Jeux SM en couple

Dialogue chaud :
Télephone rose chaud
Sans attente
  • 43 15

    Jeux SM en couple

    Corrigé et résumé par Dialogue69 le

    Publié le

    Moi c’est Alex, je crois que vous me connaissez en fait. Je vous avais fait part du fait que j’étais complètement soumis à ma maitresse, ma femme en fait, l’amour et le bonheur de ma vie. Celle pour qui je ferais n’importe quoi si elle me le demandait.
    Je suis à sa merci, c’est elle qui dirige, qui me dirige, qui se sert de moi, qui fait ce qu’elle veut de moi et j’adore ça. Ce que j’avais d’abord vécu comme une punition, je le ressens comme une joie certaine, elle m’humilie, m’avilit, me dresse, me domine et je suis complètement accroc.

    Hier, j’ai eu droit à la totale, elle s’est bien occupée de moi, s’est servi de cette cravache que j’aime tant. Humm, j’ai adoré ces moments. Elle est rentrée assez tôt, ce soir là. Elle venait de faire du shopping et semblait très excitée. Elle m’a même proposée un défilé, bien sûr elle avait acheté des sous vêtement tous plus affriolant les uns des autres. Je bandais comme un fou, elle s’en ai aperçu et a froncé les sourcils.
    Je n’arrivais pas à cacher cette érection, alors elle s’est approchée de moi avec un string fendu et un bustier qui ne cachait rien de sa forte poitrine et s’est mise à danser devant moi, comme si elle voulait m’exciter. Je n’en pouvais plus, je n’avais qu’une envie : me branler et me faire jouir.

    Ma femme a alors pris les menottes dans le tiroir et m’a dis d’approcher du lit. Je la regardais presque soulagé. Si elle m’attachait, je n’aurai plus la tentation de me branler. Mes deux mains prisonnières, elle a continué son manège, jusqu’à venir se frotter contre moi. Sentir le tissu et sa peau sur la mienne, j’ai cru que j’allais jouir là comme ça, comme un puceau.

    J’ai pu me contenir. Mais je l’ai supplié de venir s’occuper de moi. Elle s’est mise à rire et m’a dit :
    - Tu oses me dire ce que j’ai à faire, petit branleur ?
    - Oh pardon maitresse, mais je ne tiens plus, j’ai trop envie, pitié.

    Elle adore lorsque je la supplie, elle en devient sadique. Elle a mis sa petite croupe au dessus de ma tête, sa petite chatte poilue à peine cachée par le string me touchait le nez, si je sortais ma langue je pouvais même goûter la saveur délicieuse. Alors trop excité, incapable de me retenir, je l’ai fait. Ma langue a frotté son sexe à travers le petit bout de tissu. Elle s’est laissé faire un petit moment, puis s’est retirés vivement et s’est mise debout devant moi. Les lèvres pincée, le regard dur, elle a crié :
    - Tu t’es permis sans autorisation de ma part, de me lécher. Tu vas me le payer, petite salope.

    Et là elle a pris sa cravache, l’a fait claquée trois fois sur le lit, et « aiiiie « sur mon petit cul. J’ai vraiment eu mal, mais trop content qu’elle s’occupe de moi je n’ai rien dit. Parce que pour tout vous dire, avec ma femme nous avons un code, au ca où elle irait trop loin dans ses sévices,, si je dis « non » ou que je secoue la tête, c’est que je ne peut supporter ce qu’elle me fait. Après tout, c’est ma femme, et elle m’aime.
    Mais là ce soir là, j’étais trop heureux et excité pour l’arrêter et les coups pleuvaient, par cadence de 5 coups, puis une ou deux minutes de pause et encore cinq coup. J’ai eu droit à 5 « exercice » comme elle appelle ça.

    J’avais trop mal aux fesses, elles étaient à vif, mon sexe tendu à l’extrême menaçait d’exploser mais j’ai tenu bon. Pour me récompenser, elle a ensuite enfiler le manche de la cravache dans mon petit cul. Hum, c’est vraiment bon, cet instrument de cuir, ni fin ni épais qui entre dans mon derrière dans toute sa longueur je me sens transpercé à chaque fois. Elle fait des vas et viens rythmés et tourne l’engin dans mon cul, j’en deviens fou vraiment. Malheureusement c’est trop court, je jouis du cul trop vite !

    Ensuite elle vient de positionner comme précédemment au dessus de moi et écarte son string pour que je lui fourre ma langue dans ses odeurs délicieuses, dans cette chatte humide qui manque de fraicheur mais qui représente le plus délicat des mets pour mois. Je lèche goulument, tout et de partout, je la nettoie en profondeur et l’entendre gémir doucement me procure beaucoup de plaisir. Lorsqu’elle a déversé son petit jus accompagné d’un petit pipi libérateur, j’étais le plus heureux des hommes.

    Pour finir, elle m’a détaché et a voulu me regarder pendant que je me branlais. Quel honneur, je me suis appliqué et j’étais fier que me maitresse s’occupe si bien de moi.
    Je n’ai eu que des cadeaux ce soir là, je l’ai lavée avant qu’elle ne prenne un repos bien mérité.

Tu veux parler avec une coquine ?

Alors viens découvrir le profil de nos coquines par téléphone.

Ou, compose directement le
Télephone rose chaud
et fais-toi plaisir ;)
Tu veux parler avec une coquine ?
Alors viens découvrir le profil de nos coquines par téléphone.
Ou, compose directement le
Télephone rose chaud
et fais-toi plaisir ;)

Les commentaires pour cette histoire érotique

Commentaires

Envoie un commentaire à , cela lui fera très plaisir !

Pour commenter une histoire, il faut être membre.
S'inscrire gratuitement / Se connecter

Les autres aventures coquines de ALEX

ALEX

Inscription auteurs certifiés | Contactez-nous | Contact