Cliquez ici pour du tel rose Suisse

Histoire de sexe : Baise au travail

Dialogue chaud :
Télephone rose
Sans attente
  • 158 13

    Histoire de sexe : Baise au travail

    Corrigé et résumé par petitechatte le

    Publié le

    J'aime le sexe et j'espère éveiller chez certains d'entre vous fantasme, envie et désir.

    Aujourd'hui, j'ai déjeuné avec un ami avec qui je partage une relation privilégiée. Il nous est arrivés, par exemple, de nous échanger string contre boxer sur nos lieux de travail, évidemment souillés de notre désir. Il travaille au cabinet d'assurance mitoyen de ma boutique.

    Tout au long de ce repas, une envie de sexe planait au-dessus de nos têtes. Mais la pause déjeuner passe bien trop vite. À peine nous sommes nous embrassés, que sa main ait frôlé mes cuisses et que son sexe ait commencé à se tendre sous son jean qu'il était déjà l'heure de retourner au boulot.
    Assise à la caisse, les yeux rivés sur l'écran de mon portable, je n'arrive pas à me concentrer tant la frustration de ce midi me trotte dans la tête. Je dois trouver quelque chose pour que notre après-midi soit un peu plus intéressante.

    Je lui envoie un mail :
    - Donne-moi ton caleçon !
    - Pardon ? Impossible ! Je n'en porte pas...
    - Prouve-le !

    Il n'a fallu que ces quelques échanges pour que l'excitation nous anime de nouveau. Quelques autres sms pour lui demander de me rejoindre aux toilettes mixtes qui se trouvent à son travail. Il me donne une condition :

    - Tu regardes sans toucher !

    Sur quoi je lui réponds : - Pardon ? Impossible ! Si je vois, je touche - Go !

    Je sors de la boutique prétextant un courrier à déposer à la poste qui se situe au bout de la rue. J'entre dans le vieux bâtiment de son bureau indiquant l'accueil à l'étage mais me dirige vers les toilettes qui se trouvent sous les escaliers au rez-de-chaussée. Personne ne me voit entrer. Je suis la première. Je l'attends. Ces quelques secondes dopent mon adrénaline. J'ai peur de nous faire démasquer mais le désir est plus fort. Il m'envahit. Mon corps ne veut pas partir. Il le veut lui, ici, maintenant.

    La dernière fois qu'on s'est retrouvés ici, j'ai eu un orgasme. Aujourd'hui, je décide qu'il sera pour lui.

    Il arrive, m'emmène dans un des deux toilettes et ferme le verrou de la porte derrière moi.
    Je mets mes mains sur la boucle de sa ceinture pour la retirer. Il m'aide. Je défais un premier bouton, puis un second et enfin le dernier. J'arrive enfin à libérer son sexe qui effectivement n'est pas emprisonné d'un caleçon et pour qui l'excitation est bien visible, je le caresse, nous nous embrassons.

    Il dégrafe mon pantalon et y glisse la main. Il constate à son tour que je ne porte rien dessous ce tissu noir que je fais glisser le long de mes cuisses pour m'en débarrasser.
    Je ne lâche pas son sexe, bien au contraire, je l'utilise pour me caresser tout en le masturbant délicatement.

    La situation multiplie mon envie. Je suis déjà si humide. J'aime le sentir contre ma peau.
    Il décide de me retourner. Je plaque les mains sur la cloison, je me penche légèrement en avant afin qu'il puisse me pénétrer aussitôt.

    D'un coup de rein, il s'enfonce en moi. Puis un deuxième suivi encore d'un autre bien plus profond. Après quelques allers retours, d'un geste décidé, il m'attrape par les fesses, sort de mon vagin et s'aventure dans mon petit trou. Il est tellement lubrifié par ma jouissance que la pénétration est facile. Au second coup de rein, il entre encore plus loin. La légère douleur et l'extrême sensation de plaisir me font pousser un gémissement que l'on pourrait entendre de l'extérieur.
    C'est d'ailleurs au même moment que nous entendons quelqu'un entrer et aller au toilette d’à côté.
    Il sort de moi, je me retourne.

    Je continue à le branler sans relâche. Il me fait signe de ne pas faire de bruit. Mais je brûle de désir. Je ne peux, ni ne souhaite m’arrêter. Le faire jouir voilà mon désir le plus fort.

    Sans même réfléchir, je me mets à genoux devant lui pour continuer à jouer en léchant son sexe malgré notre voisin inconnu qui maintenant se lave les mains. Je ne m'arrête pas. Je suis même de plus en plus excitée de la situation qui m'excite comme une dingue.

    Je mets son sexe bien profondément dans ma bouche. L'inconnu quitte les lieux. Nous entendons la porte. Mais je ne relève pas. J'aime le goût de son sexe. Je ne peux le libérer. Il me chuchote qu'il va jouir. Je veux le faire jouir. J'accélère la cadence. Je l'aspire, le lèche, le suce, le sens au fond de ma gorge. J'entends sa respiration s'accélérer. Il perd le contrôle. Son sexe se durcit et entre encore plus profondément dans ma bouche. Une giclée de sperme envahit ma gorge. J'avale sans retenu.

    Je me relève, il m'embrasse dans le cou, je remonte mon pantalon. J'ouvre la porte et lui dis simplement :
    "je te laisse. À plus tard...". Ce moment était le sien...

tel rose voyeur

Tu veux parler avec une coquine ?

Alors viens découvrir le profil de nos coquines par téléphone.

Ou, compose directement le
Télephone rose chaud
et fais-toi plaisir ;)
Tu veux parler avec une coquine ?
Alors viens découvrir le profil de nos coquines par téléphone.
Ou, compose directement le
Télephone rose chaud
et fais-toi plaisir ;)

Les commentaires pour cette histoire érotique

Commentaires

Envoie un commentaire à , cela lui fera très plaisir !

Posté le par Anonyme :
très excitante cette histoire de cul j aimerais avoir une voisine de travail comme toi
Pour commenter une histoire, il faut être membre.
S'inscrire gratuitement / Se connecter

Tu ne trouves pas le récit X idéal ? C'est impossible sur le temple de l'histoire porno en France ! Recherche un peu mieux et tu trouveras ton bonheur à moins que tu préfères une baise directe au tel rose!

Inscription auteurs | Contactez-nous | Joindre la rédaction ou proposer un partenariat | Devenir hôtesse