Les deux colocataires

Toutes nos histoires :
Télephone rose récits érotiques
  • 189 59

    Les deux colocataires

    Corrigé et résumé par Dialogue69 le

    Publié le

    Je rentrais d'un rendez-vous avec un garçon charmant mais j'étais un peu trop timide pour lui.
    C'était l'automne et je vivais en colocation avec Mia une amie de longue date, nous avions toutes deux 18 ans. Mia m'attendait en ayant l'air furax, elle me dévisagea de la tête au pied et me lança: "depuis quand tu sors comme ça? tu t'es regardée?"

    Je me postais devant le miroir: Je suis petite et plutôt mince, j'ai de longs cheveux bruns que j'avais laissés détachés et quelques mèches tombaient devant mes yeux noisette. Je portais une petite jupe noire assez courte pour laisser entrevoir le haut de mes bas résilles. En haut j'avais choisi un de mes innombrables corsets en vinyle; je me dirais collectionneuse pour ne pas m'avouer fétichiste.

    Puis je regardais Mia, je l'avais regardée tellement de fois et pendant tellement longtemps que j'aurais pu la dessiner les yeux fermés! Cette grande blonde au cheveux coupés au carré; avec ses yeux verts et se regard qui vous donne envie de dire oui à tout... Elle portait son pantalon de moto et un petit débardeur blanc sans rien dessous.

    Je finis par lui répondre:
    "- T'es pas mieux. Et de toutes façons il ne s'est rien passé, ce mec n'était pas à mon goût.
    - Racontes!
    - Non!"

    Je tournais les talons quand je sentie Mia se coller dans mon dos en me poussant contre le mur.
    D'une main elle agrippa les cheveux, de l'autre elle remonta ma jupe. Elle m'ordonna à nouveau de lui raconter mon rencard.
    J'étais un peu étonnée, mais le jeu commençait à me plaire et j'avais envie de savoir jusqu’où elle irait. Je refusais à nouveau.
    Alors elle fit claquer l'attache de mon porte-jarretelle sur mes fesses puis continua avec des fessés.
    Je sentais ses tétons pointer dans mon dos, et moi j'étais de plus en plus excitée et humide.

    Mia me frappait les fesses de plus en plus fort et j'aimais ça, savoir ma peau rougir et être partagée entre la douleur et le plaisir.
    Elle continuait de me dire "racontes!" sur un ton autoritaire et terriblement sexy. Je finis par lui répondre que le garçon ne m’intéressait pas.
    Elle fit un pas en arrière et me dit: "regarde-moi", je m’exécutais en me tournant face à elle et la laissait dégrafer mon corset. Elle se colla contre moi violemment et me dit "tu mens, tu avais envie qu'il te baise". Sans me laisser le temps de répondre elle glissa sa main dans mon string et caressa fortement mon clitoris. Je respirais de plus en plus fort en laissant échapper des gémissements de plaisir. Sa bouche descendit sur mon sein, elle le lécha d’abord puis mordit mon téton. Elle pinçait mon clitoris et pénétrait mon vagin avec plusieurs doigts. Puis elle délaissa ma chatte pour mon petit trou dans lequel elle introduit son pouce en me disant "tu m'as menti petite salope".

    Je me suis laissé aller à l'orgasme en lui avouant "je suis une chienne, j'aurais voulu qu'il me prenne, j'ai menti, oh oui, vas-y, punis-moi"
    Je sais qu'elle aimait ça et j’inondais sa main de ma cyprine pendant qu'elle m'embrassait passionnément.


    Notre colocation à partir de ce jour est devenue très intéressante !

Cette histoire de cul t'a excité ?

Alors écoute maintenant toutes nos histoires racontées d'une manière très sensuelle !

Pour cela, compose le
Télephone rose récits érotiques
et fais-toi plaisir ;)
Cette histoire de cul t'a excité ?
Alors écoute maintenant toutes nos histoires racontées d'une manière très sensuelle !
Pour cela, compose le
Télephone rose récits érotiques
et fais-toi plaisir ;)

Les commentaires pour cette histoire érotique

Commentaires

Envoie un commentaire à , cela lui fera très plaisir !

Posté le par Jennycoquine :
Énorme !
Pour commenter une histoire, il faut être membre.
S'inscrire gratuitement / Se connecter

Les autres aventures coquines de Anonyme

Anonyme

Inscription auteurs certifiés | Contactez-nous | Contact