une vraie nymphomane

Toutes nos histoires :
Télephone rose récits érotiques
  • 156 36

    une vraie nymphomane

    Corrigé et résumé par Dialogue69 le

    Publié le

    J'suis vraiment trop obsédée ! Je me masturbe tous les jours et parfois plusieurs fois mais ça ne me suffit pas, je ne suis jamais rassasiée. Un rien me fait mouiller ! La seule vue d'un objet domestique rappelant la forme d'un gros phallus me rend toute chose et je ne me sens soulagée que lorsque j'ai pu me donner du plaisir c'est à dire me faire jouir d'une façon ou d'une autre.

    Vous verriez ma déco, mes outils, mes ustensiles... Tout est en angle droit chez-moi ou à terminaison en pointe. Les gens croient que c'est mon style... S'ils savaient comme je trouves ça laid !!! À l'épicerie, j'évite toujours la rangée des concombres. C'est une obsession les concombres pour moi. J'ai toujours fantasmé sentir un bon gros concombre bien dur et froid dans ma chatte toute chaude et toujours bien mouillée. Seulement j'ai quelques scrupules à gaspiller la nourriture.

    Mais l'autre jour j'avais rendez-vous avec un nouveau soupirant. Nous avions décidé d'aller au cinéma et nous fîmes un arrêt au super marcher pour acheter des chips et quelque chose à boire que nous allions faire passer dans mon grand sac à main comme deux ados cassés comme des clous. Et... vous avez deviné,,, nous sommes passés par l'allée des concombres. Discrètement j'ai choisis le plus gros que j'ai pu appercevoir et l'ai mis sous mon bras. Je n'avais aucune idée de comment allait tourner la soirée avec mon nouvel ami mais je n'allais pas rester sur ma faim ce soir là. J'étais décidée. Et puis au diable les scrupules ! Qui plus est... Je n'allais pas le gaspiller ce bon gros concombre, il allait bel et bien rassasier une très grande faim. Restait à savoir comment j'allais bien pouvoir tenir tout au long du film sans succomber à l'envie folle de m'excuser et quitter pour me précipiter chez-moi et m'adonner sans retenue à mes gourmandes pulsions.

    Arrivée au comptoir, je laissai passer mon beau grand brun devant moi tout en gardant mon amant bien caché sous mon bras. Il fut galant et paya nos achats. (Le beau grand brun, pas l'amant ). Pendant ce temps, je mimait une fille qui met beaucoup de temps à tenter de faire rapidement pour choisir une simple saveur de gomme à mâcher. Quand il fut près pour quitter, j'en pigeai un paquet à peu près au hasard et lui demandai d'aller approcher l'auto le temps que je paie cette gomme et que j'aille aux toilettes. Il n'était pas question que je me donne du plaisir avec un concombre volé ! Je devais le payer ! Encore les scrupules ! Que voulez-vous ! ?

    Allez-vous prendre un sac ? Non j'ai ma sacoche, merci. La gomme ça va mais le concombre dans la sacoche, c'était plutôt louche mais bon... La caissière ne souleva pas. Durant le trajet pour le cinéma je transférai les trucs qu'il avait acheté dans mon sac à main sans qu'il ne vit le passager clandestin, bien calé tout au fond. Je mis les chips par dessus. Nous échangeâmes sur la route et dans la salle en attendant le début du film quelques politesses et questions habituelles pour une nouvelle rencontre.

    Il en vint un moment donné à me demander comme ca si j'aimais le sexe. Il ne fallait pas soulever la question alors qu'un énorme concombre dissimulé dans ma bourse entre nous deux retenait toute mon attention. J'étais très émoustillée et je lui dis sur le ton de la plaisanterie que j'étais une vraie nymphomane. Il hésita puis rigola un peu mais l'air coquin du gars qui voudrait dire: Si tu blague c'est bien si non c'est encore mieux !!! Pendant la projection il y eut le contact des mains dans le sac de croustille et l'échange de petits commentaires et regards en coin...

