Cliquez ici pour du tel rose Suisse

Histoire sexe : Son mari l'offre à un black

Toutes nos histoires :
Télephone rose récits érotiques
  • 380 28

    Histoire sexe : Son mari l'offre à un black

    Corrigé et résumé par Dialogue69 le

    Publié le

    Notre coquine a testé le gode gonflable et a eu envie d'aller plus loin en se tapant un black...Si toi aussi tu veux tester ce gode clique ici

    ----------------


    Bonsoir à tous et comme beaucoup vous l’ont déjà dit, une très bonne année à tous.

    Avec mon mari nous lisons régulièrement vos histoires et souvent, tout émoustillés, nous faisons l’amour ensuite. Nous sommes de jeunes mariés et entre nous le sexe est quelque chose de primordial et d’assez intensif je dois dire. Nous nous entendons très bien sexuellement.

    Nous n’avons jamais pensé à utiliser des sextoys jusqu’à maintenant mais en lisant vos histoires, on s’est rendu compte que pas mal d’entre vous en utilisaient. Et cela nous donné envie de tester.
    Je ne savais même pas qu’un god gonflable ça existait et quand mon mari m’a dit comment cela fonctionnait, je me suis dit pourquoi pas. Cela devait être plus doux qu’un vrai god. L’idée m’a vraiment excitée.
    Nous n’avons pas de tabous entre nous et nous avons donc commandé sur le site le fameux god. Quand je l’ai reçu, ça m’a sacrément excitée, j’avais vraiment envie d’ouvrir le discret paquet. Mais j’ai préféré attendre que mon mari rentre le soir pour le découvrir ensemble. Et quand il est rentré, c’est la première chose que je lui ai montré, vous pensez bien. Je sautillais comme une petite fille pendant qu’il l’ouvrait, lui aussi tout frétillant.

    Cela avait bien l’air d’un gode mais en fait il y avait une poire qui permettait de le faire gonfler comme on voulait, pour obtenir le diamètre que l’on souhaitait. Je lui ai demandé de le faire gonfler au max pour voir ce que cela pouvait donner et je ne vous dis pas la taille de l’engin. Je me suis dit que ce n’était pas possible un truc aussi gros et qu’il était impossible que cela rentre dans ma petite chatte assez étroite. Ce god allait me déchirer le vagin.

    Pourtant mon mari est bien monté, je n’ai pas à me plaindre mais là, cela me paraissait impossible et douloureux de l’introduire dans mon intimité. Rassurant, mon mari m’a dit qu’il le gonflerait petit à petit pour que je m’ouvre progressivement.

    Alors tout excités, il a commencé à m’embrasser tendrement tout en passant une main sous ma robe. Sa main a commencé à titiller mon clito qui était déjà tout gonflé et tout sensible. Je mouillais déjà abondamment en imaginant ce god énorme dans ma petite chatte en ébullition. Rapidement, je n’ai eu qu’une envie qu’il m’embroche avec.
    Alors il l’a bien lubrifié avec ma mouille et il me l’a entré dans la fente. De son autre main il a commencé à se masturber. J’adore voir mon mari se branler en me regardant. Cela me met dans tous mes états. Il entrait et ressortait le god plein de ma mouille. C’était bon mais j’avais envie de plus gros. Alors je le lui ai dit et il a gonflé le god un peu plus. Je le sentais bien dans mon antre trempée et je donnais des coups de reins pour le sentir bien profondément.

    Sans que je le lui demande, mais comme il m'entendait gémir de plus en plus fort, il l’a à nouveau gonflé encore. Là, malgré ma cyprine, le god écartelait littéralement ma petite chatte qui ne devait plus être si serrée que ça. Elle devait être béante ! Mais je sentais un peu comme de légères brûlures tellement le god se sentait à l’étroit dans ma chatte.
    Pourtant je lui ai dit de continuer les va et vient et petit à petit mon minou s’est habitué à cet engin surdimensionné. Et les légers picotements de douleur du début se sont atténués, laissant place au plaisir d’avoir cette queue artificielle énorme qui emplissait tout mon orifice.

