Elle tourne dans un film érotique

Toutes nos histoires :
Télephone rose récits érotiques
  • 180 47

    Elle tourne dans un film érotique

    Corrigé et résumé par Dialogue69 le

    Publié le

    Je me présente. Je m’appelle Karen. J’ai maintenant trente ans et c’est la première fois que je vais raconter le souvenir que voici.

    Quand j’ai eu mes dix-huit ans, je me suis présentée à un casting pour un rôle de jeune fille timide dans un film. J’étais réellement timide et c’était un défi pour moi. Il s’agissait d’un tout petit rôle pour quelques scènes : je n’en risquais pas grand-chose. D’une certaine manière aussi, je voulais prouver à mon entourage (ou à moi-même) que j’étais désormais adulte et libre. Il faut dire que je correspondais exactement à la description de la personne souhaitée : fille de taille moyenne, jolie, blonde, cheveux courts, yeux verts, gros seins et belles fesses.

    Je précise que ce n’était pas du tout un film porno, sinon je n’y serai pas allée. Simplement un film interdit aux enfants, avec quelle scènes de sexe très soft sous les draps où le spectateur ne devait rien voir de choquant. Un peu le genre de film que l'on voit sur m6 la nuit.

    Me voilà donc au casting et... je suis prise. A partir de là tout est allé très vite et le réalisateur, sans doute pour vérifier que je pourrais bien tourner toutes les scènes, a voulu logiquement commencé par la plus délicate (si je tenais le coup dans celle-là, je pourrais faire les autres...).

    Le réalisateur tenait à ce qu’on soit naturel et, quand il y avait peu de dialogue, il voulait qu’on le découvre juste avant de tourner, dans une sorte d’improvisation où l'on devait broder.

    Je devais tourner une scène de sexe avec un garçon de mon âge. Mon personnage était une jeune fille un peu gourde, pucelle et coincée, draguée, après avoir bu dans une soirée, par un beau jeune homme profitant de la situation : un grand black timide qui devait sauter sur l’aubaine de raccompagner l’étudiante jusqu’à sa chambre et même jusqu’à son lit, vu qu’elle était un peu perdue à cause de l’alcool.

    Dans notre scène, il devait m’aider à me déshabiller jusqu’à ce que je sois en slip et soutien-gorge, me mettre au lit, se mettre lui-même en caleçon... puis rentrer dans le lit aussi. Il devait ensuite se frotter sur moi, faire semblant de jeter tous nos sous-vêtements en dehors du lit (en fait les mêmes que les nôtres, cachés dans une petite poche sous les draps), puis faire semblant de me caresser les seins, de me lécher le minou, de mettre mon visage sur son sexe pour une fellation et enfin de me pénétrer.

    On en avait longuement discuté juste avant, lui, moi et le metteur en scène, qui avait expliqué toutes les techniques pour simuler. J’avais toute confiance en mon partenaire, Grégory, qui semblait aussi gêné et timide que moi, malgré son mètre quatre-vingt-dix et son physique de grand sportif. Pendant la scène, la lumière au minimum devait me rassurer aussi, même s’il y avait quand même beaucoup de monde : les techniciens en gros...

    Bref, ultime briefing : le réalisateur nous dit d’improviser, de ne pas forcément suivre tout ce qui est prévu, du moment que ça fasse vrai et sexy.

    Clap. Gregory se met derrière moi, appuie son menton sur mon épaule et commence à défaire les boutons de mon chemisier. Étrange sensation de sentir pour la première fois des doigts masculins glisser contre mes seins... Lui tremblait beaucoup aussi. Peur ? Excitation ? Je me suis donc retrouvée en slip et en soutien-gorge devant tout le monde. Heureusement, il m’a vite glissée dans le lit avant de se déshabiller, trop vite d’ailleurs : je voyais le réalisateur lui faire signe de ralentir. Mais j’ai compris sa précipitation à se glisser dans le lit quand j’ai vu un début d’érection dans son caleçon. Le pénis ne s’était pas redressé mais il avait visiblement dû gonfler aux trois-quarts déjà. J’imagine la gêne de ce garçon... et aussi la peur que son érection imposante soit immortalisée à l’écran. Mais dans l’ombre, on ne voyait presque rien dans le film.

