Baisée dans l'avion par un mexicain

Toutes nos histoires :
Télephone rose récits érotiques
  • 116 21

    Baisée dans l'avion par un mexicain

    Corrigé et résumé par Dialogue69 le

    Publié le

    Le septième ciel dans les nuages !!

    La culture sud-américaine m’a toujours fascinée : sa poésie caliente, la chaleur, les plages paradisiaques, et une approche de la séduction bien différente de la nôtre, plus sensuelle et charnelle. J’ai toujours pensé que les Latinos étaient les meilleurs amants du monde. Je vais enfin pouvoir le vérifier !


    Fin juin, ma copine Julie me téléphone. Au Mexique pour effectuer son stage de fin d’année, elle me décrit ses journées plus excitantes les unes que les autres. Le pays est tellement sous pression que les Mexicains savourent chaque instant avec une sexualité intense, voire démesurée. Quand je lui annonce ma rupture avec Jean-Baptiste, elle m’invite illico presto à la rejoindre, « Léa, fais-moi confiance, tu n’as que 23 ans, tu l’oublieras vite ton J-B. Ici, les hommes sont de vrais séducteurs, et de véritables bon coup. Ils connaissent les femmes, ils savent comment nous faire plaisir. Normal, ils commencent très tôt ! ».


    Trois semaines, et quelques formalités plus tard, me voici donc à Roissy, entre surexcitation et mélancolie, Jean-Baptiste m’ayant déjà remplacée. Enregistrement des bagages, douanes, et me voici devant la porte d’embarquement … avec trois heures d’avance ! J’ai toujours eu cette phobie nerveuse d’arriver en retard. Je décide donc de me plonger dans le roman policier que je viens d’acheter. Mais à peine commencé, je suis dérangée par une question des plus banales : « Señorita, c’est bien ici pour Mexico ? ». Sincèrement, je n’ai pas envie de répondre, mais son petit accent mexicain, et sa voix chaleureuse me convainquent du contraire. Et je ne regrette pas ! Fernando, Mexicain d’une trentaine d’années, grand, fort, bronzé, avec un jean bien serré, laissant deviner un gros paquet, me subjugue littéralement. Ma petite robe rouge laissant apparaître mon 90C et mes longues jambes bronzée par les UV lui ont donné envie de me connaître. Il ne cesse de fixer ma longue chevelure blonde et mon décolleté. Ses yeux noisette n’en perdent pas une miette! Il est sûr de lui, et j’aime ça ! Il s’assoit près de moi, et je sens son parfum envoûtant qui me transporte déjà vers des contrées lointaines et sexuelles. Pendant trois heures, nous abordons des tas de sujets, des plus banals aux plus sensuels. Il me raconte l’histoire des Mayas et des Aztèques, mais aussi les soirées très branchées et chaudes de Mexico. J’ai hâte d’en savoir plus ! Sa vie sexuelle semble bien plus pimentée et épanouissante que la mienne. On est bien loin de la position préférée de J-B, celle du missionnaire !


    C’est enfin le moment d’embarquer. Je n’ai pas vu le temps passé ! Dans l’avion, nous parvenons à échanger nos places pour être côte à côte, près des hublots, isolés du monde. Je suis déjà si émoustillée que je nage dans ma petite culotte transparente. Il poursuit sur ses exploits sexuels dans les lieux les plus insolites, des toilettes du musée d’Anthropologie aux sièges crasseux et inconfortables du métro mexicain. Je suis des plus excitées. Je lui raconte ma vie sexuelle banale avec J-B, celle d’un vieux couple de soixante-dix ans. Il se moque de moi et me persuade que cette histoire n’est qu’une passade, le début d’une vie sexuelle, plus épicée, riche et variée. Il me lance un défi :

    « Et si tu commençais maintenant à découvrir ce qu’est vraiment le sexe ?
    - Comment ça ?
    - Rejoins-moi à l’arrière dans cinq minutes!
    - Tu n’imagines tout de même pas que je…je suis une fille bien…je…
    - Je n’en doute pas, Chiquita, bien au contraire, je t’invite simplement à profiter de la vie », dit-il dans un large sourire, des yeux malicieux et provocateurs.


