Culbutée par son garagiste

Cette histoire de cul vécue par Anonyme, a été racontée par l'une de nos coquines au tel
Pour l'écouter, compose le
Télephone rose récits érotiques
et fais-toi plaisir ;)
Code histoire 0076 - Durée : 07 minutes
Ecoute cette histoire de cul au
Télephone rose récits érotiques

Code histoire 0076 - Durée : 07 minutes
  • 513 93

    Culbutée par son garagiste

    Corrigé et résumé par Dialogue69 le

    Publié le

    C'était un vendredi après-midi alors que j'allais faire mes courses, voilà que tout à coup ma voiture fait des siennes, plus moyen de la démarrer et en plus pour ne pas arranger les choses, il pleut...je me mets vite à appeler mon garagiste pour un dépannage express. Il me dit qu'il arrive dans un quart d'heure, ouh je vais devoir patienter et l'attends alors toute énervée, installée dans ma bagnole, je décide alors de me détendre en écoutant de la musique, Je me maquille un petit peu, juste pour souligner mes yeux et poser sur mes lèvres un gloss au goût de fruit de la passion. A ce moment, mon petit garagiste me rappelle pour me dire qu'il arrive et qu'il n'est pas très loin de là où je me suis garée. J'étais sur un parking d'un supermarché et il n'y avait pas grand monde à cette heure-là.

    Je le vois qui se gare et sort de son camion de dépannage, j'avais oublié comment il était super bien foutu dans son jean !
    Grand, blond aux yeux beux, il me faisait déjà de l'effet ! Je n'ose pas sortir de ma voiture puisqu'il pleut à torrent, il s'approche et j'ouvre la portière côté passager et il s'assoit enfin près de moi.

    Je n'avais qu'une envie, qu'il reste jusquà pas d'heure mais bon il faut bien qu'il fasse son boulot après tout. Il me posa quelques questions pour savoir si c'était la première fois que cela m'arrivait, je lui répondais sur le ton de l'humour que s'il voulait, je trouverai le moyen que cela arrive plus souvent. Il se mit à sourire et moi aussi, voilà un début qui s'annonce bien.
    On s'est mis à parler de choses et d'autres, il voulait savoir si je souhaitais l'accompagner dans son garage en remorquant ma voiture, ou si quelqu'un venais me chercher. Son regard pénétrant qui ne lâchait plus mon décolleté, en disait long sur ses pensées alors je lui ai répondu que ça m'intéresserait de l'accompagner et plus tôt on y sera mieux ça sera. Je ne sais pas pourquoi, mais je crois que l'on savait déjà tout les deux qu'il y aurait du sexe entre nous, il a vu que j'étais un peu en chaleur...

    Sous cette pluie qui n'en finissait plus, Il remorqua ma bagnole, il était tout trempé et je n'avais qu'une hâte, c'était de me jeter sur lui pour lui enlever tous ses vêtements qui lui collaient à la peau. J'étais déjà toute émoustillée à l'idée de me faire culbuter par mon garagiste !
    Assise à côté de lui dans son camion, j'avais ma jupe qui me remontait bien au-dessus des cuisses, mes vêtements aussi me collaient à la peau, mon petit haut devenu tout transparent, laissait voir mes tétons qui pointaient.
    Tout en passant les vitesses, sa main et son bras droit venaient frôler mes jambes, ce qui m'excitait davantage. J'écartais légèrement les cuisses lui faisant comprendre que s'il voulait me toucher ou me caresser un peu plus, il avait tout à fait le droit et il ne fallait surtout pas qu'il se gêne, au contraire j'étais en condition de petite salope qui avait envie de se faire pénétrer !
    Il posa enfin sa main sur une de mes cuisses et jeta un oeil sur le côté pour voir si j'étais consentente, mon petit sourire le rendait fou de désir, il se mit à me caresser à l'entre-cuisse, sa main parcourait de plus en plus vite jusqu'à venir se poser sur ma petite culotte en dentelle. Il me malaxa délicatement le sexe, j'aimais ce qu'il me faisait car je poussais des petits cris de soupirs. A ce rythme là, il va me faire jouir le salop !