    J’écartais les jambes de plus en plus pour le sentir encore plus profondément. Et mon dieu que je mouillais. Je regardais mon mari toujours en train de se masturber et mes gémissements se sont faits de plus en plus forts. Encouragé par mes ondulations de plus en plus rapides pour me faire baiser à fond par ce vilain joujou vicieux, mon mari a accéléré le mouvement encore plus, me défonçant la chatte avec frénésie. Lui aussi était super excité de l’expérience de me voir, perdant tout contrôle, le regard perdu dans les méandres du plaisir mais toujours en le regardant se branler.

    Il a encore accéléré et quand j’ai joui, j’ai carrément crié tellement l’orgasme a été fulgurant. Lui- même, trop excité a fini de se branler sur moi et a tout craché sur mon pubis glabre. Encore sous l’excitation, j’ai pris à deux doigts, de son sperme dégoulinant de mon bas ventre, pour l’avaler goulument. C'est vous dire si j'étais encore excité :) J’étais un peu déçue qu’il ne m’ait pas baisée mais il m’a dit, plein d’humour, qu’il avait eu peur, après une pareille matraque entre les cuisses, de ne pas pouvoir toucher les bords…

    J'avais encore faim et là, y a une idée qui m’est passée par la tête en fait une idée qui me trottait depuis pas mal de temps dans la tête. Je me suis dit que j’aimerais avoir un beau black entre les cuisses, pour savoir si leur réputation n’était pas surfaite. Avec mon mari, nous n’avons pas de tabous et plus jeunes, nous avons bien profité chacun de notre côté avant de nous mettre ensemble. En rigolant, je lui ai confié timidement mon idée et ça l’a plutôt excité. Je sais qu’il aime me voir prendre du plaisir et il adore notamment quand je me masturbe devant lui. Et dans l’euphorie de l’orgasme génial que je venais d’avoir, je lui ai proposé d’essayer le club libertin très réputé de par chez nous, le Cléo. Il nous est souvent arrivé d’en parler ensemble mais plutôt sur le ton de la rigolade.

    Sur le coup, il est resté un peu dubitatif mais je l’ai convaincu en lui disant que je ne ferais ça qu’avec un black, que c’était juste pour le fun et que lui serait avec nous. Et que si l’un ou l’autre n’arrivait pas à accepter l’expérience, nous rentrerions direct à la maison. Nous sommes très complices et il a finalement accepté. Il ne voulait pas vraiment le dire mais je voyais bien qu’il était très excité malgré tout.
    Cela allait être une première pour nous. Le samedi soir nous sommes donc allés dans ce fameux club. J’avais revêtu une robe moulante panthère qui mettait bien mes formes en valeur avec un décolleté pigeonnant. Un peu vulgaire penseront certains, mais nous n’étions pas là pour faire du tricot non plus. J’avais savamment remonté mes cheveux en un chignon faussement décoiffé. Et un joli collier terminait sa chute dans le creux de mes seins. Je me sentais très sexy et mon mari m'a regardé avec beaucoup d'envie.

    Nous étions un peu angoissés quand même. Nous ne connaissons pas ce monde-là et ne savions pas quel genre d’individus il y avait. Nous avons été rassurés en entrant. L’ambiance était assez décontractée, il y avait déjà pas mal de monde. Le cadre était chouette aussi. Une ambiance très tamisée propice aux confidences. De confortables canapés en velours rouge. Une grande piste de danse où se déhanchaient des filles plus ou moins mignonnes. Des gens tout à fait normaux avec quelques bombasses aussi, faut dire. Mais je n’ai rien à leur envier. Des hommes bien habillés, de tout âge. Donc rien de choquant. Pas de truc glauque comme on peut parfois se l'imaginer.

