Partouze entre jeunes

Toutes nos histoires :
Télephone rose récits érotiques
  • 187 82

    Partouze entre jeunes

    Corrigé et résumé par Dialogue69 le

    Publié le

    Bonsoir à tous,

    Je suis tombée par hasard sur ce site et ça m’a donné envie de raconter ce qui s’est passé l’autre soir, quand le meilleur pote de mon copain est venu passer une soirée avec nous. Une soirée très spéciale. Quand j’y repense, je n’arrive encore pas à y croire et je sais pas très bien quoi en penser.

    Bon je fais les présentations. Je m’appelle Justine. Je vais avoir 18 ans ce mois-ci. Quentin, mon copain, n’en a même pas 19 et c’est vrai qu’il est complètement immature par rapport à moi. Tout le monde le dit. Il est surtout timide, influençable et je me suis parfois demandé ce que je faisais avec un gamin comme lui. Il est tout sauf un homme. Même son zizi est tout petit ! Mon petit frère de treize an avec qui il a pris une douche une fois pour délirer l’avait chambré en disant qu’il le battait déjà ! Et chaque fois que je touche ses petites couilles, je peux pas m’empêcher de sourire, même si ça le vexe. Je crois en fait que j’aime le dominer. C’est facile mais ça m’excite d’avoir un petit mec un peu esclave, soumis, que je peux mener par le bout du zizi, au doigt et à l’oeil. Je lui dis pas, bien sûr, mais c’est ce qui m’excite.

    Quant à son meilleur pote, Jérémy, c’est tout le contraire. Ils se complètent bien parce que Jérémy est tout ce que Quentin n’est pas : grand, musclé, viril, sûr de lui, bien membré (il fait toujours exprès de porter des pantalons assez moulants, avec la queue apparente sur le côté), directif... Bref quand ils sont ensemble, il y a le chef et le soumis ! Ce serait même gênant mais j’avoue que ça m’excite de voir Jérémy se mettre de mon côté pour dominer Quentin. J’ai même parfois eu l’impression qu’il bandait en me regardant quand il humiliait un peu son pote en plaisantant.

    Un soir, avec Quentin on avait bu et il avait commencé à me tripoter en regardant un film x. D’habitude c’est moi qui prends les devants mais l’alcool et le film l’avaient un peu décoincé. Moi aussi, je sais plus ce que je faisais et ce que je disais. Je me suis entendue dire tout d’un coup : « tu dirais quoi si je te proposais un plan à trois un jour avec un autre mec ? » Trop tard, je l’avais dit ! J’attendais avec un peu d’angoisse quand même sa réaction. J’avais un peu peur qu’il veuille mettre fin à la relation. Mais lui aussi avait bu et il m’a sorti : « J’avais jamais osé te le dire mais c’est mon gros fantasme ». C’était un peu le point de non-retour. Les choses avaient été dites, on semblait OK tous les deux. Il restait qu’à le faire. Je lui sors donc : « et avec qui ? » Réponse habituelle de sa part : « Ben, jsais pas... ». Et là j’ai eu l’idée de le provoquer comme je fais toujours, pour l’énerver, en disant après coup que je voulais juste plaisanter : « On propose à Jérémy ? » Et là, je tombe des nues quand il me répond : « Ben, pourquoi pas... mais moi je dis rien, tu te débrouilles pour lui proposer et après tu te charges de tout, moi je dirai rien, je laisserai faire, c’est tout. »

    Quand il m’a dit ça, ce qui m’a le plus surprise, c’est pas seulement qu’il soit d’accord si facilement ou que ça ait l’air de l’exciter d’envisager ça (j’avais une main dans son caleçon quand je lui ai posé la question et j’ai nettement senti sa petite queue se raidir quand j’ai proposé tout ça). Ce qui m’a le plus surprise, en fait, c’est que moi aussi ça m’a excitée d’un coup, comme je n’aurais pas cru ça possible.

