Cliquez ici pour du tel rose Suisse

Histoire porno : Linda sexe-trotteuse ! Pour de la baise toujours plus crade

Dialogue chaud :
Télephone rose
Sans attente
  • 44 10

    Histoire porno : Linda sexe-trotteuse ! Pour de la baise toujours plus crade

    Corrigé et résumé par Dialogue69 le

    Publié le

    Linda sexe-trotteuse ! Pour de la baise toujours plus crade

    J’incite et je suscite, je suis belle…
    Tu me désires, suis-moi dans les rues sombres de Bruxelles. Aaaah bébé, c’est bon, je suis prise de plaisir, il me plaque contre un tas de cartons derrière un restaurant chinois fermé. Il est 3h du matin. On entend que ma voix dans cette ruelle sombre et crasseuse. Au bout de 7 minutes, de levrette intense, je baisse ma jupe, et boutonne mon chemisier.
    Il se propose de m’accompagner, je refuse.
    Mon fantasme me l'interdit. Et oui, mon délire : me faire baiser dans les coins les plus bizarres possibles par des inconnus. Je ne cherche pas d’argent, mais je recherche du sexe ! Je suis une sexe-trotter et je veux goûter à tout.
    Moi c’est Linda, j'ai 24 ans étudiante en informatique. Le jour étudiante, en couple et sexe-trotter la nuit. Comme le globe-trotter, je parcoure les rues à la recherche de nouvelles expériences sexuelles décalées. Chaque nuit je m’habille, le plus indécemment possible et j’arpente les rues de Bruxelles pour attirer des hommes sans scrupules. La nuit passée je me suis faite baiser par un sans-abri sénégalais derrière un restaurant chinois. Et ce n’est pas ce genre d’expériences sexuelles qui manquent. J’écris mot pour mots, le récit de mes aventures nocturnes. Tout a commencé un soir de Noël, alors que je rentrais d'une fête étudiante bien arrosée.
    Récit 1 : je décidais de faire le chemin à pied, je vivais à quelques pâtés de maison de là. Arrivée dans une petite ruelle qui donne sur une aire de jeux connue pour être mal fréquentée le soir venu. Je croise, un monsieur d’une cinquantaine d’années. Il avait l’air d’être, un sans-abri ou en tous cas pas du tout le genre de type que l’on inviterait chez soi. Il me salut de la main, je lui réponds, en lui souhaitant un joyeux Noël et je trébuche, tombe devant lui. Il me rattrape de justesse, je suis frôle je ne sais quoi ? Si finalement, c’est son sexe à travers son pantalon que je viens de sentir... Il me regarde, il est très surpris et gêné mais inversement c’est comme un déclic en moi, je perds pied, je ne me maitrise plus. Et là je me lâche, je le retouche une deuxième fois, de manière très soutenue et là je sens son pénis durcir, il rentrait en érection. S’engage une conversation qui va rompre le silence et le regard gêné qu'il y avait entre nous deux :
    Moi : baise-moi
    Lui : vous êtes sûr ?
    Moi : oui, je suis sûre.
    Lui : vous avez caché une caméra où je rêve ?
    Moi : non, je vois. Tu n'as pas envie.
    Je me lève et fait mine de partir, il m’attrape par la main et m’entraîne dans le buisson. J’avais peur, mais pas plus que lui puisque je sentais qu’il tremblait. Ces mains tremblaient et il était surpris qu'une si belle blonde aux yeux bleu, aux fesses bien galbées et aux seins volumineux se donne si facilement à un inconnu.
