Avec mon nouveau voisin

Toutes nos histoires :
Télephone rose récits érotiques
  • 139 39

    Avec mon nouveau voisin

    Corrigé et résumé par Dialogue69 le

    Publié le

    voisine sexy

    Je décidai ce soir là de prendre un bain chaud.
    L'entree dans l'hiver était morose ainsi que la solitude que n'arrangeait pas ces brèves journées et ce froid glacial qui n'incitait aps les gens à sortir.
    Un samedi soir, c'était un comble, j'étais terrée chez moi, sans opportunité de sortie, et je dus me résigner et renoncer au dance floor et aux paillettes, me consolant avec des tonnes de mousse parfumée, un plateau d'amuse gueules et une coupe de champagne le tout accompagné d'un bon livre.
    Quelques notes de musique venaient m'apaiser et me consoler de ma soirée sans fête et je finis tout compte fait par me détendre et prendre du plaisir à ce moment imprévu.
    Alors que je m'abandonnais à ma plénitude, bercée par la musique et le suave parfum de tiaré de mon bain, et en bouche la saveur d'un délicieux champagne, trois coups à la porte vinrent briser ce moment béni.
    Je commencai par ne pas réagir, déterminée à ne pas bouger de ce halo de chaleur et de parfum qui m'entourait.
    Mais les coups se renouvelèrent.
    Il semblait que l'importun..ou l'importune n'allait pas abandonner la partie si facilement.
    -Je n'attends pourtant aucune visite, et c'était bien ça mon problème, je n'ai rien de prévu avec personne, maugréais je en sortant de mon cocon de bien-être et en enfilant une nuisette en soie blanche et son peignoir assorti.
    Au moment où j'en prends mo parti, qui vient me déranger à cette heure ci!
    J'arrivai à la porte d'entrée sous les coups redoublés à la porte et peu encline à l'hospitalité.
    La porte s'ouvrit sur un homme d'une trenaine d'années, blond comme les blés, au regard clair et au visage sympathique, en tout cas beaucoup plus que le mien à cet instant
    -Bonsoir madame, je vous dérange, j'ai l'impression, fit il penaud, en préambule
    -C'est le moins qu'on puisse dire, pépin dis je sans amabilité.
    Il est 22h, qu'est ce qui vous amène, et qui etes vous d'ailleurs?
    Je n'ai pas souvenir de vous avoir croisé dans le secteur
    -Oui, c'est parce que je suis nouveau, je viens de faire 100 kilomètres pour emmenager. Nous sommes voisins en fait.
    je suis vraiment désolé de vous importuner à cette heure ci, mais un avis de passage du facteur m'informe qu'un pli contenant les clés de mon nouvel appartement a été deposé chez vous hier.
    Comme je n'ai pas de double et que je n'ai nulle part où m'adresser, je n'ai eu d'autre choix que de frapper à votre porte.
    mais je vous le repete je suis sincèrement...
    -C'est bon, le coupai je en riant, radoucie
    le jeune homme était mal à l'aise devant mon acueil abrupt et il finit presque par me faire pitié, à se tordre les ains et à baisser les yeux d'un air misérable
    Il etait vrai qu'il n'avait guere le choix, et il était dehors en pleine nuit par ce froid avec toutes es affaires à déménager. Je
    n'allais pas en ajouter à sa situation de galère.
    - Entrez je vais chercher l'enveloppe.
    Vous êtes Auguste Dubois c'est ça?
    -Exact, repondit le jeune homme, un peu plus détendu
    Il avait refermé la porte mais se tenait dans l'entrée du couloir, ne sachant où se mettre, comme recroquevillé dans l'espace.
    -Je pris les devants et l'invitai à poser son manteau et à entrer boire quelque chose de chaud.
    -Je ne veux pas vous ennuyer, Madame
    Vous étiez...
    -Oui, dans mon bain, ça se voit tant que ça?
    Il éclata de rire
    Plusieurs cafés et coupes de champagne plus tard, nous discutions comme si nous étions les meilleurs amis du monde.
    C'était vraiment la nuit à présent, et emménager à 1 heure du matin n'était pas raisonnable.
    Ce que je lui dis en toute sincérité.
    -Mais je n'ai pas le choix!
    -Bien sur que si, je vous propose une chose, restez ici cette nuit, buvons un dernier verre ensemble, et demain matin à la première heure je vous aieri à transporter vos affaires. Vous n'avez pas de ain d'oeuvre je suppose.
    -En effet, je change de vie,n et je ne connais personne ici.
    Votre proposition est très généreuse mais je m'en veux vraiment de vous gacher la soirée
    - ne soyez pas désolée, il est vrai que j'ai eu du mal à quitter mon bain et que vous m'avez surprise mais depuis deux bonnes heures je passe en votre compagnie une soirée tout à fait agréable
    -J'accepte cet arrangement dans ce cas.
    Par contre je vais décliner ce dernier verre, je me sens fatigué apres cette longue route
    -Bien sur, je comprends
    Venez je vais vous montrer la chambre d'amis
    Je l'installai donc et lui souhaitai bonne nuit, puis décidai de prendre le dernier verre que je lui avais offert ans mon bain qe je rechauffai et dans lequel je me plongeai avec delice.
    Cette soirée était finalement tout à fait réussie, pensai je amusée, et pourtant c'était tres mal parti.
    Finalement j'ai un charmant nouveaunvoisin, qui dort en ce moment meme dans la chambre contigue a la mienne.
    Et cerise sur le gateau, on apsse la journee de demain ensemble!
    Je me mis à dériver doucement dans mes pensées , me projetant un film plutot sensuel ou le jeune auguste etait aprticulierement entreprenant avec moi.
    Un coup à la ,porte de la salle de bains vint interropre ma reverie.
    -Madame, vous êtes à nouveau dans votre bain?
    -Tout juste, pourquoi? vous avez besoin d'utiliser la salle de bains?
    -Oui, en effet, mais laissez tomber ce n'est pas grave, je ne vais aps vous ennuyer à ouveau; passez une bonne fin de soirée et merci encore
    -Entrez et faites ce que vous devez faire! ce n'est aps fermé à clé
    -Mais je ne peux aps faire ça enfin!
    -Pourquoi pas? vous ne verrez rien, il y a de la miusse partout si c'est celà qui vous tracasse!
    -Vous etes sure?
    -Vous n'allez pas me faire lever à nouveau quand meme?
    Il entra donc, un peu gené, sans me regarder et enreprit de se laver les dents, et de se rafraichir.
    Je n'avais pas envie qu'il s'en aille, j'avais envie de parler encore avec lui, envie qu'il me rejoigne dans le bain, envie qu'il me caresse, et de découvrir son corps.
    -Bon, j'ai fini, merci à demain, fit-il sans me regarder
    -Restez encore un peu, fis je spontanément
    -Quoi? répondit il, me tournant le dos, mais je ressentis son trouble comme s'il etait face à moi.
    -Restez avec moi...et regardez moi quand je vous parle
    -Mais vous êtes...
    -regardez moi, répétai-je presque en criant
    Il se retourna lentement, et posa enfin ses beaux yeux sur moi.
    la mousse me recouvrait totalement et seule ma tete sortait de ce nuage blanc et parfumé.

