Elle couche avec son oncle

Dialogue chaud :
Télephone rose chaud
Sans attente
  • 325 59

    Elle couche avec son oncle

    Corrigé et résumé par Dialogue69 le

    Publié le

    Salut à tous, je viens de découvrir ce site un peu par hasard (bon j'avoue, je cherchais des trucs excitants pour me stimuler un petit peu...) Et en lisant les histoires, je me suis dis que c'était le meilleur moyen de raconter quelquechose qui m'est arrivé il y a quelques semaines et que je n'ai pu raconter à personne!!! Je suis trop contente de pouvoir le partager parce que ça me pèse un peu à vrai dire.
    Bon, allez je vous raconte! D'abord, je me présente peut être, je m'appelle Bénédicte (je hais mon prénom) et je suis brune, cheveux mi-longs, taille moyenne, poids moyen... enfin je suis une fille normale quoi!
    Je suis au lycée, en terminale, je ne suis pas vraiment très douée pour les cours et c'est pour ça d'ailleurs que au désespoir de mes parents, j'ai raté mon bac l'année dernière!!
    Bon, venons-en aux faits, j'ai eu 18 ans en décembre et comme le veux la tradition j'ai voulu organiser une fête, mais habitant en ville dans un petit appart, je me voyais mal inviter tous mes potes chez moi. Et c'est là que ma meilleure copine Laura m'a proposé sa maison: elle habite en banlieue dans un pavillon très sympa.
    Bon, c'est lorsqu'elle a demandé à ses parents que ça a posé un peu problème. Pour eux, c'était carrément hors de question de garder la maison pendant qu'une bande d'adolescents écervelés feraient n'importe quoi toute la soirée!! En même temps, je les comprends parce qu'à notre âge on peut vraiment être lourd parfois...
    Pas découragée du tout, Laura m'a dit qu'elle avait peut-être une idée.
    Le lendemain, on se retrouve en cours d'Histoire-Géo et elle me fait glisser un petit papier par mon voisin (eh oui, je ne suis plus à coté de ma Laura chérie en classe parce qu'il paraît qu'on parlait trop... n'importe quoi!).
    Je l'ouvre et je lis:
    "Coucou ma chérie, j'ai trouvé une idée. Tu te rappelle de mon oncle qui nous emmenait tout le temps à Disney-Land, au cheval et tout ça, eh bien il est d'accord pour nous surveiller le soir de la fête!!! Trop génial. Je t'adore :)"
    Je lui renvoie:
    "Trop génial, je m'en rappelle, il était trop sympa et ça fait longtemps que je l'ai pas vu. Trop bien, t'es la meilleure :) :)"
    Donc voilà, la fête commençait à se mettre en place. On était 34. Chacun emmène un truc et on met une play list dans un ordi pour la musique. Pas compliqué comme organisation.
    Le jour de MA fête, je me prépare avec Laura dans sa chambre, son oncle frappe à la porte et entre:
    "-Salut les filles...
    -Salut!! Merci d'être venu, c'est trop cool, on est trop contentes!!!!
    -Pas de souci, j'aime mieux être avec des ados, ça me rajeunit un peu, et puis, je suis sur que je peux vous faire confiance, hein les filles.
    -Oui oui oui, pas de souci, ça va être trop bien.
    -Je vais m'installer dans la chambre de tes parents pour pas trop vous déranger et si vous avez besoin de quoique ce soit, vous n'hésitez pas. Ah et si j'entends des hurlements de détresse, je descendrai quand même...
    -Non non t'inquiète y'aura pas de souci."
    A 8h nos potes commencent à arriver et en particulier Yohan... Je kif ce gars, il est vraiment trop génial. Ce soir, objectif: me rapprocher de lui (vraiment très près si possible...)
    A 9h, tout le monde est là, la musique à fond, on boit et on danse comme des folles. L'ambiance monte carrément d'un cran.
    Je me dis que c'est le bon moment pour tenter une approche de mon Johan!
    "-Salut, alors tu t'amuses?
    -Ouhais, elle est sympa ta fête. C'est cool.
    -Tu veux un truc à boire?
    -Pourquoi pas, je veux bien une bière.
    -Ben viens avec moi."
    Je l'emmène dans le cellier, juste à coté de la cuisine. J'ouvre le frigo et lui tend sa bière. En même temps et l'alcool aidant, je tente un petit bisou. Il me repousse violemment.
    "-Putain mais t'es tarée comme fille, qu'est ce que tu fais??
    -J'ai envie de toi, jsuis désolée c'est parce que j'ai bu un peu. Tu me plais depuis longtemps. Pff jsuis nulle d'avoir bu comme ça.
    -Mais jmen fou que t'ais bu, t'es complètement conne, je peux pas te voir. T'es trop débile. Dégage."
    Je me suis enfuie en courant du cellier, je pleurais comme une malheureuse. J'ai monté les escaliers quatre à quatre (enfin aussi bien que je pouvais...) et je me suis assise dans le couloir pour réfléchir à mon triste sort.
    Une porte s'est ouverte, c'était l'oncle de Laura.
    "-Tiens... qu'est ce que tu fais là? Ca devrait pas être ta fête ce soir?
    -Jsuis nulle, j'ai fait peur à un mec trop bien, jsuis trop nulle. Regarde moi.
    -Et bien je te regarde et je vois une magnifique jeune fille, qui gâche sa soirée à cause d'un petit con qui ne la mérite pas."
    Je l'ai regardée en souriant les yeux encore embués de larmes.
    "-Allez viens, entre une minute, tu vas pas rester comme ça. Qu'est ce qui s'est passé?
    -Ben, j'avais trop envie de lui, je sais pas, c'est peut-être à cause de l'alcool, j'avais envie qu'il m'aime, qu'il me fasse l'amour.
    -Tu avais besoin d'affection, c'est ça?
