La grosse bite de mon voisin

Dialogue chaud :
Télephone rose chaud
Sans attente
  • 1236 240

    La grosse bite de mon voisin

    Corrigé et résumé par Dialogue69 le

    Publié le

    Chères lectrices, chers lecteurs,
    Je vais vous raconter une histoire, qui, je l'espère vous excitera autant que moi. Mon mari et moi habitons depuis peu une maison individuelle dotés d'une cour spacieuse ainsi qu'un jardin. Dans la cour se trouve un studio qui jusqu'à maintenant n'avait jamais été occupé. L'agence immobilière nous avait prévenu que le locataire vivait à l'étranger une bonne partie de l'année mais que l'été il venait passer quelques jours chez lui en France. En juillet dernier, l'occupant du studio s'est installé sans bruit, mon époux m'en n'a fais la remarque mais nous ne nous sommes pas inquiétés puisque l'agence nous a certifié à l'époque que c'était un homme charmant et surtout très discret. D'ailleurs depuis son retour, on ne le voit pour ainsi dire jamais. Deux fois nous nous sommes croisés dans la cour, il m'a salué rapidement et j'ai répondu par politesse. IL n'y a pas grand chose à dire de lui sauf qu'il doit avoir 55 ans, qu'il n'est ni laid ni beau, mais grand et très massif.Et pourtant Cet homme que je ne connais pas et que je ne côtoies pas est devenu en très peu de temps la cause de mes tourments.

    Pour commencer je vais me présenter un peu. Je m'appelle Fabienne, je suis une vraie blonde, et je mesure 1 m 60 pour 55 kilos, je me trouve mignonne et bien proportionnée. Je travaille dans la restauration. J'effectue quelques missions intérimaires de temps en temps pour aider mon mari à payer les factures, mais j'ai pas mal de journée de libres et j'en profite pour m'occuper du jardin, des fleurs, et parfois quand il fait beau j'aime m'installer sur un transat pour lire. Un certain après midi ou j'étais en train de bouquiner, des bruits rauques m'interpellent. Sur le coup j'ai cru avoir laisser la tv allumée mais en tendant l'oreille je me suis bien vite aperçu que c'étaient en fait des petits gémissements et qu'ils provenaient de chez le voisin. A cet instant précis j'aurais du me lever et entrer chez moi mais j'en fus incapable. De nature curieuse, je n'ai pas pu résister à l'envie d'en savoir un peu plus.

    Prudemment et surtout sans faire de bruit je me suis approchée de la porte fenêtre du studio, celle qui donne sur le jardin. Je me suis faite toute petite contre le mur et là très distinctement en plus des gémissement féminins, j'ai entendu la voix de mon voisin qui s'adressait à une femme :
    - tu es une belle salope, je veux te l'entendre dire, tu savais en venant ici que je te baiserais avoues lui tu aimes ma bite, elle te fait du bien , avoues le maintenant ...
    La voix était calme et agréable mais j'étais frustrée de ne rien voir.

    Je sentais mon coeur cogner dans ma poitrine et même si une certaine excitation envahissait tout mon corps, j'avais très peur de me faire surprendre . Moins d'un mètre me séparait de la porte fenêtre et doucement cm par cm je me rapprochait d'eux. La pièce principale était baignée de pénombre mais peu à peu mes yeux s'habituèrent et ce que je vis me stupéfia et m'excita en même temps. La femme ne pouvait pas me voir car elle était allongé et l'homme non plus puisqu'il était de dos. Elle était allongée sur le dos, nue sur une table en bois les hanches au bord de la table et les jambes pendantes dans le vide . je ne voyais pas son visage mais je voyais ses seins lourds bougés et je pouvais entendre les râles sourds qui sortaient de sa bouche. Le voisin attrapa ses cuisses par en dessous pour les relever trés haut et au mouvement de leurs corps il n'étais pas difficile de comprendre qu'il était en train d'enfoncer son pénis dans sa chatte.

    A présent la femme ne bougeait presque plus et mon voisin contourna la table pour allé carrément écrasée ses couilles sur sa partenaire. C'est à ce moment que j'ai pu voir son sexe. Et j'en suis restée bouche bée. Une queue comme je n'en n'avais jamais vu avant . Mon mari est bien membré, et avant lui j'ai eu de nombreux amants bien montés mais la queue que je voyais à travers la vitre ne ressemblait à rien de ce que je connaissais. J'essayais de contrôler ma respiration mais c'était difficile. La scène qui se déroulait sous mes yeux était obscène et malgré cela je n'arrivais pas à détacher mes yeux du carreau. Une bite qui devait mesurer plus que 23 cm et qui était d'une largeur énorme, presque monstrueuse. J'étais presque choquée et forcée d'admettre qu'elle était réellement hors normes. Le voisin s'adressait à sa partenaire en la traitant de pute, de chienne, de catin, de trou à bite, et il était évident que la femme lui obéissait de son plein gré.

