon soutien-gorge. Elle revint ensuite vers l'avant pour pétrir ma poitrine qui ne voulait que ça. J'attendais le moment où ses doigts viendront maltraiter mon petit téton dressé, le pincer, le faire rouler... Mon string qui avait à peine eut le temps de sécher était à nouveau trempé. Sa bouche qui s'occupait de mon lobe se détacha. Il me regarda droit dans les yeux m'embrassa à pleine langue. Il relâcha ensuite mes mains qui s'enroulèrent autour de son visage. De même ma jambe s'enroula autour de la sienne. Je voulais sa chaleur, je voulais me fondre en lui. Sa main gauche rejoignit la droite sous mon t-shirt, qu'elles relevèrent au dessus de ma poitrine. Il m'arracha mon soutif et le balança de l'autre coté de l'ascenseur. Mes seins étaient libres et toisaient son regard. Il se jeta dessus comme un mort de faim, aspirant, mordant, léchant... Il me faisait presque mal mais c'était tellement bon ! Je remarquait à peine qu'une de ses main avait empoigné mes fesses. Mes gémissements emplirent l'ascenseur. Je tenait à peine debout.

    Sa bouche descendit ensuite lentement sur mon ventre plat. Il déboutonna mon mini-short et le baissa en même temps que mon string. Il commença à m'embrasser le bas des jambes mais s’arrêta. Je ne sentis plus que son souffle qui remontait lentement à l'intérieur de mes jambes. Seul son souffle chaud me reliait à lui. Lorsqu'il arriva au milieu de mes cuisses j'eus la chair de poule, une nouvelle bouffée de chaleur parcouru mon corps. Mes doigts passaient dans ses cheveux, je n'attendais plus que le moment où il arriverai sur ma petite chatte humide. Je ne pu retenir un gémissement au moment où sa bouche se trouva à quelques centimètres. Je n'en pouvais plus. Je saisis son visage et le plaqua contre mon entrejambe. Une longue langue indiscrète pénétra profondément ma fente. J'avais du mal à tenir debout. Je poussais des petits cris perçants, seulement entrecoupés de ma respiration saccadée. Je me rendis compte du bruit que l'on devait faire. N'importe qui ouvrant la porte de l'ascenseur nous aurait surpris. Bizarrement, cette prise de conscience de pouvoir être surprise à n'importe quel moment par un de mes voisin m'excita encore plus. Je me découvrais des tendances légèrement exhib.
    Je pense qu'il sentit ce regain d'excitation puisqu'il accéléra la cadence. Mon clito fut avalé et martyrisé par une langue douce qui s'agitait à toute vitesse dessus. Il prit une de mes jambe et la fit passer derrière son dos pour mieux me pénétrer de ses doigts qui trouvèrent facilement mon point G. Je ne tenais plus que sur un pied et dû m'accrocher aux rambardes pour ne pas tomber. Je poussa un grand cri, sans retenue. Mon orgasme prit la forme de petits spasmes parcourant mon corps. Je sentais ma mouille couler dans sa bouche et le long de mes jambes. J'étais en nage. Il se releva et me pris dans ses bras et m'embrassa à pleine bouche.

    Vu le raffut qu'on avait fait dans la cage d'ascenseur il valait mieux partir rapidement. Je me penchais pour ramasser mes affaires mais il fut plus rapide que moi.

    « Nan nan. Ça c'est à moi maintenant. C'est un trophée, tu vas devoir faire sans. » Me dit-il avec un sourire.

    Je le regarda d'un air de défi et sortis dans le couloir nue. Le couloir de l'immeuble, qui d'habitude pue le renfermé était comme une bouffée d'air frais ; pour vous dire à quel point l'ascenseur devait sentir le sexe ^^. Après avoir ramassé mes affaires il me suivit. Je vous laisse imaginer la scène : Moi parcourant le couloir quasiment nue, avec seulement des talons et un t-shirt relevé au dessus des seins, des rigoles de mouille séchée luisant encore sur l'intérieur de mes cuisses. Je marchais lentement en balançant mes fesses pour l'exciter. Après ce qu'il m'avait fait subir, c'était à moi de prendre le contrôle.
    Ouvrant l'appartement, je le poussa à l'intérieur, enlevant son t-shirt, lui mordillant ses tétons pendant que mes mains se refermaient sur la bosse qui déformait son jean. J'exerçais une pression qui le fit gémir et m'attaqua à son cou. Nous étions toujours dans l'entrée de l'appartement. Je baissais son pantalon et son boxer d'un coup sec, comme lui l'avait fait. Je pris en main sa queue dressée et me mis à la branler tout doucement. Je la sentis durcir un peu plus entre mes doigts. Mon visage était à quelques centimètre du sien et lui jetait un regard coquin. Je pris son lobe dans ma bouche pour le mordiller. Passant ma langue dessus, je lui glissa à l'oreille :

    « Non j'irais pas plus vite, même si tu en meurs d'envie... Maintenant c'est moi qui commande. Elle est à moi. C'est moi qui décide. »