    -Oui, et j'en ai toujours besoin, j'ai l'impression que d'avoir eu 18 ans ça me permet enfn de faire ce que je veux, d'exprimer mes vraies envies et pas seulement de me toucher toute seule devant mon ordi."
    Il s'est mit à rire.
    "-Tu fais ça??
    -Ben oui...
    -Eh ben t'es déjà une sacré petite coquine...
    -Pff, n'importe quoi, j'ai jamais eu de vrai copain, tu parles d'une chaude."
    Là j'ai senti une main s'insinuer dans mon dos me procurant une caresse douce. Soudain, j'ai senti des petits frissons d'excitation me parcourir tout le corps. Je n'avais jamais ressenti ça à ce point là...
    Je crois qu'il s'agissait tout simplement d'envie.
    Je me suis retournée, je l'ai regardé dans les yeux et je l'ai trouvé beau avec sa barbe de trois jours et son visage un peu marqué.
    Il avait des mains puissantes et un peu rugeuses. Lorsqu'elles parcouraient mon corps lisse et ferme, je m'imaginais tout ce qui pouvait se passer ensuite.
    Il m'a murmuré à l'oreille:
    "-Est ce que tu as envie?
    -Oui..."
    Il s'est levé et est allé fermer la porte de la chambre à clé.
    Il est revenu sur le lit et m'a plaqué d'une main ferme mais douce. Il a commencé à remonter mon t-shirt doucement. Je rougissais sans le vouloir, je n'avais pas mis de soutien gorge et mes seins, alors dénudés pointaient tout excités qu'ils étaient.
    Il les a caressés puis baisés longuement avec sa bouche tendre. Il me parcourait le corps avec sa main jusqu'à approcher la main du bouton de mon jean. J'ai eu un mouvement de recul.
    Je crois que j'ai eu peur tout simplement.
    Il n'a pas insisté mais a continué à promener sa main partout et à me couvrir de baisers de plus en plus torrides.
    C'est moi, au bout de quelques minutes qui ai mis sa main sur le bouton de mon pantalon. Mon coeur battait à 200 à l'heure.
    Je n'en revenait pas que j'allais vivre le moment auquel j'avais tant pensé pendant mes nuits solitaires.
    Il a donc délicatement ouvert ma braguette et a descendu mon pantalon, l'envoyant contre le mur.
    Il a promené sa bouche le long de mes jambes, puis de mes cuisses, puis à travers ma petite culotte.
    Puis ils a commencé à toucher le bas de mon ventre avec des doigts, il les a petit à petit glissés en dessous de mon dernier vêtement.
    Je me tordais de désir, je sentais que mon sexe était chaud, que le sang affluait sur mon clitoris, j'avais plus envie que jamais qu'un homme me fasse l'amour.
    Doucement, il a retiré ma culotte...
    J'étais complètement nue, offerte à ses baisers et à ses caresses qui se faisaient de plus en plus insistantes.
    A ce moment là, j'avais complètement oublié la fête, les autres, la musique à fond et les cris de joie qui montaient de l'escalier.
    J'étais toute entière livrée à mon partenaire.
    Il se déshabilla lui aussi, me présentant son sexe dur. Je ne savais pas trop quoi faire, je voulais le toucher mais je n'osais pas. Il a compris mon désarroi et n'a pas insisté. Il a mis ses doigts dans ma bouche et a enduit avec son sexe de salive.
    Il était prêt. C'était le grand moment. Je n'avais plus vraiment peur. J'étais à fond dans mes sensations, pour ma première sensation.
    Il a écarté mes jambes avec précaution et a baissé sa tête pour me lécher. Avec sa bouche, il attrapait mes lèvres avec délicatesse, mordillait toutes les parties de mon sexe, léchait avec application mon clitoris et a commencé à insinuer sa langue dans mes fentes. Je n'avais jamais rien ressenti de pareil. C'était délicieux et je crois que j'aurais pu jouir rien qu'avec ça mais lorsque j'étai bien humide, il a approché son sexe de ma petite chatte.
    Il a commencé à appuyer un peu pour le faire rentrer.
    Tout à coup, ça y était, sa verge tendue était en moi. J'ai vraiment eu mal et je n'ai pu réprimer un cri de douleur. Mais il n'a pas arrêté. Il s'est enfoncé petit à petit de plus en plus profond en moi. Je criais. Il s'est retiré doucement et a recommencé, il pratiquait des mouvements de va et viens, au début un peu en retenue mais dès qu'il a sentit que ma douleur se muait en plaisir, il a accentué son mouvement. Je jouissait de plus en plus fort. Je n'avais jamais ressenti une telle plénitude. Je me sentais entière, parfaitement à ma place et plus heureuse que jamais. Il s'est bientôt mis debout et m'a attrapé pour me maintenir assise sur lui. Je l'embrassais alors avec fougue, et lui m’empalait sur son sexe que je ressentais au plus profond de moi.
    Tout à coup, j'ai senti l'orgasme monter en moi, je me suis rejetée en arrière et j'ai hurlé de plaisir tandis qu'il continuait à me promener sur sa queue comme un bilboquet.
    Lui a continué à me secouer sur son sexe tout en léchant et suçant mes seins et ma bouche, puis à son tour il a joui.
    Il a éjaculé en moi brutalement en un râle rauque et sourd. Il m'a reposée sur le lit en douceur.
    Un liquide tiède et visqueux coulait le long de mes cuisses. Je n'étais plus vierge.
    Voilà, le plus grand moment de ma vie venait de se produire. J'étais vraiment heureuse.
    Je me suis essuyée avec un mouchoir qui traînait dans mon jean.
    Je me suis rhabillée. L'oncle de Laura s'est relevé et m'a prise dans ses bras.
    Lorsque je me suis sentie prête, j'a ouvert la porte et je suis descendue.
    Une nouvelle moi était née...