    Puis on en est venus à s'embrasser passionnément, mon sac toujours entre nous, de plus en plus pressés l'un contre l'autre. Je senti bientôt son membre dur sous ma main agile et il sursauta quand lui aussi senti quelque chose de dur sous la sienne virile. Ça avait sensiblement la même forme mais en format king size. Il se rendit compte que c'était dans mon sac, il y eut un court malaise puis il me posa la question. Je sortis le concombre et dans la pénombre qui camouflait à peine mon embarras, je lui confiai mon fantasme. Après tout, il le sentait que j'étais excitée.

    Pas le temps de le dire nous étions dans sa voiture et je sentais enfin la fraîcheur (Il n'était plus aussi froid) d'un gros concombre me pénétrer largement pour mon plus grand plaisir pendant que mon beau grand brun fou d'excitation se branlait en me regardant faire. J'étais assise au milieu de la banquette arrière les jambes relevées sur les appuis-tête des bancs de devant et lui était devant adossé au volant. J'étais très bien écarquillée et le concombre me baisait à merveille ! D'un coup le mec empoigna le légume et commença à me le faire entrer et sortir au même rythme qu'il brassait son membre viril bien bandé et gorgé de désirs de venir visiter le fond de mon entre mais il n'allait pas en avoir le loisir.

    Il était si excité qu'il se le brassait comme un fou alors vous imaginez ma chatte comme elle se faisait labourer ! Après un court moment, donc, évidemment, il émit un grand râle et gicla tout sur moi sans cesser de me donner de grands coups avec le concombre pendant qu'avec mes deux mains je me badigeonnait de son foutre en malaxant mes gros seins bien gonflés et tendus et que je gémissais comme une vraie salope qui en veut toujours plus.

    Je me retournai pour remonter mes fesses entre les deux sièges et tout cela sans que le fruit de ma jouissance, ou plutôt le légume, ne quitte son gîte alors je le sentis tourner dans mon vagin, c'était si agréable... c'était affolant ! Il m'entendit jubiler, il comprit le message. Il commença à le faire tourner et retourner tout en poursuivant les premiers mouvement d'aller et retour au fond de mon petit four. Il ne fallut pas plus longtemps pour que son membre reprenne du service. Il l’inséra en un rien de temps dans ma sortie de service. J'étais doublement comblée, je jouissais comme une folle ! Des orgasmes effrénés, croyez-en ma parole !!!


    Quand au bout d'un moment, nous fûmes épuisés, j'avais tellement joui, à mon tour de le gâter. Je l'invitai donc à venir me rejoindre pendant que je retirais doucement de mon vagin, le délicieux légume qui m'avait fait tant de bien. Puis je m'agenouillai devant mon ami pour enfouir sa belle bite dans ma bouche ravie. Je le suçai langoureusement pendant un long, très long moment. Jouant de ma langue de façon lascive sur tout son membre pour le faire venir. Quand il lâcha la sauce, je n'en perdis pas une goutte. Il était délicieux le goût de son foutre. Il se mariait très bien avec le chaud concombre qui finalement... combla toutes mes faims.

Cette histoire de cul t'a excité ?

Alors écoute maintenant toutes nos histoires racontées d'une manière très sensuelle !

Pour cela, compose le
Télephone rose récits érotiques
et fais-toi plaisir ;)
Cette histoire de cul t'a excité ?
Alors écoute maintenant toutes nos histoires racontées d'une manière très sensuelle !
Pour cela, compose le
Télephone rose récits érotiques
et fais-toi plaisir ;)

Les commentaires pour cette histoire érotique

Commentaires

Envoie un commentaire à , cela lui fera très plaisir !

Posté le par Anonyme :
Nul,No sens
Posté le par looo :
déjà mi une banane et une carotte avec mon amis tro jouissif
Posté le par lasalope :
moi aussi jaimerais menfoncee un gros concombre dans ma chatta
Posté le par KLO :
Merdique
Posté le par gust69 :
cette histoie m'a bien exitée,
Pour commenter une histoire, il faut être membre.
S'inscrire gratuitement / Se connecter

Les autres aventures coquines de Anonyme

Anonyme

Inscription auteurs certifiés | Contactez-nous | Contact