    On arrivait enfin à son garage, il avait pris la précaution de fermer le portail et la porte principale pour ne plus recevoir de clients.
    On passa par l'arrière, là où il tenait son bureau et je le suivais toute contente de me trouver là enfin avec lui. Sans plus attendre, je me suis approchée de lui pour enlever son tee-shirt et lui caresser son torse humide que je me suis empressée de lécher, je l'ai embrassé ensuite pour qu'il puisse avoir le goût de mes lèvres, sucrées et fruitées à la fois et dans un bruit suave et doux, nos bouches se sont mises à sentrouvrir pour que ma langue puisse découvrir la sienne. Sa langue dans ma bouche me faisait penser à ce qu'il pouvait bien m'offrir dans d'autres ouvertures plus chaudes. Il m'enleva mon petit haut dévoilant ainsi mes seins tendus de plaisir, il s'est mit à mordiller mes tétons, à lécher tendrement le bout de mes seins et à les frotter l'un contre l'autre et passer mes globes sur son visage l'amusait, c'est sûr qu'avec un 95 E il avait de quoi faire !
    Puis il me positionna sur son bureau, les cuisses écartées, la jupe relevée, il descenda ma petite culotte pour venir me brouter le minou, il écarta mes grandes lèvres pour me lécher délicieusement, sa langue tournoyait sur mon clito, il le mangea et à coup de langue me faisait vibrer. Je criais de plaisir, lui disait de continuer, je mouillais de plus en plus, il continua de me lécher et de me pénétrer avec sa langue pendant quelques minutes pour ensuite me retourner à quatre pattes toujours sur son bureau, cambrée et les fesses offertes, il s'est mit à me lécher mon petit trou, à introduire sa langue et un doigt., oh que c'était bon ! je gémissais, je n'en pouvais plus...Il faisait des va-et-vient tout en douceur et je me suis mise à mouiller comme une cochonne !

    Tout à coup, j'ai senti sa bite venir butter contre mes fesses et se frotter tout le long de ma fente, il prit vite le soin de mettre un préservatif et de me fourrer la chatte de plus en plus vite, je hurlais tellement il me faisait du bien, il savait utiliser sa queue mon petit garagiste ! Il décida de me faire exploser l'anus par la suite, d'un coup il enfonça profondément son dard, j'étais à sa merci, les jambes bien ouvertes, à la vu de mes fesses qu'il écartait de ses mains, l'anus bien dilaté, il entrait et sortait sa queue pour mieux apprécier. Il me retourna pour m'étendre sur le bureau et pénétra à nouveau mon sexe tout excité, Et à l'entendre me répéter sans cesse que j'étais sa petite pute cela a fait déclencher un orgasme que je n'arrivais plus à retenir. Je me suis levée ensuite pour venir le prendre en bouche et par le passage de ma langue sur sa hampe et sur son gland bien juteux, je tounoyais ma langue ,très vite et le suçais ardemment jusqu'à ce qu'il jouisse, il gicla sur mon visage et même sur mes seins.

    Lui faire une fellation profonde c'était ma petite récompense pour le remercier de s'être si bien occuper de moi et pour ma voiture je n'ai pas eu de frais supplémentaires à régler car c'était ce paiement en nature qui était des plus agréables avec mon petit garagiste que je ne manquerais pas de rappeler en cas de panne..

Cette histoire de cul vécue par Anonyme, a été racontée par l'une de nos coquines au tel
Pour l'écouter, compose le
Télephone rose récits érotiques
et fais-toi plaisir ;)
Code histoire 0076 - Durée : 07 minutes
Ecoute cette histoire de cul au
Télephone rose récits érotiques

Code histoire 0076 - Durée : 07 minutes

Les commentaires pour cette histoire érotique

Commentaires

Envoie un commentaire à , cela lui fera très plaisir !

Posté le par mouille :
J'aurais aimé être à ta place me faire baiser correctement ainsi!
Posté le par chris :
une salope comme on les aiment
Posté le par coquin69 :
c'est la recompense d'un bon mecano tomber sur une petite saloppe c'est le pied!!!
Posté le par coquine38 :
et ba ma salope il a du te faire jouir bien fort ton mecano, humm, j aurai bien aime participer à la scene :)
Posté le par Anonyme :
hummmmmmmmmmmmmm tu m'as fait bander comme un fou il a de la chance ton mecano
Pour commenter une histoire, il faut être membre.
S'inscrire gratuitement / Se connecter

Les autres aventures coquines de Anonyme

Anonyme

Inscription auteurs certifiés | Contactez-nous | Contact