    Arrivés derrière le buisson, il m’arrache mon manteau. Il déchire mon chemisier, et là il englouti mon sein gauche dans sa bouche. Et il tire tellement fort sur mes seins que j’en ai mal. Il reste à téter pendant au moins 5 minutes, j’ai l’impression qu'il veut me dévorer… Je ne m’attendais pas à cela, j’étais loin d’imaginer qu’une telle situation puisse m’arriver. J’étais fatiguée, et n’avais au départ qu’une envie : rentrer me reposer chez moi ! Et là il sort un préservatif, et l’enfile. Il cherche à m’embrasser, je lui fais comprendre pas de baiser sur la bouche. Il avait une très mauvaise haleine, alors j’évitais tout contact buccal. D'un mouvement brusque, il me plaque contre un arbre. Il se colle à moi et frotte son sexe entre mes fesses. Le risque d’être surprise et le froid, font augmenter en moi le plaisir. Il frotte son gland sur mon vagin, et d'un geste brusque il me pénètre. Il commence par des mouvements un peu timides puis il augmente l’intensité, et je sens une chaleur m’envahir. Mes tétons durcissent, j'ai des frissons qui parcourent tout mon corps, ce n’ai pas le froid mais bel et bien l’excitation qui m’envahis totalement. Je gémis « mon Dieu ». « C’est bon, oh c’est trop bon » .Il s’agrippe à moi par les seins et continue à me ramoner à coup de reins de plus en plus intenses, de nouveau, d'un mouvement brusque, il me jette au sol et suis à quatre pattes. Il m’enfile son pénis, et là les coups de reins se font très intenses. Dans le silence de la nuit, on pouvait juste distinguer le bruit de claquement de ses couilles sur mes fesses, clac, clac, clac, clac, clac, clac, clac. Au bout de quelques secondes, le monsieur éjacule, et de son accent je comprends qu'il est arabe. Il me dit : « Moi, c’est Ziad «
    Moi : Enchanté, Ziad.
    Lui : on peut se revoir.
    Moi : oui pas de problème
    Lui : donne-moi ton numéro, moi je n’ai pas de téléphone.
    Moi : oki
    Je lui passe alors un numéro, qui n’est pas le mien. Je me lève, boutonne ma chemise et reprends ma route comme si de rien n’était. Je ressentais un plaisir que je n’ai jamais ressenti avec un autre homme. Je me suis dite que le sexe conventionnel n’était pas fait pour moi. Plus c’est bizarre, plus j’adore. Je ne savais pas ce qui m’avait animé cette nuit. Mais j’étais déterminée à continuer et tout être chercher à se découvrir. Je m’identifie dans ce genre de relations torrides et bien peu conventionnelles.
    J’étais dans une relation sérieuse, avec un homme adorable mais je m’ennuyais, et mon conjoint n’était responsable en rien. C’est juste mon corps qui était attiré par tous ce qui est peu conventionnel. Les interdits m’attirent plus, les risques et l’étrangeté de mes partenaires lors d'une relation sexuelle sont ce qui excite le plus. Et de surcroît, le faire dans des endroits un peu crades ne font qu’augmenter cette excitation qui ne fait que bouillonner en moi à chacune de mes sorties « plan cul ». Je minimise le danger, et je laisse mon instinct de prédatrice me guider. Je suis la prédatrice, et s’est à moi de choisir ma future proie…

tel rose voyeur

Tu veux parler avec une coquine ?

Alors viens découvrir le profil de nos coquines par téléphone.

Ou, compose directement le
Télephone rose chaud
et fais-toi plaisir ;)
Tu veux parler avec une coquine ?
Alors viens découvrir le profil de nos coquines par téléphone.
Ou, compose directement le
Télephone rose chaud
et fais-toi plaisir ;)

Les commentaires pour cette histoire érotique

Commentaires

Envoie un commentaire à , cela lui fera très plaisir !

Pour commenter une histoire, il faut être membre.
S'inscrire gratuitement / Se connecter

Tu ne trouves pas le récit X idéal ? C'est impossible sur le temple de l'histoire sexe en France ! Recherche un peu mieux et tu trouveras ton bonheur à moins que tu préfères une baise directe au tel rose!

Inscription auteurs | Contactez-nous | Joindre la rédaction ou proposer un partenariat | Devenir hôtesse