Chienne en chaleur

Dialogue chaud :
Télephone rose chaud
Sans attente
  • 315 29

    Chienne en chaleur

    Corrigé et résumé par Dialogue69 le

    Publié le

    Cela faisait un mois que personne ne m’était passé dessus. Un mois que je ne m’étais pas fait baiser. Ma petite bouche de chienne réclamait un os à lécher.

    Comme c’était le week-end, je décidais de partir en chasse. Je mis ma tenue de prédatrice, une mini-jupe qui moulait mon petit cul bien rebondit et bien ferme et un haut moulant au décolleté plongeant qui faisait bien ressortir mon 95D. Avant de partir je jetais un coup d’œil dans le miroir. Qui pourrait résister à cette petite blonde bronzée aux formes si généreuses ?

    Je me rendis dans une boîte très selecte, accompagnée de Magali. Une femme tout aussi dévergondée, libertine et sexy que moi. Pour mon plus grand bonheur, la discothèque était bondée. Mon ami et moi avions mis le pied sur la piste de danse. Attiré par notre déhanché un bel homme s’approcha très vite de nous. Il se colla à moi, dans mon dos. J’ondulais sensuellement mon corps contre le sien. Ses mains touchèrent mes fesses effleurèrent ma poitrine. Hum…j’en voulais plus. Comme si il lisait dans mes pensées je sentis des doigts se glissés sous ma jupe, écartés la ficelle de mon string et rentrés dans ma petite chatte déjà humide. C’était divin. Il commença les vas et viens. Je me sentais dégoulinante et j’adorais ça. Magali avait remarqué que j’étais en train de me faire doigter. Voir mon visage rayonné de plaisir l’excitait, et elle voulait participer. Elle s’approcha de moi et me dit : « On monte dans un salon VIP ? ».

    Je ne me fis pas prier et invitais l’homme à me suivre. Les salons VIP étaient de petits espaces que l’on pouvait fermer avec des rideaux et qui incitaient à la débauche.

    Dès que nous fûmes à l’abri des regards, Magali se jeta sur moi et me déshabilla, puis elle me poussa sur le canapé, où je m’allongeais. Là elle se mit à quatre pattes dans le sens contraire au mien, offrant à ma bouche son sexe brûlant. Je léchais son clitoris puis effleurais ses lèvres gonflées. Elle me faisait de même, elle me bouffait la chatte, hum… J’enfonçais ma langue dans son vagin. Je la goûtais, je la savourais. J’étais si experte que dans un crie elle s’arrêta de me lécher, se cambra et jouis, éclaboussant mon visage de mouille. Elle s’assit pour reprendre ses esprits.

    L’inconnu était là, il c’était déshabiller et caressait son énorme bite. Il était prêt pour que je m’occupe de lui. J’approchais ma bouche de cette verge appétissante que j’enfonçais avec gourmandise dans ma gorge tandis que je caressais les deux couilles encore remplies. Mais j’étais trop impatiente. Alors, je me mis à genou sur le canapé, face au mur et remuais mon postérieur en signe d’invitation. L’homme s’approcha près de moi. L’une de ses mains palpa mes seins dont les tétons étaient durcis par le plaisir, l’autre empoigna fermement mes fesses. Il me fouetta avec sa queue et rentra d’un coup de rein au plus profond de ma chatte. J’appréciais chaque frottement de ses nombreux centimètres contre les parois chaudes et humides de mon vagin. Il allait de plus en plus vite, de plus en plus profond. Magali nous regardait. Trop excitée, elle avait plongé deux doigts dans son sexe trempé et se masturbait énergiquement. La voir ainsi augmentait mon plaisir.

    Je gémissais sous les coups de butoir violent de mon partenaire. Je fus saisi d’un orgasme qui secoua mon corps de spasmes. Mais l’homme était loin d’en avoir terminé. Il s’allongea sur Magali et se mit à la baiser comme un fou. Elle criait à chaque fois que la grosse queue disparaissait en elle. Je m’assis sur sa bouche atténuant ainsi ses cris. Elle léchait ma chatte trempée pendant qu’elle se faisait prendre. Elle se tortillait dans tout le sens, aillant du mal à contrôler le plaisir qui l’assaillait. C’est alors que dans un râle l’homme éjacula sur le ventre et les seins de Magali. Je ne pus m’empêcher de lécher l’épais liquide blanc. Ma langue explora le corps souillé, s’attardant sur les tétons durcis et sur le nombril qui était devenu un petit lac de sperme. Je ne perdais aucune goutte de cette semence.

    Ma gourmandise avait fait de nouveau durcir l’homme qui m’ordonna de me mettre à quatre pattes. Petite salope docile je me mis en position. Il me donna la fessée, je gémis en sentant la brûlure enflammée ma chair. La grande bite bien dure s’insinua dans mon petit cul bien serré. Je jouis dès cette première pénétration. Mon partenaire se mit à me défoncer le petit trou avec sauvagerie. Mes seins ballotaient dans le vide, mon postérieur claquait contre son bas ventre. C’était si bon de se sentir ainsi dominée, à quatre pattes comme une chienne. Magali se mit debout à côté de moi. Ses mains glissèrent sur mon ventre, puis sur mon sexe jusqu’à combler mon antre dégoulinante. Je grimpais au septième ciel…prise des deux côtés. Mais elle en voulait aussi. Alors elle retira ses doigts qu’elle lécha avidement et demanda à l’homme de s’allonger. Elle s’assit sur sa bouche tandis qu’accroupis au niveau de son bas ventre, j’empalais mon petit trou qui en demandait encore sur ce gros membre qui me faisait jouir. Je m’abaissais, remontais, et m’abaissais encore, allant de plus en plus profond. L’homme ne pouvait même plus bouger, nous le chevauchions comme des salopes. J’allais de plus en plus vite, excitée en voyant que notre partenaire avait enfoncé son pouce dans le cul de Magali qui jouissait comme une chienne. J’allais de nouveau jouir, mais je me retins jusqu’à sentir le gland de l’homme gonflé puis explosé bien au fond de mon trou. J’implosais, une vague de chaleur s’empara de mon corps tandis que chaque giclée me faisait sursauter de plaisir. Je restais un moment empaler sur cette queue, puis je me retirais.

    Après nous être rafraichies aux toilettes, nous nous séparâmes. Magali resta avec l’homme, tandis que je repartais en chasse. Homme, femme ce soir-là peut m’importait, j’étais une chienne en chaleur qui voulait rattraper son mois d’abstinence.

Tu veux parler avec une coquine ?

Alors viens découvrir le profil de nos coquines par téléphone.

Ou, compose directement le
Télephone rose chaud
et fais-toi plaisir ;)
Tu veux parler avec une coquine ?
Alors viens découvrir le profil de nos coquines par téléphone.
Ou, compose directement le
Télephone rose chaud
et fais-toi plaisir ;)

Les commentaires pour cette histoire érotique

Commentaires

Envoie un commentaire à , cela lui fera très plaisir !

Posté le par Franck :
Hummmmm
La suite???
Posté le par Yacine :
Très excitant !
Posté le par Nat :
Trop bon, je viens de me caresser dans mon divan, toute mouillée de plaisir.
Pour commenter une histoire, il faut être membre.
S'inscrire gratuitement / Se connecter

Les autres aventures coquines de Anonyme

Anonyme

Inscription auteurs certifiés | Contactez-nous | Contact