    Nous avons pris un verre puis un deuxième, histoire de nous donner contenance, observant tous les hommes qui auraient pu faire notre affaire. Au bar, mon mari a alors vu un métis qui paraissait seul. Il me l’a montré et j’avoue qu’en l’examinant de loin, je me suis dit qu’il était pas mal du tout. Grand, musclé, plutôt beau gosse. Oui il ferait bien l’affaire. Mais j’hésitais. Allais-je être capable de passer à l’acte ? Mon mari semblait beaucoup plus à l’aise que moi, au final. Alors il a pris les devants et est allé discuter avec lui. J’ai compris qu’ils parlaient de moi car le beau métis me détaillait de la tête aux pieds. J’ai dû rougir sous son regard insistant, malgré la pénombre. Je me tortillais sur mon fauteuil, mal à l’aise d’être scrutée ainsi.

    Ils sont finalement revenus tous les deux. Les présentations faites, nous lui avons expliqué que c’était la première fois pour notre couple et que je voulais que mon mari soit avec nous. Cela ne lui posait pas de problèmes et il m'a mise à l'aise très rapidement. J'étais rassurée.

    Alors nous sommes partie dans un coin câlin. L’inconnu, qui s’appelait, Joachim, avait l’air de bien connaître les lieux. Une chose aussi, c’est que je ne voulais pas qu’il m’embrasse. Seul mon mari y était autorisé. Alors il m’a allongé sur le lit, s’est posé à côté de moi et a commencé à m’embrasser dans le cou et à me tripoter les seins qui se dressaient sous ses caresses bien appuyées. Mon mari s’était assis sur une banquette et nous regardait. J’étais frémissante d’appréhension et d’excitation. Le beau métis a enlevé ma robe et je me suis retrouvée en string. Sa bouche est alors passée de mon cou à mes seins qu’il a sorti de façon un peu brusque de mon soutien-gorge. Il agaçait mes tétons avec habileté le coquin et j’ai commencé à gémir doucement.
    Je ne pouvais pas quitter mon mari des yeux car je commençais à prendre du plaisir et cela me rassurait de le regarder et de voir que lui aussi avait les yeux brûlant de désir de voir sa femme entre les bras d’un autre homme. Joachim me pétrissait les seins, les avalait goulument et petit à petit il est descendu sur ma chatte en nage. Ma cyprine dégoulinait entre mes cuisses et il a commencé avec application à lécher ma mouille avant de s’attardait sur ma chatte en feu, après avoir ôté mon string trempe.
    Alors je me suis abandonnée à ce tourbillon de sensations exaltantes. Il me léchait, me mordillait le clito avec précision et a fini par me doigter très délicatement. Il avait de longs doigts très fins qui fouillaient avec savoir-faire ma fente.
    C’était très bon mais je n’avais qu’une envie, qu’il me baise violemment et surtout je voulais voir sa queue. Je voulais voir si le fantasme sur les blacks était vrai. Je prenais mon pied et sous l’effet du plaisir croissant, j’ai pris un peu plus d’assurance. Alors j’ai déboutonné son pantalon et ma main s’y est engouffrée. Il était nu sous son pantalon et j’ai de suite senti une belle grosse bite en érection.

