Baise pas loin du mari

Dialogue chaud :
Télephone rose chaud
Sans attente
  • 332 78

    Baise pas loin du mari

    Corrigé et résumé par Dialogue69 le

    Publié le

    J'étais mariée depuis des années et mon mari me délaissait.
    Pourtant j'étais une vraie poupée, avec une taille de guêpe et des fesses à damner un saint. Ma chevelure sombre coulait jusqu'au bas de mes reins et mon regard était de braise.

    Un jour, alors que je participais à un repas qui avait lieu dans un jardin, je sentis un pied se coller au mien sous la table autour de laquelle une dizaine de personnes étaient assises.
    Je retirais machinalement mon pied. Le pied revint se coller contre le mien.

    Je levais les yeux de mon assiette et croisait le regard de mon voisin de table. C'était un homme que je connaissais bien.
    Il était beau, brun aux yeux verts et avait au moins quinze ans de plus que moi.
    Son regard était neutre, il continuait à converser normalement.
    Et son pied touchait anormalement le mien.

    Il faisait chaud. Je dégraffais davantage la petite robe légère que je portais.
    Mon mari me regarda sévèrement. Il n'aimait pas que je montre mes atoûts.

    Je me levais sans réfléchir et me dirigeais vers la grande maison.
    Arrivée dans un sombre recoin du vestibule je m'adossais contre le mur frais.
    Mon voisin de table me rejoignit aussitôt.

    Nous nous jetâmes littéralement l'un sur l'autre.
    Je sentais ses mains et sa bouche s'approprier tout mon corps.
    Je me collais à lui.
    Il me retourna contre le mur, fit tomber ma petite culotte.

    Nous ne faisions pas de bruit, pas un mot ne fut échangé.
    Seule notre respiration saccadée emplissait l'air.

    Je lui tendis mes petites fesses en me cambrant bien docilement.
    Il saisait mes seins à pleines mains, s'y agrippa et m'embrocha brusquement.

    J'eu beaucoup de mal à ne pas crier tandis que sa grosse queue, dure et longue, me clouait le ventre.

    Mon mari surgit brusquement devant nous alors que je sentais le foutre me remplir.
    L'homme se rajusta tranquillement et sortit.

    Je restais là, pétrifiée, le corsage ouvert sur mes seins aux tétons rouges et gonflés.
    Ma robe était retombée mais je sentais le sperme couler le long de mes cuisses.

    - Tu veux de la bite ? dit mon mari en riant.

    - Tu vas en avoir ! Mais bien davantage de bites que tu n'en demanderas ...

Tu veux parler avec une coquine ?

Alors viens découvrir le profil de nos coquines par téléphone.

Ou, compose directement le
Télephone rose chaud
et fais-toi plaisir ;)
Tu veux parler avec une coquine ?
Alors viens découvrir le profil de nos coquines par téléphone.
Ou, compose directement le
Télephone rose chaud
et fais-toi plaisir ;)

Les commentaires pour cette histoire érotique

Commentaires

Envoie un commentaire à , cela lui fera très plaisir !

Posté le par lazio :
je te remercie d'avoir passé tes fesses a un homme outre que ton mari tu as du courage bravo j'aime les femmes comme toi.la vie finira un jour
Pour commenter une histoire, il faut être membre.
S'inscrire gratuitement / Se connecter

Les autres aventures coquines de Anonyme

Anonyme

Inscription auteurs certifiés | Contactez-nous | Contact