Jeune femme avec son prof

Toutes nos histoires :
Télephone rose récits érotiques
  • 204 39

    Jeune femme avec son prof

    Corrigé et résumé par Dialogue69 le

    Publié le

    Je tiens à vous raconter cette histoire qui m'est arrivé il y a quelques années, alors que j'avais tout juste 18 ans, parce même aujourd'hui, quand je me la remémore, je ne peux m'empêcher d'être toute excitée.

    On était en mai, et mon professeur de philosophie m'avait demandé de rester après le cours, parce qu'il voulait me parler de mes résultats en baisse, qui commençaient à l'inquiéter.
    il faut dire que j'avais tout fait pour, espérant me retrouver en tête à tête avec lui, et j'étais bien décidé à profiter de la situation.
    comme il faisait chaud ce jour la, j'avais un petite jupe, sans collants ni bas, et mon petit string noir en dentelle, ce qui tombait très bien, car il mettait tout à fait en valeur mes fesses rebondies, auxquelles aucun homme ne résistait.

    Quand tous les élèves furent parti, je m'approchait de son bureau, et m'assis sur la chaise en face, les jambes croisées, ma petite jupe bien remontée tout en haut de mes cuisses. Alors qu'il ne pouvait s'empêcher de regarder, je surpris son regard, ce qui l'embarrassa au point qu'il rougit.

    - Bon, Caroline, je voulais te voir parce que je ne comprends pas ce qui t'arrive depuis quelques mois. Tes résultats sont en très nette baisse et je dois avouer que ça m'inquiète, parce que ce n'est pas ton habitude. Si tu as un problème, n'hésite pas à m'en parler, j'ai tout mon temps, j'ai terminé ma journée.

    Je décidais de jouer tout de suite franc jeu.

    - En effet, monsieur, j'ai bien un problème, et il vient de vous. je n'arrive pas à me concentrer quand je suis en cours avec vous, parce que je crois que je suis amoureuse de vous. je pense à vous tout le temps, et j'imagine des choses...

    il se mit à rire, mais il paraissait plus nerveux qu'amuse, par la situation.

    - voyons, tu es presque encore une enfant, et moi je vais avoir 45 ans, je ne suis pas un homme pour toi, crois moi.

    comme il m'avait vexé, je le provoquais. j'écartais entièrement mes cuisses en relevant doucement ma jupe.

    - vous n'allez pas me dire que ça vous laisse froid, quand même (Quand j'y pense....J'étais gonflée).

    Comme il ne disait rien et passait la main nerveusement dans ses cheveux, je me levais et me mis à coté de lui. Je remarquais immédiatement un renflement au niveau de sa braguette, ce qui m'excita encore davantage. Je baissais ma jupe, et tournais mes fesses vers lui. Je faisais glisser mes doigts le long de la ficelle du string, jusqu'à mon sexe, complètement trempé de désir.

    - Voila ce que je vous propose. maintenant c'est à vous de décider.

    Sans plus attendre, il saisit mes fesses vigoureusement, et commença à les embrasser, et à lécher ma raie, puis mon sexe, en tenant la ficelle de mon string sur le coté. Je gémis de plaisir sous sa langue, avec laquelle il faisait des merveilles.
    je décidais ensuite de m'occuper de lui. Je me mis à genou devant lui, et sortis son engin, magnifique, que je commençais à sucer, faisant de grands va et viens pour le mettre au plus profond de ma gorge.
    Il tenait fermement mes cheveux, et paraissait vraiment prendre son pied.

    - Je n'aurais jamais imaginé ça de toi. Tu suces vraiment comme une reine.

    - Attends, ce n'est que le début.

    Je me relevais ensuite, et décidais de me mettre à quatre pattes, comme une vraie chienne. C'est ma position préférée.
    Je balançais par terre tout ce qui se trouvait sur le bureau, et me mis dessus, le cul tourné vers lui pour qu'il me fasse jouir, j'en avais trop envie.
    Je sentis alors ses doigts caresser ma fente, doucement. Il en rentra un, puis deux, et j'étais au bord d'exploser de plaisir.

    - vas y maintenant. Défonces moi, je t'en prie.

    Quand je sentis son sexe, large et bien dur me pénétrer, ce fut un réel bonheur. Il avait bien compris ce que je voulais, et il me prit sauvagement, donnant des grands coups de bite, sans plus se soucier de moi. J'étais juste son objet, il me tenait par les cheveux, et me défonçait littéralement le petit trou.
    Il me claqua fort la fesse juste avant de se vider en moi, et je jouis au même moment.

    Après cet épisode, nous avons eu d'autres séances comme celle la, mais celle ci est de loin mon meilleur souvenir car c'était la première.

    Si jamais le concerné lit cette histoire, je tiens à lui dire que je me caresse souvent en pensant à lui :)

Cette histoire de cul t'a excité ?

Alors écoute maintenant toutes nos histoires racontées d'une manière très sensuelle !

Pour cela, compose le
Télephone rose récits érotiques
et fais-toi plaisir ;)
Cette histoire de cul t'a excité ?
Alors écoute maintenant toutes nos histoires racontées d'une manière très sensuelle !
Pour cela, compose le
Télephone rose récits érotiques
et fais-toi plaisir ;)

Les commentaires pour cette histoire érotique

Commentaires

Envoie un commentaire à , cela lui fera très plaisir !

Posté le par alphabravo :
les filles de 18 ans sont souvent amoureuses de leurs profs. Et là, heureusement elle est majeure,donc pas de problèmes. Mais, elles commencent tôt "pour certaines" à avoir une attirance pour le prof. J'ai eu (sans passer à l'acte) une de mes élèves qui me regardait d'un drôle d'air, et quand je surveillais, elle s'accroupissait en écartant les cuisses. Mais , jamais je n'ai osé faire quelque chose car en 1965, j'aurais eu de graves problèmes. Elle était toujours près de moi, à mon bureau pour me poser des questions. Mais je n'étais pas dupe!!!!!De plus c'était une excellente élève.
Pour commenter une histoire, il faut être membre.
S'inscrire gratuitement / Se connecter

Les autres aventures coquines de Anonyme

Anonyme

Inscription auteurs certifiés | Contactez-nous | Contact