    Waouah elle avait l’air énorme. Alors il s’est dévêtu lui aussi et j’ai pu admirer cet engin colossal dirigé vers moi. J’ai même senti une lueur d’envie dans les yeux de mon mari. Et là, une envie irrésistible de le sucer m’a envahie. Humm ! Embrasser, goûter, lécher cette queue sombre mais hors norme, j’en avais tellement envie. Alors je me suis jetée comme une affamée sur sa queue, y a pas d’autres mots et je l’ai sucé voracement comme une bonne petite cochonne. Je n’en revenais pas moi-même. J’avais beau faire tout ce que je pouvais, elle n’entrait pas entièrement dans ma bouche. Alors j’ai léché cette hampe majestueuse sur toute sa longueur, gobant ses grosses boules, les léchant avec avidité, reprenant sa tige à pleine bouche sans pouvoir l’avaler en entier.
    Il fallait qu’il me prenne. Je voulais ressentir ce que j’avais éprouvé avec le god gonflable. Sentir ma chatte pleine, presque à se déchirer. Je me suis mise à quatre pattes, il a enfilé un préservatif mis à disposition et il a commencé à entrer dans ma chatte tout doucement. Malgré ma mouille, elle était tellement grosse que j’avais un peu mal et pourtant l’orgasme n’était pas loin. C’était un démonte-pneu qu’il avait entre les jambes. Sentant que j’étais un peu crispée, il fut attentionné et il est allé tout doucement au début pour ne pas que cela soit douloureux. Puis quand sa queue a pu s’engouffrer entièrement dans ma fente et que je me suis sentie plus à l’aise, embrochée de la sorte, il a commencé à envoyer du lourd.

    Il s’est mis à me besogner avec violence, me mettant de grands coups de reins, bien forts bien rustres. J’avais l’impression que sa queue me déplaçaient les ovaires à chaque coup de pieu. Il tapait dans ma chatte comme un bourrin et je couinais de plaisir maintenant. J’en criais presque.

    Avec tout ça j’en avais presque oublié mon mari. Quand je l’ai regardé, j’ai vu qu’il avait joui et il est venu se positionner devant moi pour que j’avale le sperme qui dégoulinait encore de sa queue. J’étais une chienne. Je me faisais défoncer par ce beau black tellement bien membré, la queue de mon mari en bouche. A chaque assaut, il me projetait en avant et me faisait engloutir le chibre de mon mari encore plus loin dans ma gorge, tellement ses va et vient étaient brutaux. La queue de mon mari dans la bouche, et celle de mon beau black dans la fente j’ai joui comme une prostituée. Une sale petite vicieuse qui voulait de la baise!
    Joachim a continué de me dévaster la chatte, il était, de plus, très endurant et à nouveau j’ai senti le plaisir m’envahir petit à petit. Un nouvel orgasme s’annonçait. Et il me bourrait comme une brute épaisse, imperturbable, comme un cheval qui se tape sa jument. Mon mari m’a embrassée tandis que je me faisais défoncer et cela décuplait mon plaisir. Je recommençais à gémir comme une chienne et finalement Joachim a déchargé dans ma chatte à nouveau feu dans un dernier coup de rein ultra brutal. Il est resté 5 mn avec nous puis s’est éclipsé, en félicitant mon mari d’avoir une femme aussi chaude.

    Moi j’étais encore très excitée et je voyais que mon mari me regardait différemment: J’avais l’impression soudaine qu’il me regardait maintenant comme une bonne petite salope. Il avait une lueur presque lubrique de petit pervers dans les yeux et ce n’était pas pour me déplaire. Au contraire, cela a affolé mes sens. Il avait pris son pied de voir sa femme se faire empaler avec autant de sauvagerie par un inconnu et par le fait que j'ai pris autant de plaisir sous ses yeux.

    Alors j’ai fermé la porte de la chambre et je me suis mise à le sucer pour retrouver son érection que j’aime tant. Moi j’étais encore toute humide et j’avais besoin d’assouvir la frustration du deuxième orgasme que j’aurais aimé avoir. Alors à nouveau je me suis positionnée en levrette et j’ai demandé à mon mari, un sourire de cochonne aux lèvres, de me sodomiser. Sa queue, à nouveau bien raide, s’est faufilée d’abord dans mon vagin pour recueillir ma mouille puis il m’a bien lubrifié le cul et s’est enfoncé brutalement d’un coup sec. J’ai eu mal, je ne m’attendais pas à temps de brutalité de sa part. Mais j’ai compris que de me voir me faire sauter l’avait mis dans tous ces états. Sa femme, toute douce, aimante, avait pris son pied avec un inconnu, comme une vulgaire chienne en chaleur. Et il avait envie de me démonter aussi fort que l’avait fait Joachim. Alors il m’a sodomisé violemment comme jamais il ne l’avait fait. J’étais devenue sa petite putain qu’il baisait comme un forcené. Je sentais qu’il avait envie de me faire mal et ça me faisait mouiller encore plus. La douleur estompée des premiers va et vient, je prenais aussi mon pied comme pas possible dans ce lieu si insolite. Je me suis caressée mon petit bouton d’or pour avoir encore plus de sensations et quand j’ai joui pour la deuxième fois, j’ai encore crié de plaisir tellement c’était bon.
    Mon mari m’a tout craché dans les fesses dans un râle bestial que je ne lui connaissais pas.