    Le lendemain, on invite donc Jérémy à venir voir un film avec nous dans mon appart. Et avant même qu’on mette le film, il avait senti qu’il y avait un truc pas habituel et il a commencé à nous demander ce qui se passait. Là je lui ai sorti direct le truc : « On en a parlé avec Quentin : si tu veux, on peut faire un truc à trois pour le délire, juste une fois pour s’amuser. Après on oublie tout. » Je n’oublierai jamais la tête qu’il a fait : étonné, amusé, excité et sadique à la fois, un peu comme s’il savait qu’il allait faire une sorte de putsch dans notre vie sexuelle en étant vainqueur par K.O. immédiat. Il a répondu simplement : « Pour moi c’est OK. On commence quand ? » Sans pouvoir s’empêcher de commencer à humilier Quentin : « Et toi mon Loulou t’as pas peur que Justine prenne goût à un vrai mâle avec une vraie bite ? » Comme d’habitude, mon copain a ri jaune, la gorge serrée mais visiblement excité puisqu’il cherchait à cacher la bosse sur son jeans.

    Après, ça a été très vite. Jérémy a dit : « Qui dirige les opérations ? Je suis volontaire si vous voulez. » Et comme je m’y attendais il a commencé à donné ses ordres, mi-sérieux et sadique, mi plaisantant : « Bon, vous allez déjà me montrer comment vous faites d’habitude, avant que je vous montre comment il faut s’y prendre pour faire jouir une petite chaudasse. Allez Quentin, fous-toi à poil pendant que je déshabille ta copine. Depuis le temps que je me branlais en imaginant ça... Putain Justine t’as de beaux seins, laisse-moi les toucher. » Et en disant ça, il était derrière moi, avec ses deux mains sur mes seins, frottant son pantalon contre mes fesses et, tout d’un coup, il tira comme une brute sur mon chemisier en arrachant tous les boutons. Je savais qu’il était un peu sadique et dominateur mais je l’imaginais pas si violent. C’était comme une agression pour Quentin comme pour moi. On était paralysés et j’avoue que ça m’excitait comme jamais. Jérémy malaxait mes seins en embrassant mon cou, pendant que Quentin regardait, sidéré et peut-être émerveillé par la vision de ce mâle qui prenait possession de sa femelle à lui.

    Pendant que je jetais un coup d’oeil à Quentin, j’ai senti la main de Jérémy qui pénétrait avec une brutalité terrible dans mon slip, avec ses doigts qui fouillaient mon sexe humide. « T’es prête, on dirait... Allez, je t’enlève ton slip, Justine. T’es prêt, Quentin ? » Là il m’a étendue sur le dos par dessus le lit, a écarté mes cuisses, m’a chatouillée, il a pris Quentin (qui s’était docilement mis tout nu) par les épaules, lui a donné une tape sur les fesses et lui a dit : « Vas-y mon grand, montre-moi ce que tu sais faire avec ton ptit zizi ».

    Tremblant (de peur ? d’excitation ? de gêne ?), mon copain a commencé à me pénétrer timidement. C’était encore pire que d’habitude. Il bandait même pas complètement. J’étais de marbre. Plutôt gênée, il faut bien le dire. A la fois d’être pénétrée devant un ami et de me sentir nulle parce que je réussissais même pas à faire bander à fond mon copain et encore parce que c’était comme si j’étais incapable de jouir, du coup.

    C’est à ce moment que Jérémy a pris un fou rire. Pas fait exprès comme il aime le faire pour humilier Quentin : là on sentait qu’il pouvait plus s’arrêter de rire devant le spectacle ridicule qu’on lui offrait. Je commençais à regretter mon idée, à être vexée, presque en colère mais je savais pas contre qui : moi ? Quentin qui n’était même pas un homme ? Jérémy qui abusait de la situation ?

    C’est à ce moment-là que Jérémy est devenu vraiment méchant. Il a tiré Quentin par les bras pour le retirer de moi, l’a regardé bien en face et lui a dit : « t’as pas honte de pas faire jouir ta copine ? Tu mérites une gifle ! Je me demande si je vais pas te la mettre. » Je me demandais s’il était sérieux. Je pense qu’il tâtait le terrain et, en voyant que personne bronchait, il a décidé d’aller plus loin et il a balancé à Quentin une double gifle terrible. Silence. Quentin s’est mis à pleurer et Jérémy en a profité pour aller plus loin : « Quentin, baisse mon pantalon stp, pour que ta copine voie une vraie queue. » Quentin s’exécuta, en sanglotant toujours. Jérémy bandait comme un cheval, avec une bite qui paraissait géante par rapport à celle de son pote. Il l’a fait asseoir à côté de moi sur le lit et lui a dit : « Regarde ce que je vais lui faire ».