    Je crois que je me sens un peu mieux d'avoir raconté ça parce que pendant un moment j'ai eu l'impression d'avoir fait quelque chose de mal. Et surtout, j'ai dû mentir à ma meilleure copine. Bref, ça n'a pas été facile mais je ne regrette rien. Pour l'instant, c'est un des plus beaux moments de ma vie lorsque j'y repense...

Tu veux parler avec une coquine ?

Alors viens découvrir le profil de nos coquines par téléphone.

Ou, compose directement le
Télephone rose chaud
et fais-toi plaisir ;)
Tu veux parler avec une coquine ?
Alors viens découvrir le profil de nos coquines par téléphone.
Ou, compose directement le
Télephone rose chaud
et fais-toi plaisir ;)

Les commentaires pour cette histoire érotique

Commentaires

Envoie un commentaire à , cela lui fera très plaisir !

Posté le par Anonyme :
C'est merveilleux pour qu'une fille raconte avec autant de plaisir sa première expérience.
Posté le par r.. :
tres belle histoire, profite de la nouvelle personne que tu es devenu ...
Posté le par anonyme :
belle aventure trés éxitante, j'aurai aimé etre l'oncle !!!
Posté le par Anonyme :
Avec une première fois comme ça, elle promet pour la suite celle là!!
Posté le par Vincent :
Oh que c'estexcitant, oh que j'aimerai être ton oncle !!!
Posté le par Louis75 :
Que j'aimerai être à la place de ton oncle. Que du bonheur de lire ton histoire et ne t'inquiète pas tu n'a rien fais de mal.
Pour commenter une histoire, il faut être membre.
S'inscrire gratuitement / Se connecter

Les autres aventures coquines de Anonyme

Anonyme

Inscription auteurs certifiés | Contactez-nous | Contact