    Nos pulsions assouvies, nous sommes repartis. J’ai essayé de retranscrire le plus fidèlement possible ce que nous avons vécu, ce qui n’est pas facile. C’était vraiment génial !

    En tout cas, je ne sais pas si tous les blacks sont très bien montés mais Joachim n’a pas brisé le mythe, ça c’est clair!

tel rose voyeur

Cette histoire de cul t'a excité ?

Alors écoute maintenant toutes nos histoires racontées d'une manière très sensuelle !

Pour cela, compose le
Télephone rose récits érotiques
et fais-toi plaisir ;)
Cette histoire de cul t'a excité ?
Alors écoute maintenant toutes nos histoires racontées d'une manière très sensuelle !
Pour cela, compose le
Télephone rose récits érotiques
et fais-toi plaisir ;)

Les commentaires pour cette histoire érotique

Commentaires

Envoie un commentaire à , cela lui fera très plaisir !

Posté le par nitsa32 :
tres exitant
Posté le par AyChica :
J'aimerai tellement rencontrer ton fameux black... Je sais ce à quoi tu as eu droit (je suis sortie avec un black est c'est juste WAOUH)
Posté le par sisleyblack :
Je suis dispo pour vous les filles, kiss.
Posté le par salope :
Mmmhhh j'ai mouillé comme une folle , jkiff les grosse bite des noir rien de mieux mmhhh les sentire dans ma chatte toute chaude tout profond en moi bien grosseeeee qui me sperme dns ma Chatte mmhHhhhh
Posté le par MrKargal :
Genial ta petite expérience sa donne envie de faire du libertin pour sauté des femmes comme toi qui veux vérifier le mythe! jeune beau black je ne déroge pas à la règle tu m'as excitė bisous éclate toi avec ton homme en club
Posté le par bbclitosex :
Très excitant j'aurai bien pris ta place !!!
Posté le par Emilie :
j'aimerais bien être a ta place!
Posté le par Bella :
Je me masturbe en pensant à cette grosse bite black... J'aimerais la sentir en moi!!!!
Je mouille comme une salope rien que d'y penser!! Je vais jouir, je le sens...
Posté le par sandy :
Les grosses queues,hmmm!du vrai regal je mouille jusk'a..... Envie d'une bien grosse ,je crois k je vais aller me donner du plaisir, je pense à ton joli black avec sa grosse et belle bite...
Posté le par west :
Quand tu veux pour venir en voir d'autre
Posté le par Esprit :
Waooh! Je t'invite ici en afrique, tu va en prendre plein le...
Posté le par kiki :
Super tu as bien raconté, crois moi je me suis bien masturbé, comme j 'aimerai t 'avoir au bout de ma bite.
Pour commenter une histoire, il faut être membre.
S'inscrire gratuitement / Se connecter

Tu ne trouves pas le récit X idéal ? C'est impossible sur le temple de l'histoire erotique en France ! Recherche un peu mieux et tu trouveras ton bonheur à moins que tu préfères une baise directe au tel rose!

Inscription auteurs | Contactez-nous | Joindre la rédaction ou proposer un partenariat | Devenir hôtesse