    Et je ne sais pas ce qui me prend. Je longe doucement les sièges de peur d’éveiller les soupçons des autres passagers. Personne à l’arrière, nous sommes seuls au monde. J’ouvre la porte d’une main déterminée. Il a déjà enlevé son t-shirt. Son torse gigantesque m’invite à l’embrasser. Il est visiblement lui aussi très excité. Je ferme le clapet des toilettes, puis mes mains baladeuses ne peuvent s’en empêcher. Je déboutonne son jean moulant, et lui touche son sexe, énorme. Sans crier gare, il me plaque contre la porte, et m’arrache ma robe, puis mon soutien-gorge en dentelle noire. Il commence à me lécher frénétiquement mes gros seins excités, en me donnant trois gentilles petites fessées. Je ne peux m’empêcher de lâcher de légers gémissements. Il m’enlève avec ferveur ma culotte, enroule mes jambes autour de ses cuisses, et pénètre enfin sa grosse queue dans ma chatte inondée. Ses va et vient intensifs me comblent d’un plaisir infini. Une fois éjaculé, il me serre dans ses bras. Son parfum m’enivre. Il m’embrasse enfin. Un long baiser langoureux. J’en veux encore. Encore de ce torse, de ses mains assurées et énergiques, de cette longue langue, à la fois douce et travailleuse. Il m’effleure le lobe de l’oreille. Je tremble de nouveau de plaisir. Tout en me caressant la nuque, il se lance ensuite dans de succulents suçons, comme pour me rappeler que je ne suis pas en train de rêver. Je suis au septième ciel ! Sa langue sait me créer des frissons dans tout le corps ! Je lui chuchote « Continue, Fernando, continue, tu es un Dieu ! ». Puis, de sa main décidée, il me retourne face contre la porte minuscule des toilettes et me lèche gracieusement les fesses. Je suis enflammée par son habileté à me faire découvrir des sensations insoupçonnées. Et, enfin, il me pénètre de nouveau. La sodomie, c’est une première pour moi, et je n’ai même pas mal ! Bien au contraire, je tente à qui mieux mieux d’étouffer mes cris, c’est si bon ! Mais c’est peine perdue, je jouis comme je n’ai jamais joui. Je me retourne, et l’enlace de bonheur. Et nous nous taisons, comme pour mieux profiter de ce moment magique. Je suis la femme la plus comblée de cet avion. C’est une certitude !


    Nous retournons nous asseoir gentiment, et nous nous endormons, enlacés comme des enfants. Nous nous réveillons à l’atterrissage. Il prend un autre avion pour Cancun, et je lui promets de l’appeler quand j’irai là-bas.


    Les formalités d’arrivées terminées, j’aperçois Julie, qui semble impatiente de me retrouver, et de me présenter ses nouveaux amis. Ma découverte du Mexique ne fait que commencer…

Cette histoire de cul t'a excité ?

Alors écoute maintenant toutes nos histoires racontées d'une manière très sensuelle !

Pour cela, compose le
Télephone rose récits érotiques
et fais-toi plaisir ;)
Cette histoire de cul t'a excité ?
Alors écoute maintenant toutes nos histoires racontées d'une manière très sensuelle !
Pour cela, compose le
Télephone rose récits érotiques
et fais-toi plaisir ;)

Les commentaires pour cette histoire érotique

Commentaires

Envoie un commentaire à , cela lui fera très plaisir !

Posté le par lili :
jai bien envi d'essayer la queue de Fernando
Posté le par Fernando :
Oh Julie!! j'avais oublié cette histoire.
Posté le par Diane :
Ca me donne un peu en vie à moi aussi :)
Pour commenter une histoire, il faut être membre.
S'inscrire gratuitement / Se connecter

Les autres aventures coquines de Anonyme

Anonyme

Inscription auteurs certifiés | Contactez-nous | Contact