    -Vous voyez bien que l'on ne voit rien! prenez le tabouret et une coupe et partagez un dernier verre avac moi
    -Ok je ne resiste plus, il faut dire que vous etes tres convaincante. rit il
    -Et vous n'avez pas tout vu!
    Quelques minutes plus tard, mon bain devenant froid à nouveau je decidai d'en sortir et le fis sans le prevenir, de sorte qu'il se trouva contraint de me voir nue, ce qui le gena dans les premières secondes, mais comme je ne bougeais pas de devant lui, il finit par vraiment me regarder, et miracle, à y trouver du plaisir.
    -Vous voudriez avoir la gentillese de me passer mon peignoir qui est juste derrière vous? ou bien vous voulez encore mater?
    j'avais de l'esplieglerie plein les yeux et lui se mit a rire franchement de mon audace.
    Je me retournai pour qu'il m'aide a enfiler mon peignoir.
    Ses mains glissèrent le long de mes épaules et de mes bras.
    Il m'enlaca pour fermer mon peignoir et lorsqu'il voulut couvrir mes seins, j'attrapais ses deux mains que je plaquai sur ma poitrine.
    Lui, s'arreta net, à un point tel que je crus qu'uik allait sortir de la salle de bains sans aller plus loin, mais il se mit alors doucement à caresser lmes tetons, puis leurs areoles, avec une douceur incroyable. Je me plaquai contre lui, et je sentis son sexe durcir sous son pantalon, me montrant que meme un peu force ce moment ne lui deplaisait aps tant que ça.
    -Je ne te deplais pas tant que ça finalement
    -Comment ça? mais tu me plaisis depuis que tu m'as ouvert la porte en faisant la gueuke! mais mets toi à ma place...
    -Chuuut, caresse moi...
    -Oui madame, fit il en souriant et m'mportant dans ses bras, il m'emmena dans ma chambre.
    Me serrant tout contre lui, il m'embrassa passionnément en empoignant mes fesses sous mon peignoir qu'il fit doucement glisser à terre.
    Pendant que je lui rendais ses baisers avec fougue, il se déshabilla totalement lui aussi et nous nous retrouvames nus l'un contre l'autre, mêlant la chaleur de nos corps, faisant courir nos doigts sur la peau de l'autre, comme si l'on suivait la trame d'une partition magique qui nous conduisait à une parfaite symphonie de chairs et de sens.
    Ses mains exploraient ma poitrine avec délicatesse, jouant avec les bouts de mes seins tendus et durs et moi j'explorais son dos, faisais frissonner le creux de ses reins et malaxais ses belles fesses fermes.
    Nos sexes étaient collés l'un à l'autre et leur frottement commençait à nous exciter sérieusement.
    Il sentit que mon désir montait à l'égal du sien car il pivota pour se retrouver sur moi, et m'embrassa les seins avec gourmandise avant de faire glisser sa bouche sur mon ventre, mon nombril, et la naissance de mon sexe.
    Il me regarda longuement pendant qu'il caressait mon mont de venus, avançant vers mes lèvres, introduisant un doigt dans ma chatte, et caressant mon clito avec son autre main.
    -Tu aimes ça?
    -Oui, tu es un amant extraordinaire
    -tu es belle, j'ai envie de te gouter
    -Oui, prends ma chatte, j'en meurs d'envie
    Il ne se fit pas prier et se mit à effleurer mon clito de ses lèvres, tendrement d'abord, par de petites caresses de la bouche sans cesser de me doigter, puis goulument, absorba et suça mon petit bouton enflé comme une verge minuscule.
    Il se mit enfin à longer ma fente avec toute sa langue avec délectation.
    Il se régalait et cela m'excitait encore plus