    Sa bite toujours dans ma main je le tira comme une laisse à travers l'appartement jusqu'à ma chambre. Arrivés la-bas, je le poussais sur le lit et me mis à genou sur le sol. La pointe de ma langue tourna lentement autour de son gland. Ma main exerçait de petites pressions sur sa queue. Ouvrant grand la bouche, je l'avala à moitié et resta comme ça pour laisser ma langue le titiller. Je me mis à le sucer tendrement d'abord puis rageusement. Sa main sur ma tête m'encourageais à continuer et essayais de m'imposer le rythme mais j'allais encore plus vite. J'avais du mal à tenir, sa queue tapait à l'entrée de ma gorge. De grands bruits de succion résonnaient dans la chambre. J’alternais avec des phases où je le léchais pour me reposer un peu puis reprenais mes va-et-viens profonds. Je passa ensuite aux boules que gobais en le branlant en même temps. J'étais excitée à mort. Je voulais qu'elle explose mais ce méchant essayais de se retenir et m’empêchais d'avoir ce que je voulais. J'adorais cette relation de défis qui prenait forme et je n'allais sûrement pas le laisser gagner.
    Je décidais d'utiliser mon arme secrète. Je pris sa queue et la cala entre mes seins que je refermais dessus. Je lui fis un clin d’œil au moment où je commençais ma branlette et eus un sourire de triomphe en le voyant fermer les yeux de plaisir. Je sentis sa bite palpiter à chacun de mes coups mais il ne venait toujours pas. Je pencha ma tête en avant et m'aperçus que son gland arrivait presque au niveau de ma bouche. Ma langue ne se fit pas prier et sortit immédiatement s'enrouler autour. J'eus à peine à accélérer le mouvement pour qu'il décharge de longs jets de foutre dans ma bouche, sur mon visage et sur mes seins. Je continua à le sucer tout doucement jusqu'à ce qu'il commence à faiblir. Il me tendit ensuite un mouchoir pour m'essuyer.

    Je me suis allongée à coté de lui pour pouvoir l'embrasser. Nous sommes restés longtemps comme ça. J'avais toujours son sexe dans ma main. Je jouais avec. Au bout d'un moment je sentis son sang refluer. Sa bite reprit lentement du volume jusqu'à atteindre la taille dont j'avais besoin. Son gros gland appuyait sur ma chatte et pénétra à l'intérieur. Il vint sur moi et fit rentrer le reste en un coup de rein. Mes jambes se refermèrent autour de lui pour l'emprisonner...

    Nous avons fait l'amour toute la nuit jusqu'au matin, et encore une fois à notre réveil. Je ne pouvais plus m'en passer, j'étais devenue accro.

tel rose voyeur

Cette histoire de cul t'a excité ?

Alors écoute maintenant toutes nos histoires racontées d'une manière très sensuelle !

Pour cela, compose le
Télephone rose récits érotiques
et fais-toi plaisir ;)
Cette histoire de cul t'a excité ?
Alors écoute maintenant toutes nos histoires racontées d'une manière très sensuelle !
Pour cela, compose le
Télephone rose récits érotiques
et fais-toi plaisir ;)

Les commentaires pour cette histoire érotique

Commentaires

Envoie un commentaire à , cela lui fera très plaisir !

Posté le par foudespit :
Quand on y a goûté, on ne peut plus s'en passer... J'adore !
Posté le par danycat :
Je suis mariée je ne couche pas avec mon meilleur ami mais il peut me toucher comme il veut discrètement et ci c'est possible me déshabiller et jouer avec mon corp
Posté le par Rosy :
Ton histoire est vraiment super à lire
Poste en d'autre
Et surtout met des photos
Posté le par Rosy :
Ton histoire est vraiment super à lire
Poste en d'autre
Et surtout met des photos
Posté le par Anonyme :
j'aimerais te prendre moi aussi! très belle histoire!!
Posté le par fandeporno :
La chance j'aimerais coucher avec mon meilleur ami. Et tu mas tellement exitée que avec toi cela serait sen problème aussi.j'ai la chatte toute mouillé. Cochonne.
Posté le par coquin77 :
T'es bonne chérie refait une histoire avec un amie
Posté le par Anonyme :
Nico rate des choses !! Cochonne !!
Posté le par Franck13 :
Ton histoire est bandante à souhait, j'aimerais goûter ton minou tout avec son nectar mouillé , il doit être accueillant et chaud, j'ai failli éjaculer en lisant ...mmmmh ma bite est super dure et attend une bonne bouche accueillante....tu es vraiment une bonne cochonne comme je les aime...;)
Posté le par Anonyme :
j'ai adoré ton récit
Posté le par ben :
ça mexite à fond
Posté le par Atomy :
Moi aussi j'aimerai couché avec une de mes amie mais elle ne veux pas trop pour l'instant on est marié tout les 2 donc on verra superbe histoire
Posté le par moi :
histoire parfaite. j ai mouillée...
Posté le par Anonyme :
cette histoire est magnifiquement bien racontée j'ai adoré , elle m'a beaucoup excité!
Posté le par kev :
J'aimerais coucher avec ma meilleure amie,Romain a bien de la chance
Posté le par nico :
Je prend du plaisir a te lire et je suis un gars comme romain
Posté le par Anonyme :
Cette histoire est très excitante j' aimerais bien être à ta place
Posté le par Nath :
Comme tu as raison de profiter, tu as l'air d'avoir pris ton pied, c'est super...J'en ai la chatte toute mouillée.
Posté le par Lola :
Trop envie d'être comme toi...Mon mec ne me baise plus assez et j'aimerais coucher avec mon meilleur pote.
Posté le par Romain :
Moi aussi je m'appelle Romain, mais dommage, je n'ai pas eu la chance de te gouter. Si tu es aussi belle que tu écris bien, Romain à beaucoup de chance :)

Je me suis caressé tout doucement en lisant ton histoire et en t"imaginant, pour finir j'ai jouis et franchement merci !
Pour commenter une histoire, il faut être membre.
S'inscrire gratuitement / Se connecter

Les autres aventures coquines de Robin

Robin

Tu ne trouves pas le récit X idéal ? C'est impossible sur le temple de l'histoire porno en France ! Recherche un peu mieux et tu trouveras ton bonheur à moins que tu préfères une baise directe au tel rose!

Inscription auteurs | Contactez-nous | Joindre la rédaction ou proposer un partenariat | Devenir hôtesse