    Je fis marche arrière , j'en n'avais vu et entendu assez et mon époux n'allais plus tarder à rentrer du travail. En prenant ma douche je me sentis coupable d'avoir espionner mon voisin et bien plus en constatant qu'entre mes cuisses j'étais littéralement trempée. Je ne m'en étais pas rendu compte trop absorbée par la vue de cette queue si impressionnante . Les jours suivants, j'ai tenté d'oublier cet épisode sans vraiment y parvenir. Et je n'ai pas osé en parler à mon mari. J'avais beau me dire que ce jour là je m'étais trouver au mauvais moment et au mauvais endroit, l'image de cette bite monstrueuse n'arrêtais pas de me hanter. Pendant une semaine, j'évitais la cour et le jardin, puis je repris bien vite mes habitudes. Mais il me fut impossible d'oublier ce que j'avais vu et le pire c'est qu'à chaque fois que j'y repensais, mon corps devenait soudainement très raide et mon regard fiévreux. J'espérais ne pas croiser mon voisin, trop honteuse de l'avoir épié, mais cela n'arriva pas. En douce je pensais à ce gros pieu et des idées pornographiques me traversait l'esprit.

    Un soir tard ou j'avais envie de m'en griller une petite (comme mon époux déteste l'odeur de cigarette) je descendis dans la cour pour fumer , en catimini aussi pour ne pas le réveiller. Je venais juste d'éteindre mon mégot quand une bouffée de curiosité malsaine m'envahit. Aucun bruit du coté du voisin et pourtant du jardin on pouvait remarquer la lumière allumée. J'étais debout au milieu de la cour, mon coeur recommençait à cogner fortement dans ma poitrine et je mouillais. J'ajouterais que je mouillais comme une salope parce que je sentais le liquide se répandre lentement de mon vagin jusqu'à l'intérieur de mes cuisses. Poussée par le désir d'en voir plus, je m'approchais avec l'agilité d'un indien près de ma place favorite et risquait un oeil à l'intérieur. Il se tenait debout contre le mur , nu et puissant la tête incliné vers le bas, de sa main il tenait les cheveux d'une très jeune femme et avec l'autre il enfonçait sa verge démesurée dans sa bouche.
    La jeune femme respirait bruyamment et s'étouffait à chaque fois que l'homme forçait ses lèvres mais elle semblait y prendre un réel plaisir et revenait à la charge en tentant de la mettre le plus profond possible dans sa gorge.

    La queue géante n'entrait même pas à la moitié dans sa petite bouche et je me surpris à me mordre la lèvre en découvrant ce spectacle stupéfiant. Comme la première fois, de sa voix basse le voisin lui disait des mots crus, obscènes, et la fille semblait y être très sensible, acceptant de se plier à chacune de ses demandes, de manière cochonne et soumise. La fille paraissait prendre son pied gravement. Je restais assez longtemps pour voir mon voisin éjaculer sur le visage de la fille , une grosse dose de foutre épais qu'elle nettoya avec plein d'ardeur. Je m'arrachais bien malgré moi à cette vision érotique et remontait me coucher en hâte avant que mon mari ne découvre ma fugue. Impossible de trouver le sommeil, j'avais le front brûlant et une envie énorme de me faire culbuter.

    J'allais m'enfermer dans les toilettes et je me mis à me masturber, ce que je n'avais pas fait depuis au moins deux ans, avec une frénésie que je ne me connaissais pas. Le lendemain je me réveillais dans les bras de mon mari, nous étions le week end donc pas pressés de nous lever. Nous avons fait l'amour deux fois. Ce fut très bon mais pas autant que ma fameuse branlette en solitaire. J'enviais secrètement les partenaires sexuelles de mon voisin et parfois j' imaginais que c'était moi qui se trouvait allongée sur la table, j'en éprouvait de grosses bouffées de chaleur d'ailleurs. Je me suis remise à me branler , deux à trois fois par jour, quand je ne travaillais pas, en l'absence de mon mari bien sur, et je laissais dérivait mon imagination , fantasmant sur la bite monstrueuse de mon voisin , l'imaginant en train de me contraindre à le sucer, convaincue que j'aimerais me sentir toute distendue par son gros diamètre, avec le désir inavouable d'étre ouverte, écartelée, utilisée comme un trou à bite, un vide couilles. Je me voyais soumise, éprouvant des envies folles de la sentir boucher mes trous un à un.
    Il est repartit sans faire de bruit, vers la fin de l'été, mais j'attends avec impatience l'année prochaine.....

Tu veux parler avec une coquine ?

Alors viens découvrir le profil de nos coquines par téléphone.

Ou, compose directement le
Télephone rose chaud
et fais-toi plaisir ;)
Tu veux parler avec une coquine ?
Alors viens découvrir le profil de nos coquines par téléphone.
Ou, compose directement le
Télephone rose chaud
et fais-toi plaisir ;)

Les commentaires pour cette histoire érotique

Commentaires

Envoie un commentaire à , cela lui fera très plaisir !

Posté le par Anonyme :
Moi aussi j'ai été très excitée par cette histoire de Q. J'aime me faire prendre par une grosse queue.
Posté le par snaper :
cette historier m'a bien excité j'ai aussi une gros bite de 22cm
Posté le par cochon17 :
Il faut sauter le pas ,avec tes envies de soumise, donne ton corps à ton voisin et pourquoi pas devant ton mari il seras peut-être heureux de de voir baiser devant lui!! courage
Posté le par Anonyme :
no comment
Posté le par grandcalibre :
c est une belle histoire et comme moi j'ai aussi énorme bite dure cette histoire m'a chauffée
Posté le par xxxl :
Dommage qu'il y ai autant de fautes d'ortographe!
Posté le par Anonyme :
Cette histoire est époustouflante mais combien excitante.Bravo à l'auteur,
Pour commenter une histoire, il faut être membre.
S'inscrire gratuitement / Se connecter

Les autres aventures coquines de Anonyme

Anonyme

Inscription auteurs certifiés | Contactez-nous | Contact