    -Mmm qu'elle est bonne ta chatte, tu m'en donneras encore demain?
    -Oui, tant que tu voudras!

    Ne tenant plus, il remonta vers mes seins, les embrassa encore une fois tout en cherchant avec sa queue dure l'entrée de mon vagin, et il s'introduit en moi, m'arrachant un gémissement de plaisir.
    Il me baisa en douceur, ondulant doucement du bassin, et allant chercher mon plaisir tout au fond de moi.

    On a joui en même temps, d'un long et doux orgasme mais o combien puissant.

    Le lendemain, le surelendemain et tous les autres jours encore, on recommencerait
    Je commençais décidément à bien aimer mes samedis soirs

Cette histoire de cul t'a excité ?

Alors écoute maintenant toutes nos histoires racontées d'une manière très sensuelle !

Pour cela, compose le
Télephone rose récits érotiques
et fais-toi plaisir ;)
Cette histoire de cul t'a excité ?
Alors écoute maintenant toutes nos histoires racontées d'une manière très sensuelle !
Pour cela, compose le
Télephone rose récits érotiques
et fais-toi plaisir ;)

Les commentaires pour cette histoire érotique

Commentaires

Envoie un commentaire à , cela lui fera très plaisir !

Posté le par Kevin :
Angelica contacte moi qu'en tu veux tu es magnifique tu ne le regretteras pas
zlexandre8819@yahoo.fr
Contacte moi je te comblerai
Pour commenter une histoire, il faut être membre.
S'inscrire gratuitement / Se connecter

Les autres aventures coquines de angelica

angelica

Inscription auteurs certifiés | Contactez-nous | Contact