    Là, il s’est mis à quatre pattes au dessus de moi, avec son énorme queue au-dessus de mes yeux et il m’a soulevé la tête en tirant mes cheveux pour que ma bouche atteigne son gland. Là il m’a dit : « Suce-moi, salope » Et je me suis mise à lécher ses grosses couilles, son gros gland et à engloutir sa queue, qui m’a semblé énorme. Là il a reculé, s’est appuyé à plat ventre sur moi, il a commencé à lécher mes seins, à les mordiller de plus en plus fort et il a commencé à remonter vers ma bouche. Là j’ai senti son gros sexe s’appuyer contre le mien. Inconsciemment, je résistais. Là il m’a dit à l’oreille : « Laisse-toi faire, tu vas y passer, petite salope ». En disant ça, j’ai senti qu’il appuyait de toutes ses forces et sa queue est entrée d’un coup en moi, avec un grand cri.

    « T’as vu comment je la fais gueuler, ta copine ? Et t’as encore rien vu ! ». Là il a commencé à enfoncer encore plus son sexe, à le remuer, lentement mais avec une force incroyable. Je me suis mise à pleurer à mon tour, et les sanglots sont devenus des gémissements. Je me contrôlais plus du tout. Je criais. C’était bon de sentir cet homme en moi. Son gros sexe gonflé à bloc. Là, il l’a sorti, est revenu vers ma bouche et a commencé à se masturber, jusqu’à ce que son sperme chaud gicle par saccades sur mon visage et dans ma bouche.

    J’en pouvais plus. J’en voulais encore. Là, à ma grande surprise, Quentin, excité comme je l’avais encore jamais vu, m’a sauté dessus et m’a pénétrée sauvagement. J’étais toujours de plus en plus excitée. Jérémy malaxait mes seins, embrassait ma bouche, pendant que Quentin se déchaînait en moi comme un petit singe en rut. Rapidement, il a éjaculé en gémissant. Je me suis senti inondée. J’avais l’impression que sa queue était plus grosse que d’habitude et, ça c’était sûr, que jamais autant de sperme en avait giclé. Moi, j’étais comme dans un rêve.

    Depuis, il faut que ça recommence. Avec ces deux garçons. C’est notre secret. J’avais besoin de le raconter à des gens qui nous connaissent pas. Mais si vous essayez une seule fois, vous comprendrez que ce sera difficile de pas recommencer.

Cette histoire de cul t'a excité ?

Alors écoute maintenant toutes nos histoires racontées d'une manière très sensuelle !

Pour cela, compose le
Télephone rose récits érotiques
et fais-toi plaisir ;)
Cette histoire de cul t'a excité ?
Alors écoute maintenant toutes nos histoires racontées d'une manière très sensuelle !
Pour cela, compose le
Télephone rose récits érotiques
et fais-toi plaisir ;)

Les commentaires pour cette histoire érotique

Commentaires

Envoie un commentaire à , cela lui fera très plaisir !

Posté le par Anonyme :
Slt j'espère qu'il y aura une suite car cette histoire m'a exciter
Posté le par soumisdreims :
Tres bonne histoire !!! je pense aussi que Quentin va ou dois se faire enculer par Jérémy Justine va adoré voir ça je pense ; )
Posté le par Gigi :
J'aime cette histoire je suis sur que Quentin vat finir par se faire enculer par Jérémy.
Justine et Qentin me plaisent et ma chatte est trés humide.Bise
Posté le par Anonyme :
Justine est déja une bonne salope mais je reste persuadée que QUENTIN s'améliora,elle devrait faire
venir une copine pour le mettre en valeur .Bise
Pour commenter une histoire, il faut être membre.
S'inscrire gratuitement / Se connecter

Les autres aventures coquines de Anonyme

Anonyme

Inscription auteurs certifiés | Contactez-nous | Contact