    Le voilà donc étendu à plat ventre sur moi... Je devais feindre la surprise. Pas difficile, quand j’ai senti sa main glisser vraiment sur mes seins ! Il devait faire semblant et, visiblement, profitait de la situation ou avait peur d’un manque de réalisme. Pour plus de réalisme, tous les acteurs gardaient leur vrai prénom, ce qui devait permettre l’improvisation. Je l’entends en effet me dire : « Hmm, t’as des gros seins, Karen, j’aime ça ». Et il continuait sous les draps. Sur mes cuisses aussi... Et je ne pouvais rien dire, avec le tournage. Juste continuer à faire semblant pendant que lui faisait semblant de faire semblant !

    Et il continuait : « caresse-moi ». Là, sa main a pris la mienne et la descendue sur son caleçon, où pointait maintenant un sexe gigantesque. Contrairement à ce que j’avais cru, il n’avait qu'un tout début d’érection en rentrant dans le lit : le volume avait énormément augmenté. Pour être franche, je ne savais même pas que c’était possible d’avoir un si gros pénis.

    Ce que je redoutais est arrivé : avant de jeter nos doubles de sous-vêtements, il n’a fait qu’à moitié semblant d’enlever ceux que nous portions : il a sorti mes seins de mon soutien-gorge et baissé mon slip comme son caleçon aux chevilles. J’étais rouge de confusion et je paniquais... ce qui passait inaperçu car c’était justement le rôle que je devais interpréter. En même temps, je me sentais vraiment bizarre. J’ai compris après qu’il m’excitait, que j’avais terriblement envie de ce grand jeune mâle qui bandait comme un cheval. Mais je ne voulais pas en accepter l’idée. Et j’étais pétrifiée devant tout ce monde. Contrairement à toutes les prévisions, c’était devenu un jeu pour lui : un jeu secret. Comme si ça l’excitait doublement ou triplement de tricher et de frotter son sexe sur une jeune fille devant tout ce monde.

    La suite a été pire. Il a enfoui sa tête sous les draps et a commencé à me lécher les seins, à me titiller, à me suçoter, à me mordiller, tout en frottant un doigt sur (puis dans) mon sexe, qu’il a ensuite léché une fois (la scène ne devait pas durer trop longtemps...).

    Je me demandais jusqu’où ça irait. Il devait ensuite se mettre sur le dos et tirer ma tête sous les couvertures... J’étais bien décidée à le surprendre. Soit en le mordant s’il m’imposait une fellation, soit... en la lui faisant avant qu’il ne s’y attende. J’ai en fait mélangé les deux solutions et lui ai mordillé sauvagement le gland avant de le sucer. j’ai dû bien m’y prendre (à moins qu’il ait été encore plus excité que moi depuis le début) car au bout de quelques secondes la tête sous le drap, j’ai senti gicler son sperme dans ma bouche, en trois ou quatre petites explosions. Quand je revois le film, je reconnais sur son visage les signes de tout ce qui s’est passé, là où les autres spectateurs doivent juger qu’il est déjà très bon acteur...Le réalisateur, lui nous a dit que ce n'était pas forcément ce qu'il attendait, mais il a quand même mit en boite.

    J’étais tranquille pour la suite : la pénétration qui devait suivre juste après serait du coup forcément simulée. Il était hors de question, bien sûr, que ma première pénétration se fasse dans ce cadre, avec un tel engin en plus. N’empêche que j’étais excitée en sentant son gros serpent glisser entre mes cuisses, sur mon ventre, chatouiller ma chatte humide.

    Nous nous sommes revus par la suite et c’est lui qui a eu l’honneur de me pénétrer pour la première fois. C’était dans sa chambre, pendant que sa mère et sa sœur étaient parties faire des courses... Heureusement que la maison était vide car j’ai crié comme une folle quand il m’a remplie avec son pénis gonflé à bloc...

    Je pense être une fille bizarre et quand je relis mon texte et que je vois à quoi ressemble ma première expérience sexuel, je confirme que je suis bizarre.

Cette histoire de cul t'a excité ?

Alors écoute maintenant toutes nos histoires racontées d'une manière très sensuelle !

Pour cela, compose le
Télephone rose récits érotiques
et fais-toi plaisir ;)
Cette histoire de cul t'a excité ?
Alors écoute maintenant toutes nos histoires racontées d'une manière très sensuelle !
Pour cela, compose le
Télephone rose récits érotiques
et fais-toi plaisir ;)

Les commentaires pour cette histoire érotique

Commentaires

Envoie un commentaire à , cela lui fera très plaisir !

Pour commenter une histoire, il faut être membre.
S'inscrire gratuitement / Se connecter

Les autres aventures coquines de Anonyme

Anonyme

Inscription auteurs certifiés | Contactez-nous | Contact